Pour ne pas envoyer une carte de vœux

 Aveyron, Blog, Histoire locale, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Pour ne pas envoyer une carte de vĹ“ux
Jan 042017
 

Soit vous envoyez une carte de vœux, soit vous donnez 3 francs pour les pauvres ! Ce système mis en place à Villefranche de Rouergue a fonctionné pendant de nombreuses années.

bonne-annee

Des vœux sous de multiples formes

Un tweet, un SMS, un coup de fil, une carte de vœux, une longue lettre, une visite… Tout est possible pour échanger ses vœux, selon l’époque et les habitudes de chacun.

En 1896, Claire Leriche dans le journal local aveyronnais précise l’usage de la carte de visite, alors utilisée comme carte de vœux.

La carte qu’on envoie

« La carte de visite s’envoie aux amis et connaissances avec qui on n’a pas de rapports de tous les jours. On peut y annoter ses bons souhaits suivant le degré des relations, l’envoyer sous enveloppe ou sous bande. La carte doit contenir vœux, souhaits, compliments de condoléances, félicitations, remerciements ou autres formules de politesse, exprimées en termes impersonnels et n’excédant pas 5 mots. »

5 mots ! « Meilleurs vœux pour cette nouvelle année. » c’est donc déjà trop !

Pour les plus intimes, on utilise la lettre.

La lettre sur feuille double

« Si l’on est obligé de leur écrire, on emploie une enveloppe carrée blanche. Le papier à vignettes et les petits cachets ornés de fleurs sont de très mauvais goûts. Il ne faut jamais se servir d’abréviations qui ne sont bonnes que pour les notes prises sur un cahier ou dans les rapports entre commerçants.

D’autre part, écrire sur une feuille simple est toujours de mauvais ton même chez une femme riche, qui ne peut certes pas invoquer l’économie ; la plus petite lettre exige une feuille double. »

Finalement, une carte, c’est plus rapide.

La carte qu’on emporte cornée !

L’idĂ©e de prĂ©senter ses vĹ“ux, c’est surtout l’occasion de rendre visite Ă  des amis ou de la famille qu’on ne voit que rarement. Alors imaginez la situation oĂą vous prĂ©sentez vos vĹ“ux, carte Ă  la main (version 1896.)

« La carte tient lieu, parfois, d’une visite. En ce cas, il faut la porter soi même et en corner un des angles du côté droit. »

Si vous trouvez une carte de visite cornĂ©e, vous serez qu’elle a Ă©tĂ© transmise Ă  la main!

Une idée issue de la guerre de 1870

A Villefranche de Rouergue, c’est le comité de secours aux familles qui ont perdu ou qui ont leurs soutiens à l’armée qui en a l’idée. Au lieu de faire des frais pour envoyer des cartes de visite comme cartes de vœux, pourquoi ne pas donner un montant (libre) à cette œuvre pour l’aider dans ses actions.

Le don moyen est de 3 francs et tous les noms des donataires sont imprimés dans le journal.

Avocats, notaires, juges, curés, médecins, pharmaciens, professeurs… La liste est plutôt élitiste mais les appels aux dons ne manquent pas dans les communes pendant ces jours de guerre.

Transformer l’essai

Décembre 1871, la guerre est terminée mais les donateurs semblent avoir aimé cette idée de se débarrasser de la corvée de vœux. Le journal propose donc de gérer à nouveaux la diffusion des listes des « dispensés d’envoi de carte »

Le montant n’est pas précisé mais il semble qu’il soit d’ores et déjà fixé à 3 francs. Les recettes sont données aux religieuses de l’hôtel Dieu de la ville pour être redistribuées aux pauvres.

Une idée qui dure

10 ans après son lancement, l’appel aux dons continue d’être fidèlement relayé par le journal. Il est destiné à ceux qui préféreront « consacrer la journée du 1er janvier à leur famille, que de s’astreindre à des formalités surannées, qui dégénèrent en véritable corvée. »

1905 semble être la dernière année où les donataires ont pu être exemptés de cartes de vœux. L’action aura perduré 35 ans !

Sources: le narrateur, le journal de Villefranche – AD12

© 2017 Généalanille

Print Friendly

Deux boites de conserve de champignons

 Aveyron, Blog, Histoire locale, XXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Deux boites de conserve de champignons
DĂ©c 022016
 

Arrêtés puis fouillés, les futurs condamnés portent souvent des objets personnels qui sont confisqués. Certains d’entre eux ne sont jamais réclamés et sont vendus aux enchères pour libérer de l’espace dans les tribunaux.

conserve

271 objets au greffe du tribunal

Le 22 novembre 1926, le greffier du tribunal civil de Villefranche dresse un inventaire de 271 articles. Il s’agit de la liste des objets non confisqués déposés au greffe à l’occasion de procès. Or ceux-ci n’ont pas été réclamés depuis que les jugements sont devenus définitifs.

Que contient la liste ? Des fusils bien sĂ»r, des armes, des vĂŞtements… Mais l’inventaire et beaucoup plus large et hĂ©tĂ©roclite. En 1905, il contenait mĂŞme un coffre fort dĂ©moli ! Pour cette annĂ©e 1926, on trouve des draps, des bijoux, une bicyclette, un livre de Chateaubriand, des casses-tĂŞte, une paire de pantoufles et 2 boites de conserves de champignons.

Ces deux boites seront vendues aux enchères le 23 décembre 1926 dans la salle du palais de Justice. Peut-on retracer leur histoire ?

Un polonais SDF

On est la veille de Noël 1924. Stefan Reyclick, polonais de 36 ans est sorti de prison depuis 15 jours après avoir été arrêté pour vagabondage à Decazeville. Arrivé de Pologne au mois de mai, il a laissé sa femme et ses deux enfants au pays pour rejoindre son frère en région parisienne. Quelques semaines plus tard, il est embauché quelques jours comme manœuvre au chemin de fer de Viviez mais il dort dans la rue et n’a pas récupéré sa pièce d’identité laissée à Paris.

