1870: Une croix rouge sur un brassard

Une croix rouge sur un brassard pour tous les mobiles. C’est ce qu’a compris le conseiller de préfecture de l’Aveyron. Mais où trouver ces brassards?

L’appel des gardes mobiles

L’appel de la garde mobile a lieu en août 1870. En Aveyron, comme ailleurs. Il faut alors les loger provisoirement, les habiller et les passer en revue.

Faites revue de départ très rapide, mais sévère […] nous ne voulons que des hommes très solides.

L’uniforme prévu est “blouse bleue avec ceinture en cuir, avec galons rouges en croix sur la manche, sac en toile avec bretelle et un képi.” Il est préconisé de trouver ces équipements localement pour éviter les lenteurs d’un envoi de Paris.

Ce que le conseiller a compris

Le conseiller de préfecture de l’Aveyron, a la demande de son préfet, est chargé de trouver les équipements nécessaires pour 5000 hommes. Il lit scrupuleusement chaque circulaire et télégramme. Parmi ces circulaires, l’une parle de “placer sur une des manches de chaque blouse une sorte de brassard ou de croix en étoffe rouge”.

Des croix en étoffe rouge?

Comme trouver des croix en étoffe rouge à Rodez? Et pour 5000 hommes. Et dans un délai très court. Pour les képis, il y a Mr Cablat, pour les ceintures, le carrossier Bouissou mais les croix rouges…

La solution est probablement chez Mr Lauron, maitre tailleur au 46ème de ligne. C’est donc là que se rendent Mr Vaissière, conseiller de préfecture et Mr Dalous, commissaire de police pour chercher une solution.

Des petites bandes à coudre

Le maitre tailleur n’a pas une quantité suffisante de galons, mais il a du drap garance d’officier. Ca ira?

Mr Lauron a découpé lui même 5,50 mètres de drap en bandelettes de 2 cm de large sur 12 cm de long. A charge pour les ateliers de confection de faire un peu de couture.

Contre-ordre!

Le lendemain ou le surlendemain, une nouvelle circulaire tombe: pas de brassard avec croix rouge. Les blouses déjà ornées resteront sans emploi, mais la matière première ne sera pas perdue. Elle a été réutilisée mais sans qu’on sache pourquoi. Le maitre tailleur présentera sa facture quelques mois plus tard.

La croix rouge?

Quand on lit à postériori les circulaires, on peut voir

MONSIEUR LE PRÉFET, un certain nombre de médecins et d’infirmiers attachés aux ambulances qui s’organisent partout en faveur de nos soldats, ont demandé que, sur les points menacés par l’ennemi, le gouvernement leur accordât l’autorisation de porter le brassard blanc avec une croix rouge adopté par la convention de Genève comme signe de neutralisation.

Le conseiller de préfecture a-t-il mal compris? Le brassard qu’il imaginait était-il uniquement destiné aux gardes rattachés aux ambulances? Il devra justifier sa démarche en fin d’année 1870.

© 2020 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Cet article a été réalisé dans le cadre du challenge UproG de juillet 2020 sur le thème imposé “la guerre de 1870”.

Fermer le menu
error: Content is protected !!