Sep 032017
 

Lucien Têtu est le 52ème mort pour la France de la commune de Grury. Il décède dans la Marne le 3 septembre 1917 à 20 ans.

 

Têtu, un enfant de l’assistance.

Lucien Têtu est né le 1er mai 1897 à Melun (77) selon sa fiche matricule. Cependant, il n’apparait pas sur le registre des naissances de la commune.

Pupille de l’assistance publique de la Seine, il se retrouver à Grury (71) à une date à déterminer. (Il est trop jeune pour être sur les listes électorales avant son départ à la guerre. Il n’apparait pas dans les recensements de 1906).

 

DĂ©part pour la guerre

Âgé de 19 ans, il part pour la guerre le 11 janvier 1916. Comme toutes les nouvelles recrues, il bénéficie d’un temps d’apprentissage relativement court avant d’être précipité au front. En effet, la classe 1917 est partiellement au front dès juillet 1916.

Il est affecté au 109ème régiment d’infanterie qui vient de subir la bataille de Verdun et se trouve en Champagne. Le régiment est dirigé sur la Marne avant d’aller se battre dans la bataille de la Somme.

Au 152ème RI

Lucien Têtu est affecté au 152ème régiment d’infanterie le 17 octobre 1916. Ses camarades au front viennent de mener la bataille pour s’emparer de Sailly-Saillisel (80). Et les pertes s’élèvent à plus de 1000 hommes sur 1976 engagés en 1ère ligne.

Il fait probablement partie du renfort de 170 hommes arrivés le 30 octobre 1916.

Dans les Vosges

Le régiment embarque à la gare de Loeuilly le 1er novembre 1916 en 3 trains et traverse la France : Beauvais, Pantin, Noisy le Sec, Troyes, Bologne, Epinal, Bruyères. Il arrive à Corcieux (88) dès le lendemain.

La troupe reste au repos (et exercices militaires) jusqu’à son départ le 13 novembre. 4 trains quittent Corcieux pour Giromagny (90). Les hommes cantonnent dans la région de Dannemarie avant de retrouver le front le 13 décembre 1916.

Quelques tirs, quelques obus, quelques blessés, quelques avions qui survolent la zone.

Les ordres d’opérations prévoient des actions rapides en avant pour ramener des prisonniers et du matériel.

Les hommes sortent parfois en tenue légère.

Et comme il faut un mot de passe, que choisir d’autre que le nom de la bataille qui a fait tant de dégâts dans le régiment : Sailly-Saillisel!

Les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des espérances et on dénombre encore des morts et des blessés. Les tirs se font plus présents en fin d’année. Pas de trêve des confiseurs dans les tranchées.

Au début de l’année 2017, le 152ème RI est survolé par les avions quasi journellement. Un nouveau coup de main est tenté sur le Schonholz le 21 janvier. Et un avion est abattu le 25 janvier. Son aviateur est retrouvé du côté français et fait prisonnier.

Le régiment part à l’arrière pour quelques temps. Il revient au front le 13 février.

Lucien Têtu est blessé le 18 février et évacué du front. Sa blessure n’est pas indiquée dans le journal de marche du régiment.

Début mars, le combat durcit. Quelques jours plus tard, le 152ème RI est relevé par le 63ème RI. Il va cantonner dans la Haute Saône au sud de Vesoul.

Les batailles dans l’Aisne

Le 1er avril, les troupes prennent le train : Villers le Sec, Vesoul, Gray, Dijon, Montereau, Melun, Villeneuve St Georges, Bercy Ceinture, La Chapelle le Bourget et Villers Cotterets.

Lucien Têtu n’aura probablement pas eu le temps d’apercevoir sa ville de naissance.

Les hommes sont dorénavant dans l’Aisne.

Ils rejoignent le front le 13 mai dans la région de Beaurieux. Les tirs ennemis d’obus deviennent quotidiens jusqu’à fin mai.

Début juin, alors que les hommes sont au repos, c’est un renfort de 450 hommes qui se joint au 152ème RI. Autre bonne nouvelle, le colonel, une délégation du régiment, le drapeau et sa garde vont défiler à Paris le 14 juillet 1917.

Mort dans la Marne

Le 27 juillet, le régiment part en camion pour la Marne. Un peu de repos et une pièce de théâtre le 13 aout avant de repartir pour la région de Reims. Retour en 1ère ligne pour les hommes le 18 aout 1917.

Lucien Têtu meurt le 3 septembre 1915 à la tranchée Friand par éclat d’obus. Il avait 20 ans.

De la commune de Courcy où il meurt, il est inhumé à la Verrerie de Neuvillette les Rheims.

Avec la création des nécropoles militaires, son corps sera déplacé à Sillery. Sur sa plaque, il est injustement noté comme appartenant au 155ème RI (qui était aux Eparges(55) à cette date).

Lucien Têtu est le 52ème mort pour la France de Grury. Il est enterré dans la tombe N°410.

TĂŞtu

Sources : 6E306/103-AD77, 1R RM Autun 1917, 26N697/14-sga mémoire des hommes, l’image de la guerre numérisé par Gallica

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email