Au café de l’étoile

Le 24 décembre il part de Rodez et prend le train de 5H30 pour Aubin. Vers 18H, alors qu’il est, seulement les témoins, ivre, il s’installe dans la salle du café de l’étoile près de la gare et demande dans un mauvais français un café. La tenancière, Mme Solignac, lui sert sa boisson et lui verse un petit verre de marc. Cependant il refuse cet alcool et demande un rhum. La tenancière de café est seule, elle retourne vaquer à ses occupations, et quand elle l’aperçoit de la cuisine changer de place, elle demande à son fils René âgé de 7 ans de le surveiller.

Après quelques instants, le petit se met à crier « maman, maman, il prend une bouteille! » Stefan Reyclick vient en effet de glisser une bouteille de « Vermouth Frontignan »  d’une valeur de 15 francs sous sa veste.  Aux cris de l’enfant, il repose la bouteille et tente de s’enfuir par la cuisine mais Mme Solignac l’en empêche avec son balai. Le polonais repart vers la porte de sortie alors que la tenancière crie « au secours, Mr Bousquet ! » Ledit voisin, sortant de son magasin, a eu le temps de traverser la rue et d’arriver en même temps que les gendarmes qui étaient de passage dans l’avenue.

La fouille du coupable

Mme Solignac dépose plainte. Elle a eu peur et son fils est en larmes. Les voisins témoignent que l’individu  a tenté de voler une bouteille de liqueur.

Mr Reyclik est fouillé. Il est porteur

  • D’une boite de conserve champignons cèpes
  • Une boite de conserve de champignons de paris
  • Une boite mĂ©tallique avec 14,60 francs
  • Un demi paquet de tabac, des feuilles de cigarettes, des allumettes
  • Un morceau de savon
  • Un certificat de travail de la Loubière
  • Un certificat de mise en libertĂ© de la prison
  • Des papiers divers.

Jugement à Noël

Le jour de Noël, il comparait devant le juge du tribunal de Villefranche assisté de Pierre Kozub, interprète de la société des aciéries de France. Il reconnait les faits et retrace ses différents travaux et employeurs dans l’Aveyron. Il écope d’un mois de prison.

Les boites de conserve

La question lui est posée sur les deux boites de conserves de champignon. D’où viennent-elles ? Il avoue les avoir volées à Rodez mais ne sait pas le nom de l’épicerie. Il est entré dans le magasin, a pris deux boites sur le comptoir et est ressorti. Personne ne semble l’avoir vu.

Le commerce est situé à côté d’une place à 500 mètres environ de la gare à droite en allant au centre de ville et sur la place il y a un jet d’eau….. Il ne reste plus qu’à rechercher cette épicerie !

Les deux boites de conserve sont donc restées 2 ans dans les locaux du tribunal.

Sources: 9U1415-AD12, 9U1824-A12, 9U1825-AD12, 9U1826-AD12

© 2016 Généalanille

Print Friendly

De la vigne aux plantations de tabac

 Aveyron, Blog, Histoire locale, XXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur De la vigne aux plantations de tabac
Nov 182016
 

L’usage croissant de la nicotine comme insecticide pour les vignes a donnĂ© idĂ©e aux aveyronnais de planter du tabac.

 

La nicotine comme insecticide

Un article est diffusĂ© dans la revue « le cultivateur aveyronnais » de 1894. Mr Lapoire, prĂ©sident du comitĂ© antiphyloxĂ©rique de Roanne (42) semble avoir trouvĂ© un insecticide contre la cochylis qui dĂ©truit les vignes. Le traitement est composĂ© d’alcool Ă  brĂ»ler, de savon noir et de nicotine et donne de bons rĂ©sultats. En effet, après 24 heures, 70% des larves de l’insecte sont tuĂ©es.

nicotine

Les formules du traitement seront modifiées au fil du temps pour n’utiliser que de l’eau et du savon noir avec la nicotine.

 

Livraison réglementée

Exploiter du tabac ou en extraire la nicotine sont des activités réglementées. Mr Paulin Vergnes, forgeron à Lédergues (12) se voit dresser un PV en 1906 pour infraction à la culture du tabac.

En mars 1909, un décret autorise les syndicats agricoles à se procurer de la nicotine litrée auprès des manufactures d’état pour 1 franc le litre, il passe à 2,70f en 1911. Et si on n’est pas syndiqué ? Il faut alors rédiger une demande formalisée à faire viser par le maire.

demande

De nombreux vœux

Pourquoi ne pas cultiver dans l’Aveyron du tabac ? Le conseil général du département émet le vœu « que la culture du tabac soit autorisée dans les régions du département dites de rivière » dès 1907.

Le conseil d’arrondissement de Villefranche fait de mĂŞme en octobre 1908. Les deux organismes renouvelleront rĂ©gulièrement la demande que la « culture du tabac soit autorisĂ©e sur la rive gauche du Lot comme elle l’est sur la rive droite« . Car le dĂ©partement voisin est lui autorisĂ© Ă  produire du tabac!

La réponse du directeur général de la manufacture de l’état est négative: pas assez de personnel et pas de crédit pour créer de nouveaux emplois.

carte

Un besoin de nicotine croissant

On est en 1911. Le ministre des finances avertit les prĂ©fets les quantitĂ©s d’alcaloĂŻde Ă  livrer Ă  l’agriculture cette annĂ©e seront 10 fois supĂ©rieures Ă  celles de l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente.

MalgrĂ© les efforts de production et les achats importants Ă  l’Ă©tranger, il est probable que les agriculteurs n’auront pas les quantitĂ©s dont ils ont besoin. D’ailleurs, le prĂ©sident du syndicat agricole de la commune de Villeneuve (12) qui sollicite 54kg 600 de nicotine pour ses 7 hectares de vignes n’obtient que 7 grammes !

 

L’injustice pour les communes

Les communes de l’arrondissement de Villefranche émettent à leur tour le vœu de pouvoir cultiver du tabac. C’est le cas de Saujac (12) dans la délibération du conseil municipal de novembre 1911.

