Avr 032014
 

Une jeune mariée qui n’a pas « vu » son repas de noces.

C’est le très sĂ©rieux Moniteur universel qui relate l’Ă©vĂ©nement dans son Ă©dition du 21 dĂ©cembre 1856.
Des jeunes mariĂ©s venaient de recevoir la bĂ©nĂ©diction nuptiale Ă  l’Ă©glise St Polycarpe de Lyon (69), quand la nouvelle Ă©pouse s’est plaint de maux de tĂŞte alors qu’elle retournait Ă  sa voiture. Le fiacre Ă©tait inquiet, mais la mère (et pas la belle mère) assura que ce ne serait rien.

La mariĂ©e, une fois arrivĂ©e chez le traiteur, Ă©tait devenue aveugle et a dĂ» ĂŞtre accompagnĂ©e jusqu’Ă  la salle oĂą se trouvait le repas. Un mĂ©decin a Ă©tĂ© dĂ©pĂŞchĂ© sur place et a reconnu la cĂ©citĂ© mais il a assurĂ© que « vu l’extrĂŞme jeunesse du sujet », il Ă©tait probable qu’elle guĂ©risse….

Le jour dit (18 dĂ©cembre 1856), il y a eu deux mariages dans le 1er arrondissement de Lyon. L’une avait 25 ans et l’autre 29 ans…. mais une seule avait encore sa mère en vie.

Sources: 2K JO/1856 tome 2 -AD71, 2E508-AM Lyon, Carte collection personnelle.
© 2014 Généalanille

Print Friendly

error: Content is protected !!