Nov 112014
 

Une décision rapide

Le 20 novembre 1918, soit 9 jours après l’armistice, le conseil municipal de Grury valide la proposition du maire d’ériger un monument commémoratif en l’honneur des soldats pour la France et vote un budget de 800 francs.

L’équipe municipale est en poste depuis les élections du 5 mai 1912 qui se sont déroulées sans événement particulier si ce n’est un bulletin considéré « nul » qui proposait de faire construire 12 candidats en acier à Mr Schneider car les anciens ont besoin d’aller à l’école pour connaitre une bonne république et les nouveaux ont déjà de la peine à faire leurs affaires, ce n’est pas pour avoir du temps pour faire celles des autres.

Schneider

Les conseillers municipaux au moment de la décision du 20 novembre 1918 sont les suivants :

  • RĂ©my Dufour, agriculteur chez Martenot, âgĂ© de 35 ans, maire de Grury, absent pour cette rĂ©union ;
  • Pierre Fugère, propriĂ©taire Ă  la Mallevelle, âgĂ© de 57 ans, faisant les fonctions de maire ;
  • Jean Paquier Ă©poux Bouchot, cultivateur Ă  LongvĂ©, âgĂ© de 55 ans, absent pour cette rĂ©union ;
  • François Tissier, cultivateur aux Corcelles, âgĂ© de 64 ans, absent pour cette rĂ©union ;
  • Pierre Brenot, cultivateur aux MontlĂ©ry, âgĂ© de 65 ans prĂ©sent ;
  • Jean Laroze, charron au champ du moulin, âgĂ© de 56 ans, prĂ©sent ;
  • Jean Maltaverne, tisserand au champ Martenot, âgĂ© de 70 ans, prĂ©sent ;
  • Philippe Jeannin, cultivateur Ă  GinĂ©, âgĂ© de 53 ans, prĂ©sent ;
  • Claude Desbrosse, absent, mort pour la France ;
  • Pierre Garenne, forgeron au bourg, âgĂ© de 64 ans, prĂ©sent ;
  • Jean Vilain, cultivateur au Vernay, âgĂ© de 55 ans, prĂ©sent ;
  • Jean Gouliat, cultivateur chez Reinot, âgĂ© de 46 ans, absent.

Le choix du monument

Dès septembre 1919, un traité de gré à gré est passé avec Pierre Journet, sculpteur à Issy l’Evêque.

Devis

Le choix se fait sur un catalogue des marbreries générales, 33 Rue Poussin à Paris. Le monument choisi d’une hauteur de 4,70m en granit taillé avec entourage en fer coute de 9200 francs pour une base carrée de 3,20m et de 5980 francs pour une base de 2,50m.

Cataloguecroquis-monument

La commune de Grury préfère réduire le prix du monument pour y ajouter des accessoires.

Le devis formel demandé par le préfet est le suivant :

  • Monument en Pierre dure de largeur Ă  la base 2,60m Hauteur totale 4,20 m
  • Prix y compris gravure sur plaques de marbres incrustĂ©e de 68 noms prĂ©noms et grades 4000 francs
  • Palme en bronze de 1,15m en haut du monument 440 francs
  • Croix de guerre en bronze de 0,30m 180 francs
  • BĂ©ton pour l’assise du monument 250 francs
  • Transport par voiture et pose du monument 440 francs
  • Entourage du monument en fer forgĂ© grille de 4,2m de cĂ´tĂ© 800 francs

Total 6110 francs

 

Les Ă©lections municipales de 1919

Le 30 novembre 1919, de nouvelles élections municipales ont lieu dans la commune. L’ensemble des conseillers sortants sont réélus. Claude Desbrosses, conseiller mort pour la France, est remplacé par Jean Paquier , propriétaire, qui rejoint son homonyme au conseil municipal.

Une installation retardée

Dès le 17 juin 1920, le monument est prêt à être posé et le maire demande une subvention du département pour financer ce qu’il manque à son budget en dehors des 800 francs de la commune (votés en 1918) et les 3700 francs obtenus par souscription auprès des habitants. Le préfet répond le 2 juillet qu’il n’y aura pas de subvention du département et qu’il faut attendre celle de l’état dont le barème est en cours de calcul. Entre temps, il a été décidé de mettre une grille plutôt qu’une barre en fer.

L’inauguration prévue pour le 14 juillet 1920 est finalement reportée car les travaux de pose ne sont pas validés par le préfet.

Le barème de la subvention de l’état est confirmĂ© dans la loi de finances du 31 juillet 1920. Il est basĂ© sur deux critères : le nombre de morts par rapport Ă  la population de 1911 (1236 habitants pour la commune de Grury) et la valeur du centime communal dĂ©mographique de l’annĂ©e oĂą la subvention est accordĂ©e.

subvention

L’installation est finalement faite en octobre 1920 à proximité de la place publique et à l’intersection des routes de Bourbon Lancy et de la Chapelle au Mans. Le plan ci-après comporte définitivement un problème d’orientation de l’église !

Croquis

Le 20 décembre 1920, la réception définitive de l’ouvrage est faite par Jean Marie Rémy Dufour maire et Tissier et Garenne conseillers municipaux.

Un alignement contesté

Le 16 avril 1921, l’agent voyer du canton, sous ingénieur des Ponts et Chaussée, fait remarque que la grille qui entoure le monument mesure 70cm, est en fer demi rond creux donc à son avis trop légère pour résister des années. Elle repose sur une bordure en brique de 0,11cm avec des dés en pierre de taille aux 4 angles mais surtout elle est en saillie de 50cm sur les alignements de chemin.

Le problème n’a pas été détecté avant, car le monument ayant été érigé sur une place commune en dehors de la voie publique, l’avis de l’agent voyer n’a pas été sollicité.

Alignement

Le maire confirme ces propos et ce débordement de 50cm sur l’alignement des deux routes mais précise que la grille ne gêne pas la circulation, que les piétons ont un mètre de trottoir pour circuler librement et sollicite de laisser les choses en l’état. « Il est absolument impossible de rétrécir l’entourage, lequel est indispensable pour la conservation d’un monument qui doit perpétuer pour toujours le nom de nos morts, et nous obliger à le rétrécir serait nous obliger à le supprimer. »

Après lecture du rapport de l’agent voyer, l’ingénieur en chef décide le 11 mai 1921 que les alignements n’en sont pas de réels donc ils peuvent être tolérés. La grille reste dans l’état.

monument-avant

L’inauguration

Le monument aux morts est inauguré le dimanche 17 juillet 1921 dans un village « enguirlandé et fleuri ». Plusieurs personnalités liront leurs discours avant le dépôt de gerbes et le chant de la Marseillaise par les enfants de l’école.

article

Un réalignement

Depuis, le monument a subi quelques modifications : il a été réaligné pour ne pas empiéter sur le trottoir, nécessitant de tronquer sa base parallèlement aux deux routes, de plus la grille en fer a été remplacée par une chaine.

monument-apres

Sources:

M1286-AD71, M1299 –AD71, O2463-AD71, M642-AD71, 6M 1911 Issy –AD71, PR60/21-AD71, Gallica: journal officiel

© 2014 Généalanille

Print Friendly