Un idiot à enfermer

Que faire d’un enfant devenu idiot? C’est la problématique à la fin du 19ème siècle d’une famille du nord Aveyronnais. La réponse va être vite trouvée: l’enfermer!

Idiot ou juste simple d'esprit

Un simple idiot

Il s’appelle Germain. Il a 22 ans et habite à Campouriez, chez ses parents. Sa fiche matricule précise qu’il est ajourné pour faiblesse, puis réformé pour « idiotie légère. »

Le garçon est un rêveur. Il est « incapable de faire le moindre mal à qui que soit. » Devenu idiot depuis deux ans, il ne reste pas à la maison paternelle mais prend du pain, du lard et d’autres denrées et part dans les bois. Parfois il reste 2 à 3 semaines sans reparaitre. Ses parents n’en peuvent plus, alors ils ont demandé à son frère de le prendre chez lui.

On n’en peut plus !

Henri a accepté de prendre en charge son frère Germain depuis 2 mois environ. Sa femme et lui l’ont laissé libre de faire ce qu’il voulait. Mais l’idiot a recommencé à voler de la nourriture et a fait ses ordures là où il se trouvait : dans la maison, dans la grange….

Alors Henri l’enferme dans un séchoir, qui est placé dans la basse cour, en contrebas de la route. 3 mètres carrés, une porte fermée par une barre en bois et un trou pour passer de la nourriture.

La libération

3 jours avant Noël, les gendarmes ont été avertis par la clameur publique. Ils vont chez Henri et demandent à voir Germain qui est séquestré dans le séchoir depuis « 5 à 6 semaines. »

Quand les gendarmes ouvrent, c’est une odeur infecte qui s’échappe. Germain est couché sur une botte de paille. Il n’a presque plus de cheveux.

Pâle, très maigre et vêtu d’une simple chemise déchirée et sale, Germain comprend ce qu’on lui dit. Il sort de sa prison sous les consignes des gendarmes. Par contre, il ne répond pas aux questions. Il s’enferme dans un profond silence.

Les gendarmes vont voir les parents pour qu’ils s’expliquent. Ils ont conscience que leur fils est enfermé dans un séchoir mais « au moins, en étant là, il nous laissait tous tranquilles. » Et puis, “s’il avait couché dehors, il aurait pris froid.”

Les voisins ?

Plusieurs notables étaient au courant de la séquestration. Le pauvre idiot ne devait pas manger à sa faim car on lui avait amené des châtaignes à peler et il les avait mangées crues !

Germain était-il frappé ? Personne ne le sait. A-t-il été enfermé de force ? On ne sait pas au moment de l’enquête.

Ce qu’on sait, c’est que son père avait voulu faire établir un certificat d’indigence pour le faire entrer à l’hospice… mais quand on a des propriétés pour 15000 francs, on n’est pas indigent. Et comme il était hors de question de payer pour un fils idiot, autant l’enfermer dans un séchoir !

A l’asile

L’examen médical montre que Germain connait les lettres de l’alphabet mais ne sait pas ni lire ni écrire. Il peut compter sur une main, mais pas sur deux. Cependant, il est clairement inoffensif et doit être placé dans un lieu adapté.

Par conséquent, Germain est accueilli à l’asile d’aliénés de Paraire où il décède un an et demi plus tard.

Ses parents, son frère et sa belle sœur sont acquittés grâce à la plaidoirie de leur avocat. La peine est moins sévère que pour une autre histoire: la famille de Marie quelques années plus tôt.

© 2021 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email