Les arguments sont les suivants :

1) beaucoup de terres situées sur la commune sont aptes à la culture de tabac,

2) la culture du chanvre qui était la principale récolte doit être supprimée à cause d’un parasite, le tabac pourrait la remplacer,

3) pour que les agriculteurs gagnent de l’argent pour payer les impĂ´ts,

4) parce que la commune est limitrophe avec le département du Lot où la culture est autorisée,

5) si la nicotine se gĂ©nĂ©ralise pour soigner la vigne, l’Ă©tat va avoir besoin de plus de cultures de tabac,

6) le conseil d’arrondissement a Ă©mis plusieurs fois le vĹ“u que la culture soit autorisĂ©e.

 

Après la guerre

Les vĹ“ux continuent de se multiplier et la grande guerre survient. Il faut attendre la dĂ©cision du 12 septembre 1922 pour que le ministre des finances autorise la culture de tabac dès 1923 dans l’arrondissement de Villefranche de Rouergue.

culture

La variĂ©tĂ© sera le Paraguay Bas Rhin d’une compacitĂ© de 35 000 Ă  40 000 plantes Ă  l’hectare. Les rĂ©coltes seront livrĂ©es au frais des planteurs au magasin de Cahors (Lot).

Sources: 7M123-AD12, le cultivateur aveyronnais

© 2016 Généalanille

Print Friendly

Ne pas se laisser insulter

 Blog, Histoire locale, SaĂ´ne et Loire, XXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Ne pas se laisser insulter
Nov 132016
 

Des invectives en fin de bal

Le dimanche 9 décembre 1923, un bal est donné à Grury. Vers 23H, la fête est terminée. Mr G., 24 ans, fermier à Proboeuf, croise Melle T., 25 ans, couturière célibataire. Il se met à l’insulter gravement et publiquement. Il la traite notamment de « pouffiasse. »

insulter

Melle T. ne se laisse pas faire. La veille de Noël 1923, l’huissier d’Issy l’Evêque avertit M. G qu’il est cité à comparaitre devant le tribunal de paix.

Un verdict clément

L’audience a lieu le 12 janvier 1924 à Issy l’Evêque sous la présidence de Charles Viturat, juge de paix, assisté de Léon Guyard, greffier. Mr G. risque 300 francs de dommages et intérêts, mais il reconnaît les faits et le tribunal le condamne à 50 francs de dommages et intérêts et à payer les frais de justice.

amende

Deux personnes respectables

Mr G. devient père de famille pour la première fois en 1924, il frĂ©quente probablement les fĂŞtes locales mais n’est plus jamais condamnĂ© pour insultes!

Quant Ă  elle, Melle T. a continuĂ© son activitĂ© professionnelle. Fluette et Ă©lĂ©gante, elle n’avait rien des insultes qui lui Ă©taient attribuĂ©es.

© 2016 Généalanille

Print Friendly

Les sépultures de nos ancêtres

 Aveyron, Blog, Histoire locale  Commentaires fermĂ©s sur Les sĂ©pultures de nos ancĂŞtres
Oct 282016
 

De l’inhumation dans les églises à celle dans les cimetières, de la création de la concession individuelle à l’autorisation de la crémation, un bref aperçu des sépultures de nos ancêtres.

tombes

10031776

Presque plus d’inhumation dans les églises

La déclaration du Roi du 10 mars 1776 concernant les inhumations est claire : pour des raisons de salubrité les défunts doivent être enterrés en dehors de l’église.

article1

Cependant, quelques personnes sont exemptées de cette règle comme les archevêques, évêques, curés, fondateurs des chapelles et hauts justiciers avec la condition d’être enterrés dans des caveaux à 6 pieds sous terre.

6pieds

Du côté des registres paroissiaux, à part ces exceptions, les actes de sépulture égrènent invariablement « a été inhumé dans le cimetière de la paroisse. »

eglise

 

Le décret impérial du 23 prairial an XII mettra fin à cette inégalité en interdisant toute inhumation dans les églises.

inhumation

 

L’éloignement des cimetières

C’est aussi le décret impérial de 1804 qui va imposer l’éloignement des cimetières avec une distance minimale de 35 à 40 mètres des habitations.

eloignement

Pour les cimetières existants, il est prévu de les fermer sans rien pouvoir y faire pendant 5 ans. Au-delà, ils pourront être affermés.

ancien-cimetiere

Le cimetière mais lequel ?

Autour de l’église avant 1804, le cimetière s’éloigne du centre du village pour des raisons d’hygiène.

cimetiere1858

Plan du cimetière projeté en dehors du bourg

Pour imaginer le lieu de sépulture de nos ancêtres, il faut envisager d’étudier l’évolution de la taille du cimetière. Car l’explosion démographique d’un lieu va de pair avec l’augmentation des décès.

cimetiere

De 1896 à 1930, la taille du cimetière augmente.

De plus, le regroupement des hameaux fait naitre de nouveaux cimetières, parfois de manière illégale. C’est le cas par exemple de Capdenac Gare, paroisse érigée en 1868, dont les défunts étaient enterrés par tolérance dans le cimetière de la paroisse de Saint Julien d’Empare. Le curé, n’y tenant plus, lança une souscription pour acheter un terrain pour inhumer ses paroissiens. Et il fallu bien des années pour que la commune puisse reprendre l’autorité sur ce cimetière comme le prévoyait la loi de 1804.

Les cimetières privés

La loi n’empêche pas d’inhumer une personne en dehors d’un cimetière sous réserve d’un emplacement éloigné de toutes villes et d’une autorisation de préfet.

Les demandes de cimetières privés conservés dans les archives concernent principalement des communautés religieuses. Il existe parfois des demandes particulières.

