Les objets de la communion

La communion est l’un des sept sacrements de l’église. Sa célébration est liée à des objets incontournables.

La communion privée et la communion solennelle

C’est le pape Pie X qui institue en 1910 le principe d’une communion possible dès 6 ou 7 ans. On distingue alors la « communion privée », c’est à dire entourée d’une solennité discrète, de la « communion solennelle » faite devant tout le monde.

Pour la communion solennelle, elle n’est possible qu’après un an de petit catéchisme et deux ans de grand catéchisme. Les communiants doivent avoir 10 ans révolus au 1er janvier de la communion. Selon la revue religieuse du diocèse de Rodez de 1924, « on ne saurait invoquer, pour devancer l’âge d’admission, que dans certaines paroisses cette cérémonie n’a lieu que tous les deux ans ». Il vaut mieux retarder l’âge de la communion solennelle, l’enfant n’en sera que mieux préparé et instruit sur la vie religieuse.

Pas d’éclat extérieur

Selon le synode de 1920-1921, pour la communion privée, tout éclat extérieur est interdit. Pas de robe blanche pour les filles, pas de brassard pour les garçons, pas de cierge, pas de cérémonie du renouvellement des promesses du baptême.

Ce qui n’est pas le cas de la communion solennelle.

Un code vestimentaire

Communiant et communiante sont habillés d’une manière particulière en ce jour de cérémonie de communion solennelle.

Les filles portent :

  • corsage et jupe en mousseline blanche,
  • une couronne
  • des gants blancs
  • un voile blanc.

Les garçons sont habillés :

  • d’un costume noir avec cravate
  • d’un brassard
  • de gants blancs.

Les anciennes publicités n’évoquent que les couronnes et des cierges. Par contre, les journaux du début du 20ème siècle proposent des trousseaux complets!

Ce n’est que dans les années 50 que garçons et filles seront habillés uniformément d’une aube. Les filles continueront cependant de porter un voile pendant quelques années !

Les accessoires …

Un cierge, un chapelet, un livre de messe, les objets liés au caractère religieux sont évidemment présents en ce jour de communion. Et un bijoutier, Mr Lesieur,  a même l’idée dans les années 50 de créer la copie d’une croix située à Estaing (12) pour la transformer en bijou. Un cadeau original qui aura eu du succès localement.

… et les souvenirs

Images pieuses, certificat de communion, photos officielles, voire même menu du repas de communion sont autant d’objets qui permettent de se souvenir de la date de la cérémonie… et de l’ajouter à un arbre généalogique !

Source : bulletin religieux de l’archidiocèse de Rouen, la semaine religieuse de l’archidiocèse d’Albi, la revue religieuse du diocèse de Rodez, le narrateur, Centre Presse.

Cet article a été réalisé dans le cadre du challenge UproG de mars 2019 sur le thème imposé “un des sept sacrements de l’église”.

© 2019 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Fermer le menu
error: Content is protected !!