Juin 192015
 

Suin est une petite bourgade de Saône et Loire qui a la particularité d’être perchée à 593 mètres d’altitude. Sa butte est surmontée d’une statue de la vierge Marie, vocable de l’église depuis le 8 octobre 1771.

Vierge

 

L’installation de la statue

Fin 1883, le révérend père Jean de Longeville, capucin de St François d’Assise, prêche pendant trois semaines sur la commune de Suin. La mission se termine à l’épiphanie 1884 et l’abbé Bordat envisage de faire établir une statue colossale de la vierge sur un rocher abrupt au point culminant de la commune.

Claude Bordat est né le 11 février 1833, nommé prêtre en 1860, il exerce ses fonctions à St Usuge pendant 6 ans puis à Gourdon pendant également 6 ans avant de devenir prêtre de Suin le 14 janvier 1872. Il quittera la commune en octobre 1890 pour aller officier à Marizy.

L’abbé Bordat, à 50 ans passés, ne ménage pas ses efforts pour trouver les sommes nécessaires à son projet. Il parvient à obtenir une somme suffisante fin 1884 pour acheter à Lyon un modèle réduit de la vierge de Fourvière. La statue lyonnaise mesure 5,60m, celle de Suin 4 mètres (selon la semaine religieuse).

Les vierges

La statue de Fourvière à gauche lors de sa dépose en 2008 et celle de Suin à droite en 2015.

L’installation est faite sur un piédestal de 2 mètres de haut au-dessus du rocher de la parcelle qui appartient aux héritiers de Charles Antoine Robin, ancien notaire à Suin.

L’inauguration a lieu le mardi 14 avril 1885 après la confirmation des enfants de la paroisse. Le père de Longeville prononce un discours avant la bénédiction par Monseigneur Perraud, le lyonnais devenu évêque d’Autun.

Mgr_Perraud

Monseigneur Perraud, évêque d’Autun

L’évêque accordera une indulgence pour toute personne qui « récitera un pater et un ave les regards tournés vers la statue ».

PaterL’information parait dans les diocèses voisins.

Lyon

 

La fête du cinquantenaire

Pendant 2 années, l’abbé Degrange, curé de Sivignon et de Suin va préparer une fête en l’honneur des 50 ans de l’inauguration de la vierge. Il faut trouver une période où les travaux aux champs sont moins prenants et c’est le dimanche 25 aout 1935 qui est retenu pour cette fête.

Le curé Jean Degange est né le 9 janvier 1890 à St Racho. Vicaire à St Vincent paroisse de Mâcon, il est nommé curé à Sivignon en novembre 1923. Il vit avec sa mère et sa sœur Antonine née toutes les deux à Coublanc.

Agé de 45 ans, le curé ne ménage pas, lui non plus, sa peine pour que la fête soit belle. Il propose dans le bulletin paroissial que les familles de Suin profitent de la manifestation du 25 août pour inviter leurs parents et amis afin de multiplier les présences à la cérémonie. Les dons sont acceptés en argent, en objets, mais aussi en produits fermiers (poulets, canards, lapins, beurre, œufs, fromage, crème) qui pourront être vendus soit directement soit après transformation.

Les dons arriveront de Chauffailles, Coublanc, Digoin et même du Maine et Loire et d’Indre et Loire.

 Appel aux dons

Le programme de la journée est copieux

Programme

  • Grande messe solennelle avec un sermon par Mgr Pélin, remplaçant l’évêque d’Autun, Mgr Chassagnon, indisponible ce jour là.
  • Réunion des semeuses
  • Procession avec cérémonie sur la montagne
  • Vente de charité
  • Gouters champêtres, paniers garnis
  • Lâcher de ballons
  • Attractions diverses dont du tir, un lapinodrome, une grande roue, les fouilles archéologiques au musée de Suin…

Interdit d’aller barbouiller la vierge

Le curé sait motiver les troupes et rappelle qu’il vaut mieux réserver ses achats pour ce jour là. Par ailleurs, il précise qu’il est interdit d’aller barbouiller la vierge.

 Gribouiller

Une foule de 4000 personnes

Le jour dit, c’est une foule nombreuse venant de la vallée avec une mention spéciale pour St Bonnet de Joux qui outre ses lots offerts par les commerçants, a vu sa population se déplacer en masse. Les horaires des trains et des bus sont rappelés par voie de presse.

Mr Pouviot a dû faire 4 voyages avec son car de 32 places, et de nombreuses voitures particulières ont gravi la montagne. Messieurs les gendarmes ont eu fort à faire pour assurer le service d’ordre et réglementer la circulation surtout quand la pluie et la boue se sont mêlé à la partie.

bus

Une matinée sans problème

La messe est suivie par une foule très nombreuse qui remplit complètement l’église (qui a été décorée de guirlandes, drapeaux et bannières de manière à cacher les murs un peu défraichis). Parmi les ecclésiastiques, il faut noter la présence de l’Abbé Janin de St Hugues à Paray le Monial qui est originaire de Suin et celle du curé de Vérosvres qui a pris des photos et qui a avancé l’heure de sa messe pour être présent à celle de Suin.