François Casimir Moins sollicité le préfet de l’Aveyron le 11 juin 1878 pour pouvoir être inhumé dans sa propriété proche de la gare de Villeneuve. Le terrain est éloigné de toutes villes et bourg, le sous préfet n’émet pas d’objection. L’avis du préfet est favorable sous deux conditions que le terrain affecté à la sépulture soit clos de murs de hauteurs suffisamment pour qu’aucune indécence ni violation ne soit commise et bien entendu de respecter l’autorisation d’inhumation le cas venu.

moinsLa difficultĂ© de ces demandes particulières est Ă©videmment la transmission du patrimoine qui doit rester dans la famille…

Les concessions privées

La loi de 1804 règlemente également l’organisation du cimetière par le creusement de fosses.

fosses

Elle prévoit aussi la possibilité d’acheter des concessions privées.

concessions

Des conventions sont établies entre les communes et les particuliers et le double de certaines sont conservés dans les archives. 15 ans, 30 ans, perpétuelle, le choix de la durée est lié à l’attachement de la personne et du lieu et surtout à ses moyens financiers.

concession

Concession de 15 ans en Aveyron pour la fille d’un machiniste du Lot et Garonne

 

Le tarif est décidé par délibération du conseil municipal mais la loi du 24 juillet 1867 régit la répartition : 2/3 reviennent à la commune et 1/3 au profit des pauvres ou à des établissement de bienfaisance.

proportion

Les concessions seront ornées selon les moyens, les habitudes locales et les périodes de simples croix, dalles ou de riches sculptures et décorations.

 

L’usage ou non des pompes funèbres

Mourir coûte cher et pas uniquement à notre époque. En 1890, un homme décide de creuser lui-même la tombe de sa défunte épouse. Cela reste une exception.

femme

La crémation

L’autorisation de la crémation est accordée par la loi du 15 novembre 1887 sur la liberté des funérailles.

Elle n’est mise en application qu’à compter de la loi du 27 avril 1889 qui légifère sur le sujet en titre III.

cremation

L’Ă©glise catholique continue de recommander l’inhumation. A partir du 8 mai 1963, elle n’interdira plus la crĂ©mation (article 1176-3 du Code de Droit Canon).

En Aveyron, il faut attendre 2004 pour voir l’inauguration du premier crĂ©matorium dans le dĂ©partement. Il est localisĂ© Ă  Capdenac-Gare.

© 2016 Généalanille

Print Friendly

Connaissez-vous les Bressan?

 Aveyron, Blog, Histoire locale, SaĂ´ne et Loire, XXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Connaissez-vous les Bressan?
Oct 122016
 

Leur nom portait Ă  croire qu’ils avaient des origines dans la Bresse, mais ils sont Ă©trangers. La famille d’artistes va bĂŞtement se faire verbaliser pour ne pas avoir fait de dĂ©claration de rĂ©sidence.

Dans la famille Bressan

Il y a le père : Dominique qui signe Dominico. Son métier ? Gymnasiarque ambulant sans domicile fixe. Et accessoirement originaire de Venise en Italie.

domenico

Dominique a un frère Félix et une femme Regina Rossi qui sont également, allez, disons un mot plus simple, acrobates.

Pour les enfants, c’est plus difficile de les pister. On trouve:

  • Marie Angèle nĂ©e en 1876 Ă  Voghera en Italie,
  • Antoine nĂ© en 1881 Ă  Rive de Gier (42),
  • Joseph nĂ© en 1882 Ă  Pont de Beauvoisin (38),
  • Geneviève JosĂ©phine nĂ©e en 1884 Ă  ClessĂ© (71) qui n’est pas dans la Bresse.

Il en manque probablement!

acrobates

Un banal accident

20 aout 1901, la famille est à Millau dans l’Aveyron. Joseph Bressan blesse quelqu’un par imprudence. Il doit rendre des comptes à la justice sous couvert de sa mère car il est mineur (il n’a que 19 ans) et que son père est décédé. Mais toute la famille va se retrouver à la barre du tribunal…

 

La loi du 8 aout 1893

Comme vous l’avez peut ĂŞtre devinĂ©, les Bressan ne sont pas bourguignons mais italiens. Or depuis la loi du 8 aout 1893, ils doivent faire une dĂ©claration de rĂ©sidence dans les 8 jours qui suivent leur arrivĂ©e dans une ville. Cet enregistrement des Ă©trangers est notĂ© dans un registre tenu par la commune. D’ailleurs le prix de l’amende revient dans les caisses de la commune…

loi

Tous condamnés

Mais les Bressan n’ont pas pas fait cette déclaration et c’est l’accident dont Joseph est responsable qui permet de découvrir le pot aux roses. Chacun des enfants écopera d’une amende de 10 francs.

amendes

© 2016 Généalanille

Print Friendly

GĂ©ant recherche Ă©pouse

 Aveyron, Blog, Histoire locale, XXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur GĂ©ant recherche Ă©pouse
Août 262016
 

Une petite annonce dans la presse anglaise nous indique que le géant aveyronnais Henri Cot recherche une épouse.

Petite annonce matrimoniale

Séduisant, intelligent, français, 2,61m, 176kg, de larges moyens [financiers], recherche une femme d’intérieur avenante dans le but de se marier immédiatement. La demoiselle doit être disposée de faire le tour du monde.

Petite annonce

Telle est en substance la petite annonce qui est diffusée dans un journal anglais en cette fin d’année 1906. (Elle sera diffusée en février 1907 en Australie et par erreur le 10 aout 1910 dans Canowindra Star and Eugowra News! )

Ce n’est pas moins de 300 femmes qui vont rĂ©pondre Ă  l’annonce anglaise.

De Liverpool, une jeune demoiselle de 18 ans très intéressée écrit « je suis gentille, on me l’a dit. Je vous ai vu, je vous ai admiré […] Je fais 1,70m et je vous aimerai bien. » Elle précise « mon mari devra gagner 500 francs par semaine. » NB à cette époque, le salaire moyen d’un ouvrier est d’à peine 5 francs par jour.

Une autre jeune fille écrit : « j’ai 23 ans, je suis blonde et je peux gagner ma vie en chantant. »

Une troisième fille annonce « je serais bien heureuse de voyager avec un homme comme vous capable de protéger une douzaine de femmes comme moi. »

 

Qui est ce french giant ?

Henri Cot est né le 30 janvier 1883 (et pas 1884 comme on le lit sur certains sites) à Prohencoux commune du Sud de l’Aveyron. C’est lors du conseil de révision du 27 avril 1904 qu’il devient célèbre grâce à sa taille. En effet, la toise annonce 2,12 mètres !

Les journaux s’empressent d’annoncer ce record de gigantisme : c’est le plus grand conscrit de France. Il est même comparé aux grenadiers poméraniens.

