Juil 082016
 

Lors d’un accident du travail, Célestin reçoit un coup sur la tête. Il ne sera plus jamais le même.

Charpentier sur la ligne de chemin de fer

CĂ©lestin est nĂ© Ă  Saint Martin de Lenne dans l’Aveyron. A 20 ans, il a la chance de travailler avec son père et un de ses frères sur les chantiers de la nouvelle ligne de chemin de fer qui relie Espalion à Bozouls.

Carte

D’ailleurs les ouvriers sans travail sont appelés à rejoindre le chantier car il faut de la main d’œuvre pour le percement du tunnel de Biounac.

Chemin-fer

L’accident l’a rendu fou

Le 7 septembre 1900, la vie de Célestin bascule: une lourde pièce de bois posée en équilibre près de lui tombe et le frappe à la nuque. Il tombe au sol, évanoui. Célestin est vivant mais pas indemne.

Le médecin est appelé d’urgence sur les chantiers de l’entrepreneur Pierre Durand. Le jeune charpentier a une commotion cérébrale grave qui va rapidement mener à des troubles de l’intelligence confinant à la folie.

Le malade est diagnostiqué dangereux pour lui-même ou son entourage et c’est un certificat du Dr Anglade d’Espalion qui demande son internement à l’asile des aliénés de Rodez.

Admission

Il est admis le 6 novembre à la demande de sa mère et est pensionnaire de 2ème classe : Elle paye 2,70 f par jour.

A l’asile, Célestin ne va pas beaucoup mieux : il a des idées de persécution et fait même une tentative de suicide. Il ne peut pas rester immobile : il chante, il danse, bref il ne vit plus « normalement ».

RetirĂ© contre l’avis des mĂ©decins

Mais la pension est chère et le père de CĂ©lestin qui ne gagne pas grand-chose dĂ©cide, contre l’avis des mĂ©decins, de retirer son fils de l’asile le 19 novembre. Cependant il ne peut rĂ©cupĂ©rer que 83,70 francs pour le mois de janvier car le règlement indique qu’en cas de mort ou de sortie dans le courant du 1er mois de traitement, la famille doit payer du 1er jour d’admission jusqu’à la fin de mois suivant. D’ailleurs l’administration prĂ©cise que le jeune homme aurait pu ĂŞtre placĂ© en 4ème classe Ă  1,25f ce qui est moins onĂ©reux pour les familles.

Retrait

Des aides financières

Mr Costes demande l’aide du Conseil Général pour régler cette affaire. Dans la session du 23 Aout 1901 la somme de 113,40 francs est remboursée sur le budget de l’asile et Mr Costes ne paie que les 14 jours de présence réelle de leur fils dans cet établissement.

Remboursement

Cette bonne nouvelle en suit une autre. Le 13 août 1901, Célestin vient de gagner son procès contre son employeur. Il demandait une rente annuelle et viagère de 1080 francs à titre de réparation du dommage qu’il a subi lors de son accident du travail et il a obtenu 1000 francs payables par trimestre et bien sûr le paiement de son dernier salaire.

Cette somme va l’arranger car comme le prouvent les 5 certificats médicaux qu’il a apportés au procès, il ne peut plus travailler et est déclaré en incapacité de travail.

Jugement

En avril 1903, il est jugé pour pêche avec engin prohibé mais du fait de son accident et de son incapacité, il est acquitté.

Célestin voit mourir son père en 1917, sa mère en 1918 et apprend probablement que son frère Félix, boulanger à Entraygues est mort pour la France en février 1918 à Dunkerque.

Qu’est-il devenu ? On perd sa trace après 1911. Un jour peut-être pourra-t-on raconter la suite de sa vie ?

 

Sources : 39S8-AD12, 37S6-AD12, 37S7-AD12, 4E255/11-AD12, 1158W170-AD12, 6M346-AD12, 6M180-AD12, 6M182/2-AD12, 10M35-AD12, 10M36-AD12, 1R840-AD12, 52Q431-AD12, 5U610-AD12, 5U1032-AD12, 5U1237-AD12, 3M137-AD12, 3M198-AD12, 3M363-AD12, 1X303-AD12, 1X309-AD12, 1X313-AD12, PER181-AD12, PER545-AD12

© 2016 Généalanille

Print Friendly