Août 022014
 

18 enfants au front: un record

Avec la mobilisation générale affichée le 1er août 1914, ce sont les hommes entre 21 à 38 ans qui sont d'abord appelés avant d'être rejoints par les classes 1914 et 1915 à la fin de l'année.
Un an plus tard, le journal américain "Victoria Advocate" annonce une curiosité: Bernard Guichard, un ouvrier de Saône et Loire, a 17 de ses enfants au front. Son 18ème enfant doit rejoindre bientôt ses frères. Quelques jours plus tôt, le journal anglais "The London Evening" précise que le 18ème enfant sera appelé avec la classe 1917.

Retrouver Bernard Guichard

Retrouver l'histoire de Bernard Guichard n'a pas été si simple qu'il y parait.
- Le seul point d'information étant un enfant de la classe 1917, une première analyse de la vingtaine de fiches matricules de Saône et Loire n'a laissé apparaitre aucun fils de "Bernard Guichard".
- La liste des morts pour la France, portant le nom Guichard et nés dans le département 71, est composée d'une cinquantaine de noms, mais pas un de ces soldats n'est fils de Bernard Guichard.
- Le recensement de 1911 pouvant être un peu "vieux" en cas de déménagement de la famille, ce sont les listes électorales qui ont permis de rassembler tous les porteurs de ce patronyme dans le département, et de constater que, là encore, il n'y avait pas de Bernard Guichard, mais qu'en plus le patronyme était très fréquent dans tout le département (voir la carte ci-après) et que seules quelques rares communes avaient des communautés un peu plus fournies d'hommes porteurs de ce nom.

Comment dénouer le mystère?
Il faut déjà prendre en compte la notion de "chef de famille" à l'époque et comprendre que, comme il sera stipulé dans le concours des plus grandes familles au front organisé en 1916, le père n'est pas que biologique, mais il veille également sur les autres membres de la famille.
18 enfants signifie: des fils, des gendres, éventuellement des petits fils mais aussi les fils des remariages. Tout ces garçons devant être nés au plus tard en 1897 pour appartenir à la classe 1917.
Et puis il faut fouiller inlassablement la presse pour trouver l'article ou les articles qui donnent un indice supplémentaire.
Les journaux français "Le Gaulois" en décembre et octobre 1915 et "Le Temps" en novembre 1915 précisent la commune: St Germain du Bois. Du Bois, pas Des Bois. St Germain des Bois a été renommée deux ans plus tôt, en 1913, en St Germain en Brionnais.

Les enfants de Jean Pierre Bernard

En croisant les données des recensements, des listes électorales, des soldats de la classe 1917, on s'aperçoit que Bernard est le nom de famille et Guichard celui de sa nouvelle épouse. On constate d'ailleurs la présence d'un tiret dans deux des articles de journaux français. Heureusement que la commune est citée, car si le patronyme Guichard est fréquent, celui de Bernard l'est également!
La reconstitution de la famille Bernard-Guichard ne montre cependant pas les 19 enfants dont 18 mobilisés.

Premier mariage: 1 enfant mobilisé

Marie Claudine Remandet, née en 1854 à St Germain du Bois, s'est mariée en aout 1870 à St Germain du Bois avec Louis Desbois décédé en 1871.
1 enfant est né à St Germain du Bois:
Claudine Desbois née le 24 aout 1870, mariée en janvier 1889 à St Germain du Bois avec Joseph Guyot (né en 1857 à St Germain du Bois),
3 enfants du couple sont nés à St Germain du Bois
- Marie née le 7 mai 1890 décédée le 17 mai 1890 ;
- Pauline Gabrielle née le 10 novembre 1893, mariée en juin 1914 à St Germain du Bois à Jean Rebillard né en 1887 à St Martin en Bresse (Classe 1907, matricule 808 – Chalon sur Saône) ;
- Marie née le 2 septembre 1896, décédée le 13 février 1897 ;

Claudine Desbois se remarie en 1919 à St Germain des Bois avec Rochet Emile né le 20/12/1871 à Lessard en Bresse (Marié le 14/04/1898 à Thurey à Marie Marguerite Molard, remarié le 25/11/1910 à St Germain des Bois à Fèvre Olympe). Emile Rochet a eu plusieurs enfants de ses précédents mariages.