Poméraniens

Si Henri était né un siècle plus tard, il aurait pu être sollicité pour une équipe sportive ou simplement être quelqu’un de grand. En 1904 son avenir va être différent.

Il n’est pas le seul géant à cette époque. Détrôné par un Russe de 3m qui se montre « moyennant finances » en Angleterre, et par une femme russe de 2,60m qui elle est admirée en Allemagne. Henri n’est qu’à la 3ème place du podium et attaque son tour de France.

GĂ©ants

Peur, curiosité, il ne laisse pas indifférent

Né trop tôt, sa destinée est de se montrer dans les cafés, cabarets et théâtres auprès d’autres personnages atypiques. Si les tarifs d’exhibitions semblent gratuits à ses débuts, ils vont vite devenir payants. Quand un de ses employés partira avec sa bourse, Henri se contentera de rire!

Bourse

Cette vie va lui faire faire le tour de la France, puis du globe (en Afrique du Nord, dans toute l’Europe et aux USA).

1906-2

Quo non ascendam ?

Après son conseil de révision, il continue de grandir. Les médecins lui ont prédit une croissance jusqu’à ses 25 ans.

Ascendam

Sa famille est de taille ordinaire mais du côté maternel ses ancêtres étaient grands, mais pas de là à atteindre les 2 mètres ! Par contre à 8 ans il mesurait déjà 1,50m

Des dimensions gigantesques

Côté taille, les 8ft 7in de la petite annonce sont exagérées, il est plus proche des 7ft 6in soit 2,30m. Il peut cependant prendre un objet placé à 3m de hauteur. Un homme avec sa canne n’atteint pas l’envergure de ses bras. S’il les écarte, on obtient une largeur de 2,40m.

Son poids annoncé à 229kgs tend à être plus proche de 160kgs.

Sa pointure est de 62, son tour de taille de 1,51m. Ses gants du n°15. Son pouce couvre une pièce de 5fr, une pièce de 0,10c passe dans sa bague.

Il mange comme deux, dort dans 3 lits. Il lui faut 8m de drap pour l’habiller….

Taille

Mais revenons Ă  son histoire d’amour …

Miss Emily Faraday

Après avoir vu 301 femmes, avoir fait le tour des salons de thé de Londres à la recherche d’une demoiselle qui voudrait de lui, Cupidon met sur son chemin Melle Emily Faraday. Employée au pub (aujourd’hui détruit) « the coach an horses » à Notting Hill Gate, cette demoiselle de 26 ans répond aux questions des journalistes en rougissant.

Farraday

Les deux amoureux se sont rencontrés au Stratford Empire au mois de novembre et ont eu un coup de foudre. Ils vont se marier à Noël et iront en voyage de noce à Edinbourg. Elle ne parle pas français, son fiancé parle peu l’anglais, mais « il va devoir apprendre à parler l’anglais, c’est tout. »

epouse

Et Peter ?

Peter Colibri est le nain russe de moins de 60 cm, compagnon inséparable d’Henri que ce dernier promène dans sa poche. Dans une relation d’amour, difficile de trouver de la place pour une troisième personne, à moins que le petit russe ne trouve lui aussi chaussure à son pied et qu’un double mariage soit célébré à Noël…

Peter

Remplacé par une géante française

A Noël, Crystal Palace après avoir montré Henri Cot et le petit Peter Colibri, accueille une géante française et la petite princess Hawas de 80 cm! Marie Scheller est née à Langres. Elle mesure ,12m et est agée de 20 ans. Sa famille est venue d’Alsace à Paris au moment de la guerre de 1870, et est composée de 12 enfants.

GĂ©ante

 

Henri à Edimbourg pour Noël

Le voyage de noce Ă©tait prĂ©vu pour NoĂ«l Ă  Edimbourg. Henri est au Waverley Carnival d’Edward Moss Ă  Edinbourg…. Avec Peter Colibri! Miss Faraday semble ne pas faire partie du voyage… L’histoire d’amour naissance est probablement dĂ©jĂ  terminĂ©e.

Carnaval-Edimbourg

La mort du géant

Henri Cot meurt en septembre 1912 à Lyon dans des circonstances un peu particulières. Il a alors atteint les 2,39m selon les journaux. Son corps est rapatrié dans l’Aveyron où il repose dans le cimetière du village.

 

Sources: Journal du Loiret, Express du Midi, l’éclair, le petit méridional, le journal de l’aveyron, l’écho de Bougie, la lanterne, la liberté, le petit méridional, le radical, le journal de Fourmies, le journal de vienne, the sussex express, daily news, express and telegraph, the Era, Hampshire Advertiser, the Manchester, The Stattordshire Advertiser, The Western Daily Press Bristol, Yorshire telegraph, The evening News, Linconlnshire Echo, 2E2587-AMLyon, 1R367-AD12, 1R641-AD12, 4R57-AD12

© 2016 Généalanille

Print Friendly

Ces ancêtres endettés

 Astuces, Aveyron, Blog, Histoire locale, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Ces ancĂŞtres endettĂ©s
Août 122016
 

Multiplier les sources généalogiques (et surtout les exploiter) réserve parfois des surprises, bonnes ou mauvaises, pour nos ancêtres.

Un mariage aisé

Jean Joseph Terral, 39 ans, se marie avec Marie Claire Bessière, 24 ans en 1830. Le futur couple passe en contrat de mariage chez Maitre Bec, notaire à Broquiès, qui se déplace au domicile de la famille Bessière. C’est un régime dotal qui est choisi, histoire de protéger les biens de chacun.

Du côté du futur époux, sa mère lui donne 1/3 de tous ses biens par préciput et son frère lui revend sa part de droits successoraux paternels. Cela évite un partage entre les deux frères.

Du côté de la future épouse, les sommes sont plus importantes. Melle Bessière s’est constitué 1 500 francs de dot et son père lui donne 13 500 francs dont 12 000 francs payables avant sa mort. 3 000 francs sont même acquittés de suite.

