Une stèle au bord de la route (2)

C’est au bord d’une route de l’Aveyron qu’on trouve une stèle en hommage à un jeune prêtre assassiné par deux auto-stoppeurs.

Allongé devant sa 2CV

Il a été retrouvé par Mrs Delfau et Ducros. Deux chasseurs qui revenaient de Millau à moto. Il était allongé sur la route devant sa 2 CV immatriculée 290 EE 63. La voiture était garée sur la droite, capot ouvert. L’homme était tombé en arrière, baignant dans une mare de sang. Ce n’était pas un accident car il avait une balle tirée en plein front.

Lui, c’est l’abbé Challet. Et c’est grâce à son bréviaire qu’il a été reconnu, son portefeuille ayant disparu.

Qui aurait des renseignements ?

Les gendarmes sont alertés. Ils mettent en place des zones de sécurité et des patrouilles. Le secteur du crime est bouclé et grouille d’officiels et de police, les coupables ne peuvent pas être loin.

Et puis un indice tombe : le plein de la voiture est fait… un appel à témoins est lancé !

Le pompiste du Caylar indique avoir vu un trio d’hommes s’arrêter pour acheter un bidon d’huile, mais il n’avait pas la marque souhaitée. C’est dans le quartier de Bêches à l’entrée de Millau que le bidon est acheté… et à la sortie de la ville, à la station du Crès, que le plein d’essence a été fait.

Un abbé, et deux jeunes garçons.  Ces deux derniers ont probablement vu une liasse de billets au moment de l’arrêt à la pompe à essence…. et le hasard a fait le reste!

Deux ouvriers travaillant à la réfection de la route se souviennent aussi de cette 2 CV.

Les coupables sont arrêtés

Dans la nuit, un marchand de vin aperçoit des suspects vers le bois du Four. Il donne l’alerte. Les gendarmes se concentrent sur Vezins mais les assassins sont déjà partis. C’est la brigade de Séverac qui perçoit une conversation dans la nuit au croisement de la route de Laclau et de Vezins. Les forces de l’ordre encerclent les lieux et retrouvent les deux hommes sur un tas de paille. Ils se rendent rapidement et facilement avant d’être ramenés à Millau vers 3H30.

Il s’agit de Maurice J et Pierre D deux auto-stoppeurs originaires de Paris et évadés des Beaumettes. L’un s’était déjà évadé de Fresnes. 17 ans seulement… Ils ont tué pour 13 500 francs.

Le portefeuille ne sera retrouvé qu’un mois et demi plus tard par un berger. Sans argent, il contenait cependant le permis de conduire et d’autres pièces d’identité de l’abbé.

Le récit du drame

Évadés de prison, ils ont failli cambrioler une maison et ont profité de l’absence d’une femme pour rentrer dans son domicile et voler le pistolet qu’ils ont utilisé: un 7.65 et ses balles.            

Ils ont repris la route vers Montpellier à bord d’une 403 noire. Ayant alors aperçu l’abbé seul qui revenait d’un séjour au camping St Clair à Sète, ils l’ont supplié de les prendre. Il a accepté.

Les 3 hommes s’assoient à l’avant. Le prêtre est corpulent, mais ses deux hôtes sont fluets !

Le trio s’est arrêté 3 fois pour l’huile et le plein. Les jeunes ont vu l’argent….

Alors que l’abbé a choisi la route la plus courte, celle des causses désertiques, la voiture a un problème. L’abbé s’arrête, relève le capot, sort la boite à outils et engage une clé sur une bougie.

Les voyous le tuent et déboutonnent la soutane pour prendre son argent. L’un voudrait prendre la valise en cuir, l’autre refuse.

Pas question de prendre la voiture. Les deux compères partent se cacher dans un maquis de buis en entendant le bruit d’une moto. Ce sont les deux chasseurs qui s’arrêtent quelques secondes plus tard. Les deux voyous savent qu’ils vont être traqués. Ils s’enfuient en ne gardant que l’argent et en se cachant derrière le monument aux morts de la Résistance du bois de Dris, s’allongeant à plat ventre dans les fossés quand les voitures passent. Parce que des voitures, il y en a… avec toutes ces patrouilles.

Ils seront repérés dans la nuit et se rendront facilement.

Victime de sa charité

L’abbé Roger Challet était vicaire à Tauves (63). Il n’avait que 30 ans. Son corps est amené à la morgue de l’hôpital où il est veillé. Sa famille rejoint Millau dans le courant de la nuit.

Ses obsèques ont lieu le 29 septembre 1959 à Tauves (63) en présence d’une foule nombreuse. Ce fût probablement l’occasion de parler de cette famille de 6 enfants et de la sœur jumelle de l’abbé, religieuse à Moulins.

L’inhumation a eu lieu dans le village natal du prêtre à Fayet-Ronay (63).

Le jeune prêtre a été « victime de sa charité » et c’est la formule qui va être utilisée sur la stèle à sa mémoire.

En mémoire de l’abbé Roger Challet, 30 ans, prêtre du diocèse de Clermont, tombé ici, victime de sa charité. 25 septembre 1959

La stèle

Un monument est élevé sur la route 111 à la mémoire de l’abbé Challet grâce à la souscription des dames de l’A.C.G.F. L’inauguration a lieu le dimanche 22 novembre 1959 à 14H30 en présence de plus de 1500 personnes dont le chanoine Delavet, vicaire général de Clermont Ferrand, l’archiprêtre Caubel et l’abbé Guillaume, curé doyen de Tauves.

Dès le lendemain, un curieux hasard a voulu que 3 évêques se trouvent réunis devant la stèle : Mgr de la Chanonie, évêque de Clermont-Ferrand, Mgr Boudon, évêque de Mende et Mgr Ménard, évêque de Rodez… tous se rendant aux obsèques de l’évêque de Perpignan.

60 ans après le drame, la stèle est toujours présente au bord de la route, à quelques kilomètres de l’A75.

Sources: PER880-AD12, PER962-AD12, PER386-AD12

© 2019 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Fermer le menu
error: Content is protected !!