La réunion des Semeuses a finalement lieu à l’église au lieu de la salle d’œuvres car elles ne sont pas moins de 300 à être présentes, venant de toute la région. Toutes sont en uniforme marqué de la croix de Lorraine et portent un chapeau blanc.

A midi, les personnes présentes s’installent sur les pentes pour déguster leur pique nique ou vont se fournir au buffet de la kermesse. L’appel de dons de produits a bien été entendu et outre les animaux fermiers cuits et crus, c’est de quoi faire 300kg de pains et 60 kg de brioches qui ont été fournis au curé. Les tables du buffet sont installées dans la cour du presbytère à l‘ombre de grands arbres. Les convives ont à peine terminé leur repas quand surgissent quelques gouttes de pluie.

La pluie qui gâche tout

La fête va donc rassembler 4000 personnes au moins, le curé peut le prouver. La statue qui vient d’être repeinte en blanc ivoire ne reçoit finalement pas les hommages prévus car le vent a emporté des éléments de décors et les étoffes louées pour l’occasion resteront à l’abri de crainte d’être dégradées. L’estrade installée contre le rocher en dessous de la statue n’est pas complètement décorée.

décoration

La procession part de l’église et fait le tour du sommet dans les chemins bordés de buis.

Une procession par hauts parleurs sous la pluie

On est au 20ème siècle et si l’inauguration de la statue s’était déroulée dans la crainte de ne pas entendre le père capucin, la situation a changé et c’est grâce aux hauts parleurs de la maison Bachelet d’Iguerande que sont diffusés les chants qui doivent résonner dans tous les villages à la ronde.

C’est pendant l’allocution du supérieur du séminaire de Rimont que la pluie se met à tomber. Le discours est abrégé et le salut du saint sacrement est donné depuis l’estrade. La consécration à la Sainte Vierge n’a pas lieu. La foule redescend la butte en direction du local de la vente mais faute de haut-parleur à cet endroit, la cohue s’installe et beaucoup repartent sans avoir fait le geste de générosité qu’ils avaient envisagé. Ceux qui ont une voiture prennent le chemin du retour, les autres attendent le car en se mettant à l’abri d’une pluie devenue diluvienne, où ils le peuvent : dans l’église, dans la salle d’œuvres, dans les granges et sous les hangars.

Les ballons sont abandonnés, le terrain se vide et quelques uns restent souper au rez de chaussée de la cure, histoire de se débarrasser des restes et augmenter les recettes.

La fête nocturne réduite

Mr Furtin, auteur et artiste, devait faire avec son groupe une séance théâtrale en plein air pendant la fête de nuit. La manifestation a finalement lieu dans la salle d’œuvre face à un public moins nombreux mais persévérant. L’illumination de la statue n’a pas pu avoir lieu car à minuit il pleuvait toujours.

Nocturne

Vendre les restes

Le dimanche suivant, le curé organise une nouvelle vente pour réduire la quantité de marchandises difficile à conserver mais aussi le gaz qui restait pour les ballons. La vente annoncée sur les journaux permet à des « étrangers » de revenir à Suin.

 1935

Des ballons dans toute l’Europe

Les ballons ont été lancés en nombre.  Sur 187 ballons, 70 cartes ont été reçues 2 mois plus tard.

De Saône et Loire puis du Jura et du Doubs, les cartes ont été ensuite renvoyées de Suisse et d’Allemagne. Un prix a été promis à la personne dont le ballon aura voyagé le plus loin. Il est demandé un peu de patience pour dévoiler le nom du gagnant.

ballons

Les réponses des personnes ayant récupéré un ballon de Suin

 La journée du 25 aout 1935 restera dans toute la mémoire même si la fête a été gâchée par la pluie.

Le centenaire de la statue

Le 18 aout 1985, Suin a fêté le centenaire de la statue avec une cérémonie religieuse, une fête mais également un son et lumière.

Centenaire

 

Sources

NAEN N°58 et Semaine religieuse d’Autun : collection personnelle ; photo Mgr Perraud wikipedia, autres photos : collection personnelle, V36-AD71, 3P529/1 MA-AD71, 3P529/1 MR-AD71, 3Q11671-AD71, 3Q11672-AD71, REV950-AD71, 6M Paray le Monial St Bonnet de Joux 1936/1-AD71, 5E473/11-AD71, PR19/15-AD71, REV192/49-AD71, PER254/8-AD69, PR10/43-AD71

© 2015 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email