Contrat-Mariage

Une vie ordinaire

Le couple a plusieurs enfants dont certains ne survivent pas. Au décès de Jean Joseph Terral en 1867, 3 enfants sont cités, un garçon, Philibert, et deux filles Christine et Rosalie, qui habitent tous au village.

Quand Marie Claire Bessière décède en 1878, une troisième fille est listée, sœur en religion à Clairvaux.

Côté patrimoine, un peu de mobilier pour 138 francs et un domaine dans le village pour la 1ère succession.

Succession

Pour la succession de Madame, on ne retrouve que la reprise de sa dot.

 

Rien de particulier ?

Les recherches se poursuivent sur le patrimoine. A la vue des dates de décès, ce sont les hypothèques qui semblent pouvoir apporter plus rapidement des informations.

La case de Jean Joseph Terral nous informe de quelques mutations (deux achats avant le mariage, trois ventes en mai 1859 et une expropriation).

Hypothèques

C’est l’expropriation qui a notre préférence. Elle a lieu en 1862 et est finalement initiée au profit de la commune pour redresser un chemin.

Côté ventes, l’une concerne du terrain vendu à un prêtre, la deuxième un terrain vendu sous seing privé. La troisième concerne des arrangements entre les deux frères Terral. En effet dans le contrat de mariage, et pour éviter le partage, Jean Joseph devait payer à son frère sa part de droits successoraux, ce qui n’a pas été fait. Jean Joseph avait promis à son frère de lui faire construire une maison, ce qui n’a pas été fait. Bref, l’acte formalise les dettes fraternelles.

Entre-frères

Oui, mais…

Si vous avez lu le titre de ce billet, vous vous doutez bien que l’histoire n’est pas si ordinaire.

Ce qui est frappant, c’est un document consulté précédent : la case du répertoire de formalités d’hypothèques. Alors que la partie gauche est assez banale, celle de droite liste un grand nombre de créances pour de fortes sommes et toutes à la même période : mai 1859.

Créances

La circulaire de 2009 n’ayant pas fait éliminer les registres d’inscriptions de créances avant 1865, ce sont 5 volumes qui vont permettre de découvrir un nouveau pan de la vie de Jean Joseph Terral.

En faillite suite Ă  une mauvaise gestion

Jean Joseph Terral fait des affaires, beaucoup et finalement pas que des bonnes ! En 1859, c’est un coup d’arrêt qui lui est assigné : il est déclaré en faillite par le tribunal de commerce de Millau.  Les scellés sont apposés le 1er juin sur son domicile, ses meubles, ses livres de comptes, etc.

Faillite

La nouvelle est évidemment annoncée dans la presse.

Son actif est évalué à 50 000 francs mais ses dettes sont proches de 200 000 francs.

Parmi ses créanciers, des agents de change, des banquiers, des propriétaires, le boulanger, une domestique pour arriérés de salaires, mais aussi la mère supérieure du couvent de Clairvaux qui attend les 2 000 francs de dot promis à l’entrée en religion de Marie Terral.

Jean Joseph Terral conteste dès le 7 juin être commerçant. Cet argument est rapidement rejeté par le tribunal. Il est jeté en prison pour contrainte par corps pour dettes.

Créanciers

 

Protéger les biens de Madame

4 jours plus tard, Marie Claire Terral va au tribunal, elle expose son cas et demande à protéger sa dot en faisant une séparation de biens avec son mari. Cette demande lui est accordée et, par exploit d’huissier du 10 juin, son mari est averti de sa démarche. Il faut attendre le 12 aout 1859 pour que le jugement de séparation soit prononcé. La lecture de celui-ci est faite 10 jours plus tard au tribunal de commerce.

Se séparer ne signifie pas divorcer. Cette démarche a surtout pour but de préserver les biens de Mme Terral et de lui permettre de continuer d’entretenir et prendre soin de ses enfants et de son mari.

Demande-sépartion

La faillite et après ?

Le dossier de faillite est en lacune dans les archives, mais quelques jugements permettent d’obtenir des informations sur la suite de l’affaire.

Un syndic provisoire, puis définitif, est nommé pour suivre la faillite de Mr Terral. Les créanciers ont indiqué les sommes qui leur sont dues et doivent justifier de la véracité de celle-ci.

Près d’un an après l’annonce de la faillite, la situation va s’éclaircir et un concordat va être signé avec les créanciers. Le frère de Jean Joseph Terral s’engagera à payer 20 000 francs au syndic (plus les intérêts, et les frais divers).

L’état de faillite est levé avant l’été 1860.

Fin-Faillite

Deux ans plus tard, c’est l’expropriation pour redresser la route puis le décès de Jean Joseph, mais ça, vous le saviez déjà…

 

Sources 4E299-3/AD12, 4E299-4/AD12, 4E138-10/AD12, 3E18436-AD12, 3E27399-AD12, 70Q236-AD12, 70Q147-AD12, 70QBIS28-AD12, 70QBIS35-AD12, 70Q200-AD12, 4Q1661-AD12, 4Q1905-AD12, 4Q2015-AD12, 4Q2016-AD12, 4Q2037-AD12, 79Q57-AD12, 79Q172-AD12, 79Q173-AD12, 79Q174-AD12, 6U 170-AD12, 6U532-AD12, 1059W50-AD12, 1059W51-AD12, Y115-AD12, PER605-AD12

© 2016 Généalanille

Print Friendly

 

Tué par erreur ?

 Aveyron, Blog, Histoire locale, RĂ©volution française  Commentaires fermĂ©s sur TuĂ© par erreur ?
Juil 292016
 

Une plaque dans l’église de Florentin rappelle la mémoire du prêtre réfractaire François Castanié. Tué par erreur ou mis à mort pour la foi, une seule version est présente aux archives départementales.

Prêter serment sous la révolution

François Castanié est né le 2 juillet 1762 à St Félix de Lunel. Après des études ecclésiastiques, il est nommé vicaire de cette paroisse au moment de la révolution française et signe ses premiers actes paroissiaux début 1790.

Par décret du 27 novembre 1790, les prêtres sont soumis à l’obligation de prêter serment pour la « Constitution civile du clergé. » François Castanié refuse de prêter serment comme les trois quarts des prêtres aveyronnais.

