Avr 292016
 

Par arrêté préfectoral du 5 juillet 1921, les manèges tournants dit pousse-pousse sont interdits sur tout le territoire de l’Aveyron.

Arrêté

Cette attraction, à cette époque d’un nouveau genre, est très prisée de la jeunesse. Elle consiste en des sièges suspendus par des chaines (comme des balançoires ou escarpolettes) au toit d’un manège que le mouvement de rotation fait s’éloigner de l’axe central et « porte très haut ».

Pousse-Pousse

 

Les fêtes du pays rouergat sont bien organisées en ce premier week-end de juillet 1921 à Rodez. Le samedi soir, les musiciens des « enfants d’Albi » donnent des concerts dans les différents quartiers de la ville. Le dimanche, programme est chargé :

  • Concours d’accordĂ©on, de cabrettes et de chansons patoises Ă  la caserne Sainte Catherine
  • Cortège de chars fleuris avec les enfants costumĂ©s faisant le tour de ville
  • Lâcher de ballons (contrariĂ© par le vent du nord)
  • Concert des « enfants d’Albi », des sonneurs RuthĂ©nois et de la Diane Rouergate
  • Kermesse au jardin public et fĂŞte foraine au foirail.

C’est dans la soirée de dimanche, alors que la kermesse bat son plein et que le jardin public est transformé en bataille de confetti, que Paul Izac, étudiant de 17 ans, monte sur une des escarpolettes du pousse-Pousse. Il attache la chainette qui empêche la chute et le manège démarre.

Au plus fort de l’ascension, les personnes présentes le voient glisser sous la chaine de sécurité et son corps, comme une loque, est lancé dans les airs avant de venir s’abattre sur le sol. Le public est sous le choc.

Le manège est stoppé et l’on vient porter assistance au jeune homme sans connaissance. Transporté à l’hôpital, les médecins lui diagnostiquent une fracture du crâne. Le lundi matin, il est ramené chez ses parents Rue Lebon où il décède à 9 heures.

Décès

Les témoins diront qu’il a probablement fait une syncope. Dès le lendemain, le préfet signe son arrêté pour l’interdiction de ce type de manège.

La fête continuera pour les Ruthénois avec le lundi une représentation de la « Soulenco », scène de vie rouergate, donnée dans la caserne Sainte Catherine et interprétée par la Lyre Ruthénoise.

Les gagnants du concours du dimanche matin auront été difficiles à déterminer. A la cabrette, le 1er prix est donné ex-aequo à Mr Vidal de Millau et à Mr Soulié de Sainte Geneviève. A l’accordéon, impossible de départager Mr Archimbault d’Agen et Mr Wins de Carmaux qui sont eux aussi ex-aequo. Le concours de chansons patois est attribué à Mr Moussié de Rodez.

Sources: PER1181-AD12, 1158W369-AD12, La dépêche du Midi-Médiathèque Rodez

© 2016 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email