Août 022014
 

18 enfants au front: un record

Avec la mobilisation gĂ©nĂ©rale affichĂ©e le 1er aoĂ»t 1914, ce sont les hommes entre 21 Ă  38 ans qui sont d’abord appelĂ©s avant d’ĂŞtre rejoints par les classes 1914 et 1915 Ă  la fin de l’annĂ©e.
Un an plus tard, le journal américain « Victoria Advocate » annonce une curiosité: Bernard Guichard, un ouvrier de Saône et Loire, a 17 de ses enfants au front. Son 18ème enfant doit rejoindre bientôt ses frères. Quelques jours plus tôt, le journal anglais « The London Evening » précise que le 18ème enfant sera appelé avec la classe 1917.

Retrouver Bernard Guichard

Retrouver l’histoire de Bernard Guichard n’a pas Ă©tĂ© si simple qu’il y parait.
– Le seul point d’information Ă©tant un enfant de la classe 1917, une première analyse de la vingtaine de fiches matricules de SaĂ´ne et Loire n’a laissĂ© apparaitre aucun fils de « Bernard Guichard ».
– La liste des morts pour la France, portant le nom Guichard et nĂ©s dans le dĂ©partement 71, est composĂ©e d’une cinquantaine de noms, mais pas un de ces soldats n’est fils de Bernard Guichard.
– Le recensement de 1911 pouvant ĂŞtre un peu « vieux » en cas de dĂ©mĂ©nagement de la famille, ce sont les listes Ă©lectorales qui ont permis de rassembler tous les porteurs de ce patronyme dans le dĂ©partement, et de constater que, lĂ  encore, il n’y avait pas de Bernard Guichard, mais qu’en plus le patronyme Ă©tait très frĂ©quent dans tout le dĂ©partement (voir la carte ci-après) et que seules quelques rares communes avaient des communautĂ©s un peu plus fournies d’hommes porteurs de ce nom.

Comment dénouer le mystère?
Il faut dĂ©jĂ  prendre en compte la notion de « chef de famille » Ă  l’Ă©poque et comprendre que, comme il sera stipulĂ© dans le concours des plus grandes familles au front organisĂ© en 1916, le père n’est pas que biologique, mais il veille Ă©galement sur les autres membres de la famille.
18 enfants signifie: des fils, des gendres, éventuellement des petits fils mais aussi les fils des remariages. Tout ces garçons devant être nés au plus tard en 1897 pour appartenir à la classe 1917.
Et puis il faut fouiller inlassablement la presse pour trouver l’article ou les articles qui donnent un indice supplĂ©mentaire.
Les journaux français « Le Gaulois » en décembre et octobre 1915 et « Le Temps » en novembre 1915 précisent la commune: St Germain du Bois. Du Bois, pas Des Bois. St Germain des Bois a été renommée deux ans plus tôt, en 1913, en St Germain en Brionnais.

Les enfants de Jean Pierre Bernard

En croisant les donnĂ©es des recensements, des listes Ă©lectorales, des soldats de la classe 1917, on s’aperçoit que Bernard est le nom de famille et Guichard celui de sa nouvelle Ă©pouse. On constate d’ailleurs la prĂ©sence d’un tiret dans deux des articles de journaux français. Heureusement que la commune est citĂ©e, car si le patronyme Guichard est frĂ©quent, celui de Bernard l’est Ă©galement!
La reconstitution de la famille Bernard-Guichard ne montre cependant pas les 19 enfants dont 18 mobilisés.

Premier mariage: 1 enfant mobilisé

Marie Claudine Remandet, nĂ©e en 1854 Ă  St Germain du Bois, s’est mariĂ©e en aout 1870 Ă  St Germain du Bois avec Louis Desbois dĂ©cĂ©dĂ© en 1871.
1 enfant est né à St Germain du Bois:
Claudine Desbois née le 24 aout 1870, mariée en janvier 1889 à St Germain du Bois avec Joseph Guyot (né en 1857 à St Germain du Bois),
3 enfants du couple sont nés à St Germain du Bois
– Marie nĂ©e le 7 mai 1890 dĂ©cĂ©dĂ©e le 17 mai 1890 ;
– Pauline Gabrielle nĂ©e le 10 novembre 1893, mariĂ©e en juin 1914 Ă  St Germain du Bois Ă  Jean Rebillard nĂ© en 1887 Ă  St Martin en Bresse (Classe 1907, matricule 808 – Chalon sur SaĂ´ne) ;
– Marie nĂ©e le 2 septembre 1896, dĂ©cĂ©dĂ©e le 13 fĂ©vrier 1897 ;

Claudine Desbois se remarie en 1919 à St Germain des Bois avec Rochet Emile né le 20/12/1871 à Lessard en Bresse (Marié le 14/04/1898 à Thurey à Marie Marguerite Molard, remarié le 25/11/1910 à St Germain des Bois à Fèvre Olympe). Emile Rochet a eu plusieurs enfants de ses précédents mariages.