Decret27111790

500 prêtres aveyronnais seront arrêtés et déportés. François Castanié se cache pour ne pas subir le même sort.

 

Déguisés en chasseur pour arrêter le prêtre

Le 10 pluviose an VI, François Laurans et Jean Baptiste Bourguignon, brigadier et gendarme à la résidence d’Entraigues apprennent que Gaspard Puech va épouser Anne Dounet. Ils présument que la messe va être dite par un prêtre réfractaire et décident d’aller voir, déguisés en chasseur pour n’être pas aperçus ni reconnus de personne. Arrivés dans la maison des Dounet, ils entrent par une fausse porte (la porte d’entrée est fermée) et trouvent François Castanié, prêtre réfractaire de la liste des émigrés, vicaire à St Félix, à table, dinant avec les Donnet, sa femme et les futurs époux. Le prêtre est arrêté ainsi que Dounnet qui lui a donné asile.

Le prêtre est fouillé. Il porte sur lui, deux petites clochettes, une relique dans une tabatière et les annonces (déchirées) des bancs des futurs époux. Les deux hommes sont emmenés en prison.

Clochette

Il a simplement demandé asile

Le jour même, un interrogatoire est mené par Jean Antoine Rigal agent municipal d’Entraigues exerçant les fonctions de commissaire de police.

François Castanié nie entre autre avoir voulu marier Gaston Puech et Anne Dounet et prétend n’avoir voulu que chercher un asile chez les Dounet. La demande de publication de bancs est déchirée ? C’est que le papier s’est coupé de lui-même !

Guillaume Dounet ne savait pas que François Castanié était prêtre, il l’a recueilli comme un simple demandeur d’asile…

 

Direction la prison

Le lendemain, les hommes doivent être emmenés à Rodez mais en passant par Espalion. Les deux détenus sont attachés entre eux, chacun portant une chaine en fer autour du cou.

Pour les accompagner, il y a les deux gendarmes mais aussi les citoyens Augustin Monnaton et Antoine Nayrolles.

Le brigadier s’attend à une attaque car vers 6H, un homme est venu devant la porte des écuries des chevaux de la gendarmerie et a demandé si les hommes qui devaient conduire les prisonniers étaient partis, par quelle route et combien vont encadrer l’escorte.

Espion

A 8H, le convoi démarre. Il prend le petit chemin appelé de Boutigou et arrive sur l’ancien chemin tendant d’Entraygues à Laguiole. En arrivant près du village de Bès à Florentin, le commandant Ladoux, un des gendarmes, se détache et part « à la découverte » pour voir le convoi doit craindre de croiser un attroupement. Il va chez le nommé Acher dit Barber, aubergiste du village de Bès, qui lui dit avoir chez lui dans son auberge 6 à 7 étrangers armés de fusils. Le commandant Ladoux retourne fait son rapport.

La menace d’un attroupement

Une attaque se prépare. Le brigadier Laurans décide d’abord de retourner sur leurs pas. François Castanié demande « avec instance de suivre un autre chemin pour éviter la rencontre. » Mais après réflexion, ils sont 5, ils peuvent bien se défendre contre 6 ou 7 ! Alors ils reprennent leur marche.

Les deux prisonniers, attachés ensemble par une chaine de fer passée au col sont mis en avant du cortège avec le brigadier Laurans à leur côté. Les 2 réquisitionnaires sont derrière, suivis par les 2 gendarmes qui ferment la marche.

Après 10 à 12 pas, ce ne sont pas 6 étrangers mais 15 à 20 personnes armées de fusils à 2 coups qui se montrent à environ 15 pas devant eux. Le brigadier ne les avait pas vu avant car il « y avait un brouillard très épais. »

Un coup de mousquet

Les gendarmes crient « qui êtes vous ? Au nom de la loi retirez-vous ! » Les hommes ne partent pas.

Le brigadier tire un coup de mousquet et l’attroupement répond par une décharge considérable sur l’escorte des détenus.

Les habits du brigadier sont percés en plusieurs endroits. Les chevaux sont touchés, le prêtre reçoit une balle au front, tombe à terre à la renverse. Il est blessé et son état de santé est critique.

Guillaume Dounet est blessé mais il peut marcher. Il a reçu 7 coups de feu à plomb sur les mains, un coup sur le coté gauche et un autre sur les sourcils. Cependant il est retenu par la chaine à l’autre prisonnier…

Coup de feu

Battre en retraite

Les gendarmes battent en retraite avec un des réquisitionnaire. L’autre reste seul « n’ayant pas eu le temps ou l’esprit assez présent pour faire comme les autres. » Les attroupés lui laisse la vie sauve et lui propose une hache pour couper la chaine des prisonniers.

Il repart alors avec le prisonnier Dounet, un fusil et deux manteaux abandonnés par les gendarmes. Il craint à tout instant de se faire tirer dans le dos. Il rejoint finalement son collègue qui l’attendait un peu plus loin et Guillaume Dounet est soigné à Entraigues.

 

Une blessure mortelle

L’attroupement s’est dispersé, reste sur le chemin le corps d’un homme ensanglanté au visage, les cheveux teints de sang, qui porte une chaine de fer au col. Il est ramassé par les voisins et emmené chez Raynaldi où il meurt le soir vers 20 heures. Il a perdu la parole et personne ne le connait. Son âge est évalué à 40-45 ans, sa taille à 5 pieds 3 ou 4 pouces. Il faudra attendre la rumeur publique pour que son identité soit dévoilée.

Décès

 

Un traquenard organisé

A postériori, les gendarmes apprendront que ce n’est pas moins de 100 hommes qui étaient mobilisés et divisés en divers groupes pour récupérer le prêtre lors de son transfert vers la prison. Parmi eux, Jean Baptiste Castanié, aubergiste à Golinhac chez qui les hommes se seraient rassemblés.

Le prêtre est enterré, sa succession est réglée le 4 thermidor an VI.

Ce coup de feu mortel Ă©tait un accident, François CastaniĂ© a Ă©tĂ© tuĂ© par erreur … par les hommes attroupĂ©s. D’ailleurs la dĂ©position du brigadier un peu plus haut prĂ©cise bien que le « coup de feu qu’il tira n’a pu en aucune manière atteindre CastaniĂ© prĂŞtre. »

 

Une autre version ?

