Jan 022016
 

Léonard Gagnon est né le 8 février 1883 à la Montagne à Maltat de Jean Claude Gagnon cultivateur et de Marguerite Luard. Il est le 6ème des huit enfants du couple.

La famille, qui habitait avant à Uxeau, re-déménage au début du XXème siècle pour s’installer à Valency sur la commune de Grury (71).

Cultivateur comme son père, il effectue son service militaire au 29ème régiment d’infanterie entre 1904 et 1907. A son retour, il s’installe dans la ferme de ses parents et se marie en avril 1909 à Marly sous Issy avec Jeanne Rougemont. Leur fille Marie ne tarde pas à venir au monde.

En juin 1914, la famille s’installe à Vendenesse sur Arroux.

 

Mobilisé par le décret du 1er aout 1914, il n’arrive à son régiment que le 10 août. Affecté au 29ème RI, il part au front le 26 aout 1914. Le gros de ce régiment a déjà rejoint les Vosges et c’est fin septembre que les troupes sont transportées dans la Meuse dans la région d’Apremont.

Genevois-Aprémont

Léonard Gagnon va voir plusieurs de ses compatriotes gruricois du 29ème RI tomber pour la France : Mathieu Genevois (octobre 1914), René Vadrot (décembre 1914).

Son frère Jean décède en février 1915 dans la Marne.

 

Léonard Gagnon, quant à lui, participe probablement à l’attaque du village de Remenauville du 4 avril 1915, bataille qui dure plusieurs jours mais reste vaine.

Malade, Léonard Gagnon est transporté à l’arrière et soigné à l’hôpital 280 à Valence (26) le 19 avril 1915.

Il apprendra probablement le décès de 2 autres gruricois de son régiment en avril 1915 : Jean Braud porté disparu et Joseph Gamet, le caporal dégradé mais médaillé.

 

Il repart au front le 11 septembre 1915 et arrive probablement un jour trop tard pour défiler devant le Colonel Perrin étendu sur un brancard.

Colonel Perrin

C’est le retour dans les tranchées de tête à vache le 15 septembre. Chaque jour, le journal de marche égrène des « situation inchangée » et le nombre de mort et de blessés.

Le 6 octobre 1915, le sous secteur ouest prend le nom de tranchées de la Croix St Jean. Les zones I et II sont défendues par le régiment de Léonard Gagnon.

29-Croix-St-Jean

Les mois de novembre et décembre 1915 s’écoulent sur le journal de marche dans la même monotonie apparente.

Gagnon-Extrait

 

Léonard Gagnon est malade, pendant que ses camarades se battent dans le secteur d’Apremont la Forêt, il est à nouveau transporté à l’arrière où il décède à l’ambulance 11 à Ourches sur Meuse le 2 janvier 1916. Il avait 23 ans.

29-gagnon-Meuse

L’avis rectifié de son décès est transmis à Vendenesse sur Arroux le 20 mai 1916. Il figure sur deux monuments aux morts: celui de Grury et celui de Vendenesse sur Arroux.

Son corps repose à la nécropole de Commercy.

Gagnon LĂ©onard

Sources: 5E273/11-AD71, 1R RM 1903-Autun –AD71, memorial Genweb, sga 26 N 604/1, 26N 604/2, 26N 604/3

© 2016 Généalanille

Print Friendly