Le monument de 1870

Le monument aux morts de la guerre de 1870 de Millau a été déplacé en 1950 pour faciliter la circulation automobile.

Carte postale du monument aux morts de 1870 à Millau

Seulement deux monuments en Aveyron

L’Aveyron n’a que deux monuments aux morts dédiés aux victimes de la guerre de 1870.

Celui de Millau trône sur la place du Mandarous depuis 1897. Le monument de Villefranche de Rouergue a été érigé en 1909 et n’a pas bougé depuis.

Aucun monument à la gloire des combattants de 1870-1871 à Rodez. Les éventuelles tombes ont également disparu suite au déplacement du cimetière.

Déplacer le monument?

Octobre 1949. Le conseil Municipal de Millau doit se prononcer sur l’éventuel déplacement du monument de 1870. Le budget annoncé est de 500 000 francs. Et ce n’est pas spécialement pour préserver le monument que le déplacement est prévu… mais plutôt pour favoriser la circulation immobile sur la célèbre place du Mandarous. Les détracteurs proposent de n’enlever que la grille, ce qui leur semble largement suffisant!

Un contexte lié aux monuments aux morts

Janvier 1950. Il ne reste que quelques jours pour donner de l’argent au comité de souscription pour la restauration des monuments aux morts des deux guerres de Millau.  La somme collectée servira à restaurer, nettoyer, rénover les deux monuments: celui du parc de la victoire et celui du cimetière.

Elle servira aussi à ajouter les noms de la seconde guerre  sur  le monument de 14-18. La guerre de 39-45 n’est pas si lointaine en cette année 1950…

La période est donc propice pour parler de monuments aux morts!

Pas si judicieux

Or en janvier 1950, le monument de 1870, placé au cœur de la ville vient d’être démonté. Les échafaudages sont enlevés et on attend la création d’un rond point. Où est passé le monument ? Il a rejoint une place qui lui a été attribuée dans le Parc de la Victoire.

Est-il bien placé ? Sûrement pas, explique un journaliste. Ce n’est pas tant le parc qui est décrié, mais l’emplacement complètement isolé, tout là bas, en haut. De ce fait, personne n’ira le voir quand des cérémonies seront organisées. Le conseil municipal n’aurait-il pas dû choisir un endroit plus opportun ? Dans la pelouse rectangulaire et centrale du parc, avant le jet d’eau par exemple.

Il est trop tard pour le déplacer à nouveau. En tous cas, les travaux de nettoyage, astiquage et repeinte des noms lui ont fait du bien. Et on notera que les équipes d’André Caylus, « jeune et méritant entrepreneur, ancien prisonnier de guerre » ont bien travaillé et n’ont pas dégradé le monument.

Cet article a été réalisé dans le cadre du challenge UproG de novembre 2020 sur le thème imposé “un monument aux morts de 1870”.

© 2020 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email