Oct 262016
 

Cet enfant a Ă©tĂ© kidnappĂ© le 15 novembre 1902 Ă  Paris 17ème. Qu’est-il devenu après ce rapt?

image

Une nourrice trop occupée et un enfant enlevé un samedi après midi

Il est environ 14 heures, ce samedi 15 novembre 1902. La nourrice de la famille Fontaine a quitté le domicile du 8 Rue Puvis de Chavanne et part se promener avec Paul Louis Raymond 7 ans, et son frère moins âgé dans une poussette. La jeune femme traverse l’avenue des ternes à l’angle des avenues Niel et Mac Mahon en tâchant d’éviter les voitures et d’épargner la vie du nourrisson. Quand elle se retourne, le garçonnet a disparu. Affolée, la nourrice s’adresse à un agent mais comme elle est anglaise, elle ne parvient pas à se faire comprendre. Fort heureusement, un passant maitrise la langue de Shakespaere et permet de donner un signalement de l’enfant.

perdu

Tout le monde s’y met et recherche en vain le garçon qui reste introuvable. La nourrice retourne au domicile familial chez la belle mère de l’enfant (sa mère est morte et son père banquier est en voyage en Asie). Une enquête est ouverte par le commissaire et la Sureté est prévenue.

 

Premières suppositions et un béret « Terrible »

Les journaux relayent la nouvelle du rapt. Si pour tous, il est évident que la nourrice n’a pas été assez attentive, pour certains, celle-ci était suivie par une voiture et donc prémédité.

Le signalement du petit disparu est diffusé : il est blond aux yeux bleus, grand pour ses 7 ans.  Il est vêtu d’un costume complet noir avec pantalon court et paletot beige, porte un béret rouge avec l’inscription « Terrible ». Il est chaussé de souliers noirs et de chaussettes marron.

lexixsiecle19111902

La sûreté mène son enquête. Quelques jours après la disparition de l’enfant, on apprend que Mme Lacoste sa grand-mère maternelle a été interrogée. Comme elle était absente de Paris, elle ne peut fournir aucun renseignement sur le rapt.

Avis de recherche national

Vingt jours environ après l’enlèvement, la sûreté décide de diffuser un avis de recherche national. L’enfant y est décrit précisément et par chance une photo de lui est disponible. Les journaux n’ayant pas forcément les moyens de réimprimer les photos, ce sont des dessins qui sont diffusés.

image2

Les consignes sont de rechercher dans les maisons d’enseignement et en cas de découverte de l’enfant d’informer télégraphiquement le chef de la Sureté à Paris et d’assurer la garde de l’enfant jusqu’à la réception des instructions.

Les avis sont transmis dans toutes les préfectures, mêmes celles qui ne concernent pas la vie de l’enfant (il est né dans le Pas de Calais).

avis

Retrouvé !

On est le 14 décembre 1902 et l’enfant a été retrouvé.

Le garçon était dans une pension du 131 boulevard Lefèvre dans le 15ème arrondissement. Les propriétaires de la pension ont trouvé une grande ressemblance entre la photo du journal et l’enfant qu’une femme leur avait confié sans se faire connaitre, en se bornant à payer le prix de la pension et en précisant que l’enfant s’appelle René.

retrouve

L’instruction policière reste ouverte et le magistrat va devoir démêler le vrai du faux entre les déclarations de la belle mère et de la grand-mère du petit Raymond. La grand-mère est en effet soupçonnée d’avoir organisé l’enlèvement. En attendant, Raymond doit rester dans sa pension boulevard Lefèvre.

Le président du tribunal civil prend sa décision le 16 décembre 1902 : attendu que la grand-mère avait déposé un référé après la disparition de l’enfant, et que belle mère et grand-mère se sont mises d’accord, il est convenu que Raymond est sous l’autorité de sa grand-mère en attendant le retour de son père et qu’il est déplacé dans l’institution Sainte Marie au 39 Rue de Monceau. Mme veuve Roger Fontaine est chargé de faire transférer l’enfant.

le-xix-18121902

 

Et après ?

L’acte de naissance n’indique ni mariage ni décès. Il faudrait rechercher une conscription ou la succession de son père pour connaitre un peu plus son destin….

 

© 2016 Généalanille

Print Friendly