Un air de famille

« Il a un air de famille ». « Il ressemble à son grand-père. »  Physiquement ou psychologiquement. Quelles traces peut-on retrouver dans les archives sur ce patrimoine familial génétique ?

Photo de mariage d'une famille pour montrer la ressemblance physique des personnes

Il a la même tête !

Pour trouver la ressemblance physique, il faut pouvoir confronter l’image de ses ancêtres. Et quoi de mieux que les photographies ?

Prenez une photo de mariage. Si vous avez la date et le nom des mariés, c’est déjà pas mal. Mais avez-vous tous les noms des présents, c’est moins sûr… Alors,  c’est un jeu de positionnement traditionnel (les parents proches des jeunes mariés) et de comparaison… « Ah, ben si, elle ressemble à sa mère ! »

Mais, on le sait bien, on a parfois un enfant qui n’a pas le même teint que les autres bien qu’il ne soit pas « le fils du facteur ». 

Archives et  caractéristiques physiques

Il n’y a pas, ou peu, de photos de famille dans les archives privées? Voyons alors les archives publiques. Les données qui peuvent être utilisées sont alors des « signalements ». Taille, couleur des cheveux, des yeux, etc.

Pour les hommes, les données sont à rechercher dans le recensement militaire. Pour les femmes, c’est plus compliqué.

On trouve également des informations dans des dossiers liés à la police/gendarmerie, dans les demandes de pièces d’identité, de passeport, des livrets de travail, et puis sûr des registres d’écrou lorsqu’on est emprisonné !.

Si votre grand père avait les yeux « orange », avez-vous une probabilité d’avoir les yeux couleur citrouille ?  Probablement que non. Par contre, si un de vos ancêtres avait une déformation physique, il est possible que cette « anomalie » soit transmise à un de ses descendants.

Il a le même (sale) caractère !

Vous avez mauvais caractère ? Comme votre grand-mère… Vous avez beaucoup de patience ? Votre ressemblez tellement votre arrière grand-mère !

Ces traits là, ces analogies avec vos ancêtres sont généralement  de tradition orale. Comment savoir si vous êtes taquin comme votre grand-père si vous ne l’avez jamais connu ? Parce que quelqu’un qui vous a connu tous les deux vous transmet cette histoire.

Si vous avez pu conserver des courriers de vos ancêtres, lisez-les ! Vous y découvriez peut-être des traits de caractères. Et n’oubliez pas que les lettres que votre grand-mère a écrites ne sont pas dans vos tiroirs ou greniers mais chez les destinataires. De quoi prévoir une visite (même virtuelle) aux cousins pour savoir ce qui a été conservé.

Quelles traces dans les archives ?

Pas d’histoire de familles ? Pas de courrier dans une boite à chaussures? Direction les salles de lecture…

Dans les archives publiques, on n’évoque le caractère des personnes que dans des cas précis :

  • les notations, feuilles  de renseignements (autant pour les élèves, que pour les fonctionnaires ou pour les personnes sous surveillance),
  • les conflits (justice, police, faits divers…)
  • les dossiers à caractères médicaux (interdiction, maladie mentale, suicide, hospitalisation…)
  • les nécrologies…

L’appréciation n’est pas faite par quelqu’un qui a de l’affection pour vos ancêtres mais pour une raison administrative. Attendez-vous donc à des critères pas toujours positifs sauf pour les nécrologies !

De génération en génération

Eugène a 17 ans quand il commet son premier vol. Le tribunal pour enfants le laisse en liberté surveillée auprès d’une famille. Et puis, il devient mélancolique, a des idées de suicide. Il lui faut une structure plus adaptée : direction l’asile des aliénés. 10 mois plus tard, Eugène va mieux grâce, notamment, aux travaux de jardinage auxquels on l’a occupé. Il ressort et retrouve sa famille « d’accueil ». Mais au cours de son service militaire puis de sa vie civile « des anomalies psychiques très prononcées » sont constatées chez lui. Comprenez qu’il a commis d’autres vols, dont certains avec violence et c’est le retour à l’asile après un examen médico-légal approfondi.

L’examen va rechercher ses antécédents familiaux. S’il est déséquilibré et instable, s’il a des idées de persécution, des épisodes maniques et mélancoliques, c’est normal ! Pourquoi ? Parce qu’il a une lourde hérédité névropathique ! En effet son grand père maternel s’est suicidé, et sa mère atteinte de démence et d’épilepsie est morte à l’asile où elle était depuis 15 ans !

De quoi expliquer les non-dits dans une famille….

Malheureusement, les archives gardent plus de traces d’histoires « malheureuses » que d’histoires heureuses.

© 2020 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email