Mar 232014
 

Une carte d’Ă©lecteur Ă  usage unique

Au début du XXème siècle et avant la seconde guerre mondiale, les cartes d'électeurs sont à usage unique et à durée de validité limitée. Le coupon représentant le scrutin est découpé selon les pointillés (1er tour des cantonales et 2èmes tour des législatives dans l'exemple ci contre de 1928-1929).
Les horaires de scrutin sont précisés sur ce bulletin, ce qui n'est pas systématique.

Une carte multi-scrutins

Après la deuxième guerre mondiale, la carte d'électeur ne précise plus les scrutins pour lesquels elle est utilisée, par contre sa validité reste limitée dans le temps. Chaque vote est représenté par un "coup de tampon".
Autre nouveauté: le droit de vote est autorisé pour les femmes.

Les prémices de la carte actuelle

Dès 1962, la carte prend un virage de modernité.
Les couleurs qui vont se succéder sont les suivantes: bleu (1962), rose (1965), vert (1967), orange (1971), violet (1974), bleu (1976), rose (1979), vert (1983).

La carte subit aussi plusieurs changements:
- une Marianne plus visible,
- la mention "voter est un droit, c'est aussi un devoir civique",
- plus de limitation temporelle.

A l'intérieur, autres modifications:
- plus d'information manuscrite, tout est dactylographié,
- plus de notion de profession.

Changement de look et d’intitulĂ©

A partir de 1991, les cartes changent de look.
Certains mouvements féministes ayant demandé une "carte d'électrice", l'intitulé sera modifié de carte d'électeur à carte électorale dès le scrutin de juin 1994.
On retrouve les codes établis précédemment: changement de couleur à chaque renouvellement, mention.
La Marianne a été modifiée et a changé de profil.

La carte Ă©lectorale actuelle

En 2007, la carte électorale se revêt d'un drapeau tricolore et d'une Marianne modernisée.
Elle continue d'être renouvelée régulièrement (en mars 2012 et mars 2014) afin de gérer les modifications effectuées sur les listes d'électeurs: déménagement, décès, radiation,etc.
On notera que la carte de 2007 a été très utilisée (présidentielles, législatives, municipales, européennes) et que certains électeurs ont vu les douze cases prévues aux différents scrutins tamponnées.

Outres les informations d'état civil du citoyen, les cartes sont également un moyen de connaitre les différentes adresses mais aussi parfois les noms des maires des communes où votaient nos ancêtres.

Sources: collection personnelle
© 2014 Généalanille

Print Friendly