Deuxième mariage: 15 enfants

Marie Claudine Remandet se remarie en aout 1872 à Jean Pierre Bernard né en 1847 à St Usuge
5 enfants sont nés à St Germain du Bois :
- Gabriel né le 8 février 1874 à St Germain du Bois, marié en 1904 à Bouhans (Classe 1894, matricule 1586 – Chalon sur Saône) ;
- Claude François né le 26 octobre 1876 à St Germain du Bois, marié en 1901 à Montjay, décédé en 1918 à Montjay (classe 1896, matricule 622 – Chalon sur Saône) ;
- Claude né le 16 janvier 1879;
- Maria née le 18 avril 1880, mariée en 1906 à St Germain du Bois à François Claudius Arthur Barbeaux (Classe 1902, matricule 333 – Auxonne) ;
- Un garçon mort-né le 29 aout 1881.
10 enfants nés à Sens :
- Jules né le 16 mars 1883, marié en 1907 à St Usuge, décédé en 1974 à Chalon sur Saône (Classe 1903, matricule 890 – Chalon sur Saône) ;
- Claudine Marceline née le 14 aout 1884, mariée en 1906 à St Usuge à Claude Marie Martin (Classe 1908, matricule 456 – Chalon sur Saône), décédée en 1957 à Cosges (39) ;
- Eugénie Sylvia née le 21 aout 1886, mariée en 1902 à St Germain du Bois avec Claude Audry (classe 1882 ?) ;
- Marie Eulalie Félicie née le 31 octobre 1887, mariée en 1907 à St Usuge à Jean Claude Bert, décédée en 1964 à Chalon sur Saône ;
- Joseph Eugène né le 13 janvier 1889, marié en 1913 à St André le Désert (Classe 1909, matricule 50 – Chalon sur Saône) ;
- Pierre Marius né le 22 février 1890, décédé le 13 mai 1890 à Sens ;
- Marie Léontine née le 26 avril 1891, mariée en 1910 à Sens avec Ernest Buatois (Classe 1895, matricule 603 – Chalon sur Saône) ;
- Charles Marius né le 1er juin 1893 domestique à St Germain du bois en 1911 ;
- Pierre né le 25 avril 1895, marié en 1919 à Bosjean, décédé en 1952 à Bosjean (Classe 1915, matricule 665 – Chalon sur Saône) ;
- Henri né le 4 aout 1897, marié en 1921 à St Usuge (Classe 1917, matricule 159, Chalon sur Saône).

Le mariage Bernard-Guichard

Marie Claudine Remandet est décédée en 1907, Jean Pierre Bernard s’est remarié en octobre 1908 à St Usuge à Eugénie Guichard née en 1847 à St Germain du Bois.
Eugénie Guichard a eu un enfant de père inconnu hors mariage :
- Antoine Alexandre Guichard né le 14 avril 1901 à St Usuge, marié en 1936 à St Germain du Bois, décédé en 1955 au même lieu.

Le couple est toujours vivant en 1921 et habite Ă  St Germain du Bois.

Comme on peut le constater, seuls 17 enfants et 3 petits enfants ont été retrouvés (comme appartenant à la famille en 1915), dont 4 sont morts en bas âge. Les recherches se poursuivent pour arriver au compte de 18 mobilisés.

Sources:
5E514/10-AD71, 5E514-AD71, 5E419/18-AD71, 5E419/16-AD71, 5E419/19-AD71, 5E484-AD71, 5E256/8-AD71, 5E419/20-AD71, 5E419/21-AD71, M642-AD71, M642 bis –AD71, M643 – AD71, M644-AD71, M645-AD71, M646-AD71, M647-AD71, M648-AD71, 6M St Germain du Bois 1911-AD71, 6M Sens 1881-AD71, 1R RM Chalon 1894-AD71, 1R RM Chalon 1895-AD71, 1R RM Chalon 1896-AD71, 1R RM Chalon 1903-AD71, 1R RM Chalon 1907- AD71, 1R RM Chalon 1908-AD71, 1R RM Chalon 1909-AD71, 1R RM Chalon 1915-AD71, 1R RM Chalon 1917-AD71, 1R RM Chalon 1921-AD71, 1R RM Auxonne Macon 1902-AD71, Presse numérisée via Gallica: Le Gaulois, Le Temps. Presse étrangère: The Victoria Advocate, The London Evening

© 2014 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email