Nov 282014
 

Marie Eugène Prévost est né le 26 mai 1880 au bourg de Marly Sous Issy de François Prévost et de Marie Françoise Dumagny, tous les deux épiciers. Premier des enfants à être né à Marly, Eugène est le deuxième des 8 enfants du couple.
La famille revient s’installer à la Belle Etoile à Grury (1901) puis au bourg de Grury (1906).
Eugène est domestique quand il part faire son service militaire entre novembre 1901 et septembre 1902 avec le 29ème Régiment d’infanterie en caserne à Autun. A son retour, il sera maçon à Grury, puis à nouveau domestique. Il réside chez Mr Carlier à Senlis (60) en juillet 1911, revient habiter à Grury en 1912 avant de repartir à Plottes près de Tournus (71) en mars 1913 et est de retour chez ses parents en mai 1914.

Le 11 aout 1914, il rejoint son régiment à Langres au 21ème RI auquel il a été affecté en 1913. Il ne part au front que le 6 septembre et fait partie des 472 réservistes qui sont répartis dans les compagnies qui sont dans la région de Rupt (52). Le matériel demandé la veille (1200 couvre-pieds, étuis musettes, etc) est arrivé le matin de Langres par automobile.

Le 7 septembre, le régiment fait une marche de 32 km pour cantonner à Bailly le Franc, puis une marche de 28km pour se placer à St Ouen au sud de Vitry le François où de fortes canonnades sont en cours. Le régiment continue d’avancer vers le nord jusqu’au 14 septembre 1914 où il est stoppé entre Souain et Perthes.

L'avancée vers le nord du 21ème RI

L’avancĂ©e vers le nord du 21ème RI

Il subit de violents combats pendant 10 jours avant d’être relevé.

Le 25 septembre, outre les pertes quotidiennes, le journal de marche indique que « l’épidémie de dysenterie prend des proportions inquiétantes » et que de nombreuses évacuations sont nécessaires.

Le 21ème RI reprend sa lutte contre les Allemands qui effectuent un tir méthodique sur les lignes françaises.

Le régiment est brusquement relevé le 1er octobre 1914 au matin et reçoit l’ordre de partir pour Chalons sur Marne où il embarque en train. Le trajet est long : de la Champagne, les hommes vont rejoindre Estaires (59) en passant par Meaux, Amiens, Boulogne, Calais et Armentières.

Il est probable qu’Eugène PrĂ©vost ne prendra jamais ce train.

21-train

Le trajet en train pour rejoindre la région de Lille.

Le 4 octobre 1914, le 21ème RI se bat à Loos, au sud de Lille et attaque les allemands installés à Ronchin le lendemain. A 22H, l’ordre est donné de descendre vers le sud, et le fort de Seclin est trouvé abandonné par l’ennemi. Les troupes doivent rejoindre la région de Notre Dame de Lorette.

 

La bataille autour de Lille et la descente vers le sud.

La bataille autour de Lille et la descente vers le sud.

Dès le 8 octobre, les bataillons du 21ème RI sont pris sous les feux des allemands et n’arrivent pas à avancer. Les pertes sont énormes. Les hommes doivent creuser, pendant la nuit et à la hâte, des tranchées avec ce qu’ils ont : baïonnettes, couteaux, cuillères et gamelles, car leurs outils ont été détruits ou perdus dans les batailles précédentes. Le combat dure 8 jours sans discontinuer. Les bombardements sont intenses, l’état sanitaire est bon mais le journal indique qu’il y a « toujours beaucoup de diarrhée. »

Le 25 octobre 1914, le 21ème RI part à Mazingarbe et Noyelles les Vermelles un peu plus au nord et le 10 novembre, « la dysenterie disparaît progressivement. » La neige commence à tomber le 17 novembre et « tout est gelé » le 21 novembre. Le lendemain, le régiment est relevé pour 4 jours avant de repartir pour les tranchées.

Le 28 novembre 1914, Eugène Prévost décède à l’hôpital de Chalons sur Marne (Chalons en Champagne) de typhoïde. Il est donc probable qu’il n’ait jamais fait la campagne dans le nord de la France.

Son corps repose dans la tombe 3277 de la nécropole de Chalons en Champagne.

Sources

5E280/9-AD71, 6M Grury-AD71, 6M Marly Sous Issy-AD71, 1R RM Autun 1900-AD71, sga mémoire des homes 26N593/1, sépultures de guerre, site ancestramil, M642 Bis-AD71

© 2014 Généalanille

Print Friendly