DĂ©c 022016
 

Arrêtés puis fouillés, les futurs condamnés portent souvent des objets personnels qui sont confisqués. Certains d’entre eux ne sont jamais réclamés et sont vendus aux enchères pour libérer de l’espace dans les tribunaux.

conserve

271 objets au greffe du tribunal

Le 22 novembre 1926, le greffier du tribunal civil de Villefranche dresse un inventaire de 271 articles. Il s’agit de la liste des objets non confisqués déposés au greffe à l’occasion de procès. Or ceux-ci n’ont pas été réclamés depuis que les jugements sont devenus définitifs.

Que contient la liste ? Des fusils bien sĂ»r, des armes, des vĂŞtements… Mais l’inventaire et beaucoup plus large et hĂ©tĂ©roclite. En 1905, il contenait mĂŞme un coffre fort dĂ©moli ! Pour cette annĂ©e 1926, on trouve des draps, des bijoux, une bicyclette, un livre de Chateaubriand, des casses-tĂŞte, une paire de pantoufles et 2 boites de conserves de champignons.

Ces deux boites seront vendues aux enchères le 23 décembre 1926 dans la salle du palais de Justice. Peut-on retracer leur histoire ?

Un polonais SDF

On est la veille de Noël 1924. Stefan Reyclick, polonais de 36 ans est sorti de prison depuis 15 jours après avoir été arrêté pour vagabondage à Decazeville. Arrivé de Pologne au mois de mai, il a laissé sa femme et ses deux enfants au pays pour rejoindre son frère en région parisienne. Quelques semaines plus tard, il est embauché quelques jours comme manœuvre au chemin de fer de Viviez mais il dort dans la rue et n’a pas récupéré sa pièce d’identité laissée à Paris.

Au café de l’étoile

Le 24 décembre il part de Rodez et prend le train de 5H30 pour Aubin. Vers 18H, alors qu’il est, seulement les témoins, ivre, il s’installe dans la salle du café de l’étoile près de la gare et demande dans un mauvais français un café. La tenancière, Mme Solignac, lui sert sa boisson et lui verse un petit verre de marc. Cependant il refuse cet alcool et demande un rhum. La tenancière de café est seule, elle retourne vaquer à ses occupations, et quand elle l’aperçoit de la cuisine changer de place, elle demande à son fils René âgé de 7 ans de le surveiller.

Après quelques instants, le petit se met à crier « maman, maman, il prend une bouteille! » Stefan Reyclick vient en effet de glisser une bouteille de « Vermouth Frontignan »  d’une valeur de 15 francs sous sa veste.  Aux cris de l’enfant, il repose la bouteille et tente de s’enfuir par la cuisine mais Mme Solignac l’en empêche avec son balai. Le polonais repart vers la porte de sortie alors que la tenancière crie « au secours, Mr Bousquet ! » Ledit voisin, sortant de son magasin, a eu le temps de traverser la rue et d’arriver en même temps que les gendarmes qui étaient de passage dans l’avenue.

La fouille du coupable

Mme Solignac dépose plainte. Elle a eu peur et son fils est en larmes. Les voisins témoignent que l’individu  a tenté de voler une bouteille de liqueur.

Mr Reyclik est fouillé. Il est porteur

  • D’une boite de conserve champignons cèpes
  • Une boite de conserve de champignons de paris
  • Une boite mĂ©tallique avec 14,60 francs
  • Un demi paquet de tabac, des feuilles de cigarettes, des allumettes
  • Un morceau de savon
  • Un certificat de travail de la Loubière
  • Un certificat de mise en libertĂ© de la prison
  • Des papiers divers.

Jugement à Noël

Le jour de Noël, il comparait devant le juge du tribunal de Villefranche assisté de Pierre Kozub, interprète de la société des aciéries de France. Il reconnait les faits et retrace ses différents travaux et employeurs dans l’Aveyron. Il écope d’un mois de prison.

Les boites de conserve

La question lui est posée sur les deux boites de conserves de champignon. D’où viennent-elles ? Il avoue les avoir volées à Rodez mais ne sait pas le nom de l’épicerie. Il est entré dans le magasin, a pris deux boites sur le comptoir et est ressorti. Personne ne semble l’avoir vu.

Le commerce est situé à côté d’une place à 500 mètres environ de la gare à droite en allant au centre de ville et sur la place il y a un jet d’eau….. Il ne reste plus qu’à rechercher cette épicerie !

Les deux boites de conserve sont donc restées 2 ans dans les locaux du tribunal.

Sources: 9U1415-AD12, 9U1824-A12, 9U1825-AD12, 9U1826-AD12

© 2016 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email