Une maison ancienne

Comment retrouver l’histoire d’une maison ancienne ? Quelles ressources utiliser ? Quelques pistes de généalogie foncière.

maison ancienne

Ancienne ou ancienne ?

Selon l’âge et la perception de chacun, une maison du 19ème siècle peut paraitre ancienne. Une maison des années 50 aussi !  En immobilier, une maison ancienne est un logement qui a déjà changé au moins une fois de propriétaire et dont les travaux ont été achevés depuis plus de 5 ans. En généalogie foncière, on peut raisonnablement qualifier d’ancienne une maison déjà présente sur le cadastre napoléonien. 

Et pour dire vrai, il n’existe plus beaucoup de maisons très anciennes… A part la maison de Jeanne à Sévérac le Château construite au XIVème siècle.

Propriétaire, locataire, habitants …

Pour retracer l’histoire d’une maison ancienne, il faut considérer deux aspects :

  • la recherche des propriétaires successifs (l’équivalent de l’arbre généalogique squelettique avec juste les dates et lieux des événements)
  • la recherche des « habitants », locataires ou propriétaires (les événements passés dans la maison, les baux, les constructions/destructions du bâtiment).

Pour rappel,  la mention « décédé en sa maison d’habitation » ne nous précise pas si la personne était propriétaire ou occupante d’un lieu.

Remonter dans le temps

Si vous chercher à « dater » votre maison, il vous faut trouver des preuves écrites. Celles si seront plus ou moins facile à dénicher. On peut décomposer la recherche en plusieurs périodes :

  • depuis 1956, grâce aux services (payants) de la conservation des hypothèques. (Si vous êtes propriétaire, commencez par regarder vos actes notariés, ça vous coutera moins cher) ;
  • de la création du cadastre napoléonien à 1956 grâce aux documents (en théorie) déposés aux archives départementales. (Si vous ne voyez pas votre maison sur le plan du cadastre napoléonien, votre démarche sera relativement « facile ») ;
  • de la création de l’enregistrement (1791) et des hypothèques (1799) au cadastre napoléonien (à condition qu’il y ait une mutation à cette période) ;
  • de la création du contrôle des actes (1693) à la création de l’enregistrement (avec notamment des tables, de l’insinuation pour les successions collatérales, etc) ;
  • avant le contrôle des actes (avec des ressources plus restreintes et parfois plus difficiles à exploiter).

Impôts fonciers

Chercher les différents propriétaires, c’est trouver à quelle date ceux-ci ont transmis leur bien (par succession, vente, donation, etc). Ces informations sont principalement dans les archives notariales et leur contrôle/enregistrement. Ne négligez pas les documents d’hypothèques si vous y avez accès (attention, toutes les mutations ne sont pas publiées dans ces archives).

Mais n’oubliez pas que les propriétaires sont également soumis à des « impôts » fonciers.  Vous trouverez, alors, selon les régions et selon les archives, des cadastres, des compois, des terriers, des rôles de contribution indiquant les montants à payer, les confrontations des lieux et parfois des jugements pour régler les conflits de voisinage.

L’iconographie

Bien entendu, vous n’aurez pas de photo d’une maison dans l’ancien régime. Peut-être avez-vous une photo de famille devant la demeure familiale? Ou bien une carte postale… Pourquoi pas un dessin ou une peinture? De quoi évaluer les évolutions du bâtiment.

Vous pouvez, parfois, retrouver des plans anciens de villes avec l’emplacement de chaque maison. Mais c’est rarement le cas dans les villages et hameaux.

Plan de ville 1780
Extrait d’un plan de 1780

Si votre maison a été construite après l’établissement du cadastre napoléonien, vous pouvez trouver des plans dans des ressources « originales » : création de routes, procédures de justice, etc

A vous de jouer !

A moins d’avoir une maison récente qui a nécessité la demande d’un permis de construire, ou dont vous avez la preuve (écrit, photo), vous ne trouverez pas toujours et de manière certaine la date de construction d’une maison.

Faire l’histoire d’une maison prend du temps. Comme un arbre généalogique, c’est un travail infini (ou qui n’est pas fini tant que la maison existe), mais passionnant.  Et si vous essayiez ?

Cet article a été réalisé dans le cadre du challenge UproG de mai 2021 sur le thème imposé “une maison ancienne”.

© 2021 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email