Deuxième mariage: 15 enfants

Marie Claudine Remandet se remarie en aout 1872 à Jean Pierre Bernard né en 1847 à St Usuge
5 enfants sont nés à St Germain du Bois :
– Gabriel nĂ© le 8 fĂ©vrier 1874 Ă  St Germain du Bois, mariĂ© en 1904 Ă  Bouhans (Classe 1894, matricule 1586 – Chalon sur SaĂ´ne) ;
– Claude François nĂ© le 26 octobre 1876 Ă  St Germain du Bois, mariĂ© en 1901 Ă  Montjay, dĂ©cĂ©dĂ© en 1918 Ă  Montjay (classe 1896, matricule 622 – Chalon sur SaĂ´ne) ;
– Claude nĂ© le 16 janvier 1879;
– Maria nĂ©e le 18 avril 1880, mariĂ©e en 1906 Ă  St Germain du Bois Ă  François Claudius Arthur Barbeaux (Classe 1902, matricule 333 – Auxonne) ;
– Un garçon mort-nĂ© le 29 aout 1881.
10 enfants nés à Sens :
– Jules nĂ© le 16 mars 1883, mariĂ© en 1907 Ă  St Usuge, dĂ©cĂ©dĂ© en 1974 Ă  Chalon sur SaĂ´ne (Classe 1903, matricule 890 – Chalon sur SaĂ´ne) ;
– Claudine Marceline nĂ©e le 14 aout 1884, mariĂ©e en 1906 Ă  St Usuge Ă  Claude Marie Martin (Classe 1908, matricule 456 – Chalon sur SaĂ´ne), dĂ©cĂ©dĂ©e en 1957 Ă  Cosges (39) ;
– EugĂ©nie Sylvia nĂ©e le 21 aout 1886, mariĂ©e en 1902 Ă  St Germain du Bois avec Claude Audry (classe 1882 ?) ;
– Marie Eulalie FĂ©licie nĂ©e le 31 octobre 1887, mariĂ©e en 1907 Ă  St Usuge Ă  Jean Claude Bert, dĂ©cĂ©dĂ©e en 1964 Ă  Chalon sur SaĂ´ne ;
– Joseph Eugène nĂ© le 13 janvier 1889, mariĂ© en 1913 Ă  St AndrĂ© le DĂ©sert (Classe 1909, matricule 50 – Chalon sur SaĂ´ne) ;
– Pierre Marius nĂ© le 22 fĂ©vrier 1890, dĂ©cĂ©dĂ© le 13 mai 1890 Ă  Sens ;
– Marie LĂ©ontine nĂ©e le 26 avril 1891, mariĂ©e en 1910 Ă  Sens avec Ernest Buatois (Classe 1895, matricule 603 – Chalon sur SaĂ´ne) ;
– Charles Marius nĂ© le 1er juin 1893 domestique Ă  St Germain du bois en 1911 ;
– Pierre nĂ© le 25 avril 1895, mariĂ© en 1919 Ă  Bosjean, dĂ©cĂ©dĂ© en 1952 Ă  Bosjean (Classe 1915, matricule 665 – Chalon sur SaĂ´ne) ;
– Henri nĂ© le 4 aout 1897, mariĂ© en 1921 Ă  St Usuge (Classe 1917, matricule 159, Chalon sur SaĂ´ne).

Le mariage Bernard-Guichard

Marie Claudine Remandet est décédée en 1907, Jean Pierre Bernard s’est remarié en octobre 1908 à St Usuge à Eugénie Guichard née en 1847 à St Germain du Bois.
Eugénie Guichard a eu un enfant de père inconnu hors mariage :
– Antoine Alexandre Guichard nĂ© le 14 avril 1901 Ă  St Usuge, mariĂ© en 1936 Ă  St Germain du Bois, dĂ©cĂ©dĂ© en 1955 au mĂŞme lieu.

Le couple est toujours vivant en 1921 et habite Ă  St Germain du Bois.

Comme on peut le constater, seuls 17 enfants et 3 petits enfants ont été retrouvés (comme appartenant à la famille en 1915), dont 4 sont morts en bas âge. Les recherches se poursuivent pour arriver au compte de 18 mobilisés.

Sources:
5E514/10-AD71, 5E514-AD71, 5E419/18-AD71, 5E419/16-AD71, 5E419/19-AD71, 5E484-AD71, 5E256/8-AD71, 5E419/20-AD71, 5E419/21-AD71, M642-AD71, M642 bis –AD71, M643 – AD71, M644-AD71, M645-AD71, M646-AD71, M647-AD71, M648-AD71, 6M St Germain du Bois 1911-AD71, 6M Sens 1881-AD71, 1R RM Chalon 1894-AD71, 1R RM Chalon 1895-AD71, 1R RM Chalon 1896-AD71, 1R RM Chalon 1903-AD71, 1R RM Chalon 1907- AD71, 1R RM Chalon 1908-AD71, 1R RM Chalon 1909-AD71, 1R RM Chalon 1915-AD71, 1R RM Chalon 1917-AD71, 1R RM Chalon 1921-AD71, 1R RM Auxonne Macon 1902-AD71, Presse numérisée via Gallica: Le Gaulois, Le Temps. Presse étrangère: The Victoria Advocate, The London Evening

© 2014 Généalanille

Print Friendly

error: Content is protected !!