Août 312018
 

Daniel, Claude, César, Brigitte, Flore, Constance ne sont que quelques prénoms du personnel du Sieur Ostry, habitant Petite Rivière à Haïti,  une des anciennes colonies françaises.

Un aveyronnais parti dans les colonies

Il s’appelle Jean Baptiste Ostry. Il a été baptisé le 16 mars 1723 à Vabres dans l’Aveyron. Fils de Barthélémy Ostry notaire à Vabres et dame Marie Tauzin, il décède en 1786 dans sa propriété de Petite rivière en Haïti qu’il avait acquise 20 ans plus tôt.

Un inventaire peu ordinaire

C’est l’inventaire après son décès qui laisse apparaitre des biens un peu particuliers. Outre les classiques bâtiments, terrains, mobiliers et papiers, sont listés les esclaves « « nègres (45) puis les « négresses » (28) puis les « négrillons » (9) et les « négrittes » (7).

Et pour chacune de ses personnes, on apprend son nom, son âge, sa valeur économique (jusqu’à 50000 livres).

Des situations médicales

La valeur économique est évidemment associée au sexe, à l’âge mais aussi à l’état de santé. On relève ainsi quelques annotations.

  •  « Ayant des jambes enflĂ©es »
  • « EstropiĂ© d’un pied »
  • « Ayant un genou gros »
  • « Ayant une hernie »
  • « EstropiĂ© des mains »
  • « Infirme »
  • « Ayant une fistule »

Les conditions de vie

Le logement des enfants est une case de 54 pieds de long et 16 de large construite en bois rond clissée et boussillée couverte en paille.

Les autres logements sont 6 « cases à nègres », chacune de 45 pieds de long sur 16 de large de même structure.

Ce sont les seuls éléments indiquant les conditions de vie de ce personnel. Est-il bien nourri, bien traité ? Impossible à savoir. Il est, de toute façon, traité « d’esclaves » dans un document de vente de 1780…

Sources : 1J2832-AD12, 2E288M1-AD12

© 2018 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Cet article a été réalisé dans le cadre du challenge UproG d’août 2018 sur le thème imposé « les colonies ».

error: Content is protected !!