La voiture du coiffeur

L’histoire d’une voiture achetée et revendue rapidement par un coiffeur de Rodez

Voiture Clément Bayard 8HP 1912-1914
Clément Bayard 8HP 1912-1914

J’achète !

Les affaires marchent bien pour lui, il a une publicité chaque jour depuis un an dans le journal. Alors il a décidé de franchir le pas. Y a-t-il réfléchi depuis longtemps ? Un vendeur le conseille-t-il sur quelle marque prendre ? A-t-il un catalogue ou une publicité pour l’aider dans son choix. En tous cas, Mr Delhoume, coiffeur à Rodez commande une voiture en début de l’année 1912 au garage Cabanié Duveau.

Entête du Grand Garage Moderne à Rodez ver 1912
Entête du garage Cabanié de Rodez. 96S5-AD12

Le bon de commande indique que c’est une voiturette 8HP Clément Bayard 4 cylindres avec carrosserie Torpédo. Elle a 2 places, une capote glace, 2 phares, un générateur et une corne. Son prix : 3900 francs net. Prix prise à Paris. A cela s’ajoute un supplément pour pneus de 700-85 à 80 francs.

Il doit être impatient de l’avoir !

La voiture est là !

Le 23 février, Mr Delhoume retourne au garage. La voiture est là, arrivée de Paris, bâchée. La facture s’alourdit. Il faut payer:

  • le port (166,45 francs),
  • 4 bidons d’essence (9, 20 francs),
  • mais aussi un supplément pour pneus ferrés 760X90 (120 francs),
  • une enveloppe lisse continental renforcé 750-85 (53 francs),
  • un bidon d’huile (2 francs),
  • et puis il faut renvoyer les bâches à Paris (5,60 francs)

Elle roule sûrement pas mal cette voiture, car Mr Delhoume reprend 2 bidons d’essence le 1er mars, puis 2 autres le 5 avril avec 2 kgs d’huile « Valvoline »

Réglons l’administratif

Pour pouvoir être en règle, il faut déclarer la voiture. Dès le 15 janvier 1912, Antonin Delhoume adresse sa demande à la préfecture.

C’est une voiture de type AC4M 9HP (tiens pas 8HP ?) dont le numéro de série est le 17496. Son immatriculation est le 145 T4. Il obtient le récépissé le 9 février soit quelques jours avant la date de l’enregistrement de la commande au garage.

Et puis pour conduire, il faut être titulaire du certificat de capacité. Il fait sa demande début mars avec tous les documents nécessaires (carte d’électeur, photographies, bulletin de naissance, 20 francs de frais d’examen)… et l’inspecteur lui accordera ce précieux sésame le 19 mars 1912.

Photo de Mr Delhoume sur son permis de conduire
Mr Delhoume sur son permis de conduire
96S5-AD12

Elle n’est pas bien cette voiture ?

Dès le 5 novembre de la même année, on voit une demande par Mr Marcel Durieu à Estaing qui se déclare être propriétaire de ce véhicule. Le coiffeur a revendu son véhicule. Trop cher? Trop grosse? Pas assez rapide (la fiche technique donne 60km/h maximum)?

Le jeune homme, nouveau propriétaire, est étudiant en droit et devra donc lui aussi passer son permis de conduire

Antoine Durieu.
96S5-AD12

Le coiffeur, quand à lui, change de véhicule. Dès le 28 janvier 1913, il a adressé sa demande à la préfecture pour déclarer celui-ci. C’est une voiture de type CB1-9HP dont le numéro de série est le 19290. Son immatriculation est 183 T5. Le récépissé est délivré le 13 février 1913…

Il a déjà le permis de conduire et il ne lui reste plus qu’à en profiter!

Et pour vos ancêtres? Voyez la fiche astuce.

© 2020 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email
Fermer le menu
error: Content is protected !!