Sep 272017
 

Grâce aux bourses d’enseignement, deux exemples d’élèves vétérinaires ont pu en partie financer leurs études au 19ème siècle.

Trois Ă©coles nationales

Pour devenir vétérinaire au milieu du 19ème siècle, il faut passer par l’une des 3 écoles nationales situées à Lyon, Toulouse et Alfort.

Les modalités d’inscription sont simples :

  • Un acte de naissance
  • Un certificat de bonnes vies et moeurs signĂ© par le maire
  • Un certificat d’un mĂ©decin, chirurgien ou officier de santĂ© attestant que le jeune homme a Ă©tĂ© vaccinĂ© ou qu’il a eu la petite vĂ©role
  • Pour les plus de 20 ans, un justificatif qu’ils ont satisfait Ă  la loi sur le recrutement
  • ….et une obligation sur papier timbrĂ© pour garantir le paiement d’avance par trimestre de la pension.

 

Pensionnaires

Qui dit 3 écoles, dit nécessaire pension pour les plus éloignés. D’ailleurs il est conseillé de rester en pension pour être disponible à tout instant à ses études. Et puis la vie en communauté, cela forge le caractère.

Mais avant d’être accepté, il faut passer l’examen préparatoire qui a lieu début octobre (à l’école choisie). Il comporte du français, de l’arithmétique, de la géométrie, de la géographie et de l’histoire de France. Et jusqu’en 1865, les élèves doivent être en état de forger un fer en deux chaudes. Après cette date, l’épreuve de forge est supprimée.

S’ils sont admis à l’examen, les élèves vétérinaires reçoivent du garde magasin les objets du coucher et le surveillant leur indique leur place dans les chambres ou dortoirs.

Ceux qui ont échoué devront rassembler un nouveau dossier pour l’année suivante.

 

4 ans Ă  financer

4 ans d’enseignement sont nécessaires pour devenir vétérinaire. Les élèves obtiendront alors un diplôme et une rétribution 100 francs. 4 ans en théorie, puisque le jury annuel peut décréter que l’élève n’est pas assez instruit pour passer en division supérieure.

Le coût de la pension est de 450 francs (en 1864) par an payable par trimestre et d’avance. Le prix du diplôme est à payer avant l’examen et est remboursé en cas d’échec.

La pension n’est pas la seule dépense, il faut aussi se munir d’un uniforme. « Hors de l’école et à la messe, aux distributions de prix, lors des visites faites par les officiels, les élèves portent un habit bleu foncé croisé devant, un pantalon de même drap, un gilet noir, des demi-bottes, un chapeau rond en soie noir. »

Le trousseau est à acheter. Le linge de literie est fourni par l’école. Et chacun lave son linge : l’élève pour son trousseau, l’école pour le linge de literie.

Les élèves doivent aussi acheter, leurs livres, instruments….

Deux types de bourse d’enseignement

Deux demi-bourses sont attribuées aux élèves par les préfets mais uniquement dans l’école dont dépend le département (école vétérinaire de Toulouse pour le département de l’Aveyron). Elles ne sont attribuées qu’après 6 mois d’école et uniquement aux plus méritants.

Par ailleurs des bourses impériales sont aussi données par l’état. Là encore, ce ne sont que les plus méritants qui peuvent y prétendre.

Pour certains bons élèves, ils parviennent à faire financer quasi l’intégralité de leur étude pour un semestre.

Le cas de deux élèves

Pierre Delbeuf est né en 1840 à Foissac (12), fils d’un forgeron.

Il entame sa première année d’étude à Toulouse en 1864. 9ème sur 64 au 1er semestre puis 8ème sur 65 au second semestre, il obtient une demi-bourse du département de l’Aveyron.

La deuxième année démarre mal. Il n’est que 29ème sur 39 élèves. Considéré comme un élève médiocre, sa demi-bourse lui est refusée. Il travaille probablement dur pour finir 13ème sur 38 au second semestre.

La demi-bourse lui est accordée pour sa 3ème année d’études. Il va la conserver toute l’année avec un classement de 8ème sur 39 puis de 6ème sur 39 élèves.

Aucune indication de bourse pour sa dernière année d’étude. Il finit 20ème sur 41 puis 7ème sur 42 élèves lors des deux semestres et obtient son diplôme avec une mention honorable.

Antoine Emile Rigal est né en 1839 à Villefranche de Rouergue (12), fils d’un vétérinaire.

Sa première année d’étude à Toulouse débute en 1860. Et son premier semestre sera le seul à ses frais.

5ème sur 38 élèves, il décroche une demi-bourse du préfet de l’Aveyron qu’il conserva tous les trimestres jusqu’à la fin de ses études.

Dès la deuxième année, ses classements sont tellement bons (2ème sur 39 puis 3ème sur 40) qu’il obtient en plus une demi-bourse impériale, qu’il conservera là encore jusqu’à sa 4ème année.

Il obtient son diplĂ´me en 1864, finissant le semestre Ă  la 12ème place sur 36 Ă©lèves…

 

Quel intérêt pour une généalogie ?

Si vous savez que votre ancêtre a été diplômé, vous cherchez généralement la date du diplôme. Selon sa profession, vous pouvez aussi dénicher la date de son enregistrement au tribunal.

Chercher une bourse d’enseignement, c’est parfois l’occasion de croiser des lettres manuscrites de votre ancêtre. C’est surtout, souvent, un bon moyen d’évaluer son niveau scolaire, à défaut de connaitre ses notes.

On y croise aussi ceux qui ont abandonnĂ©… mais, Ă  moins de savoir que votre ancĂŞtre a fait ce type d’études, vous n’irez probablement jamais le chercher dans ces archives !

 

Sources 2T2/6-AD12, 2T2/9-AD12, biusante.parisdescartes.fr, recueil de médecine vétérinaire et journal des vétérinaires numérisés par Gallica.

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Cet article a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© dans le cadre du challenge UproG de septembre 2017 sur le thème imposĂ© « l’enseignement ».