C’est en voyant la plaque en mémoire de François Castanié dans l’église de Florentin la Capelle qu’on peut imaginer que l’histoire qu’on lit dans le dossier de justice n’est pas forcément la réalité.

Plaque

Pourquoi « mis à mort pour la foi » alors qu’il semble que le coup de feu soit un accident ?

Dans le dossier aux archives, seul le témoignage de François David, officier de santé de 32 ans, donne une autre piste.

« Le 10 pluviôse an soir, rentrant à Entraygues il apprend l’arrestation de Castanié. Mangeant la soupe avec 3 gendarmes et 5 gardes nationaux, le brigadier Laurans déclare qu’il sait qu’il y a un attroupement qui se prépare pour enlever le prêtre Castanié et qu’au moindre attroupement qu’il verra, il commencera par brûler la cervelle au prêtre.

Le prêtre répond qu’il ne sait pas si un attroupement est prévu mais que s’il y en a un, il faut au moins suspendre son transfert pendant 3 ou 4 jours, ce que le brigadier refuse. »

C’est le brigadier Laurans qui aurait tiré à bout portant sur le prêtre selon les récits sur les martyrs de la foi pendant la Révolution.

Le couple Puech Dounet

Terminons sur une note positive. Le mariage de Gaspard Puech et Anne Dounet n’a pas été béni par le vicaire Castanié mais il a bien eu lieu. Leur premier enfant nait le 25 nivôse an VII.

Sources: 4E91/1-AD12, 52Q227-AD12, 71L143-AD12, Les Martyrs de la foi pendant la RĂ©volution française ou Martyrologe des pontifes, prĂŞtres, religieux, religieuses, laĂŻcs de l’un et l’autre sexe qui pĂ©rirent alors pour la foi

Cet article a été rédigé avant les événements de juillet 2016.

© 2016 Généalanille

Print Friendly

Boire ou conduire…

 Aveyron, Blog, Histoire locale, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Boire ou conduire…
Juil 222016
 

Sur la route de Rodez

Le 6 février 1889, François, domestique chez Mr Moly, voiturier à Naucelle conduit vers Rodez une voiture dans laquelle se trouve Mr Broussy, directeur de l’école laïque de Naucelle.

Il est 18H30, la nuit est tombée et le temps est glacial. Arrivés au trois quart de la côte de la mouline à Rodez (actuelle avenue de Toulouse), au niveau de l’école normale, Mr Broussy dit au chauffeur :

« Allez voir ce qui se trouve sur le bord de la route car quelque chose vient de remuer lĂ . »

Avec l’obscuritĂ©, François ne perçoit qu’une masse noire gisant dans la neige. Il descend du vĂ©hicule et crie « C’est un homme! »

AussitĂ´t Mr Broussy descend et les 2 hommes relèvent Mr Bousquet, entrepreneur des omnibus Ă  Rodez, ensanglantĂ© et presque inanimĂ©. Il ne peut pas expliquer ce qu’il fait lĂ  mais comme ses sauveurs voient sa voiture arrĂŞtĂ©e un peu plus loin, ils comprennent qu’il s’est laissĂ© tomber de son siège.

Homme

Pris de vin, saisi par le froid, Ă©tourdi par la chute et trempĂ© par la pluie fine qui se congèle au fur et Ă  mesure qu’elle tombe, l’homme est chanceux d’avoir Ă©tĂ© retrouvĂ©.

Après l’avoir assis sur le siège de sa voiture, Mr Broussy se place Ă  ses cĂ´tĂ© et prend les guides pour ramener Mr Bousquet chez lui. Il comprend que le cheval faisait des efforts car le frein Ă©tait serrĂ©, ce qui explique que la voiture n’est pas partie plus loin après la chute du conducteur.

Le conducteur ne cède pas les rênes

Mr Bousquet reprend ses sens et machinalement il s’accroche aux guides. Il se met Ă  pousser des cris incohĂ©rents que le cheval ne comprend pas. L’animal, perdu par ces ordres, se dĂ©place de gauche Ă  droite sur la route, frĂ´lant les fossĂ©s.

Les conditions météo sont mauvaises. La route est verglacée, le cheval tombe 2 fois et se relève, puis se met à courir de plus en plus vite.

Mr Broussy,le directeur d’Ă©cole, ne peut plus descendre du vĂ©hicule et il ne parvient pas Ă  arrĂŞter Mr Bousquet, il doit par ailleurs le retenir car le chauffeur ivre menace de tomber Ă  chaque instant. François n’arrive pas Ă  suivre cet Ă©quipage et prĂ©fère mener son Ă©quipage Ă  son rythme pour rentrer entier.

Plan

Une chute Ă  l’arrivĂ©e

ArrivĂ© vers l’enclos de l’asile des aliĂ©nĂ©s près du foirail, le cheval tombe Ă  nouveau. Mr Bousquet, pas encore dĂ©grisĂ©, veut descendre. Comme un ressort qui se dĂ©tend il se lève et tombe dans les roues du vĂ©hicule, les jambes engagĂ©es entre les rais.

Mr Broussy le saisit brusquement Ă  bras le corps et le replace sur le siège. Il court tenir la tĂŞte du cheval pour que l’animal ne bouge pas et qu’il ne broie pas les jambes de l’entrepreneur. Mr Broussy crie au secours et une voisine sort de la maison des militaires. D’autres personnes finissent par arriver.

Mr Bousquet est descendu du siège par les témoins et le cheval est descellé. Mr Broussy court appeler Mme Bousquet. Colère, humiliation, résignation, on ne sait pas comment elle a réagi.

Pour se remettre de ses Ă©motions, Mr Broussy va se rĂ©fugier chez son homonyme (mais non parent) au cafĂ© Broussy qui l’entoure de ses soins les plus empressĂ©s. Quant Ă  François, l’histoire ne dit pas oĂą il a fini la soirĂ©e.

Broussy

Sources 1M698-AD12

© 2016 Généalanille

Print Friendly