Avr 082016
 

Le Décret du 20 septembre 1792 attribue aux Municipalités le soin de recevoir et de conserver les actes destinés à constater les naissances, les mariages et les décès. C’est la naissance de l’état civil.

Loi 20091792

Les imprimĂ©s pour les actes d’Ă©tat civil

Alors que la loi prévoit qui, quand et quoi inscrire dans les actes, on dénote cependant quelques différences dans les formulations d’une commune à une autre. Pendant la période révolutionnaire apparaissent les imprimés qui permettent à l’officier d’état civil de ne rien oublier, quitte à parfois sembler manquer de place.

1 Page

Dans certains registres, ces imprimés sont sur deux pages, quitte à laisser de grands blancs…

2 Pages

 

L’utilisation des imprimés perdurent quelques temps avant de disparaitre pour la plupart des communes de l’Aveyron (vers 1822 ?) Rodez, chef lieu de département, continue d’utiliser des imprimés, les autres rédigent l’intégralité des actes à la main.

 

L’erreur sur des registres de mariage de l’Aveyron

Dès l’année 1872, c’est le retour des imprimés pour toutes les communes de l’arrondissement d’Espalion (supprimé en 1929).

Espalion

Mais en cette fin d’annĂ©e 1873, il y a une erreur d’impression sur les feuillets destinĂ©s Ă  recueillir les mariages : la date est indiquĂ©e « L’an mil huit cent soixante-treize je dis quatorze ».

Une sacrée bévue qu’il a fallu rattraper en faisant réimprimer des documents. Les municipalités semblent avoir d’abord été invitées à utiliser les formulaires avant d’être priées de finir l’année avec les nouveaux imprimés.

© 2016 Généalanille

Print Friendly