Les filleuls de l’empereur

 Aveyron, Blog, Histoire locale, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Les filleuls de l’empereur
Mar 162018
 

Le 16 mars 1856 naissait le prince impérial Napoléon Eugène Louis Jean Joseph Bonaparte. L’empereur a décidé qu’il serait parrain et l’impératrice marraine de tous les enfants légitimes nés le même jour.

La bonne nouvelle

A Rodez, c’est au son du carillon de la cathédrale, sonné à toute volée, que la plupart des ruthénois ont appris la naissance du prince impérial. Les maisons particulières et les édifices publics ont été pavoisés de drapeaux aux couleurs nationales et les façades des principaux monuments ont été illuminées à 8 heures.

Le 20 mars, les maires de l’Aveyron apprennent la possibilitĂ© d’un auguste parrainage, sous rĂ©serve d’en faire la demande dans un dĂ©lai d’un mois.

 

64 aveyronnais

Ils sont 64 nouveaux nés inscrits sur les registres d’état civil de 54 communes de l’Aveyron à être nés le même jour que le prince. Certains portent le prénom de Napoléon (à Aubin, Espalion et 2 à Saint Amans). Il y a même des jumeaux à Villefranche de Panat.

empereur

Communes des enfants nés le même jour que le prince impérial

 

Seulement tous ne peuvent pas ĂŞtre les filleuls impĂ©riaux. Il faut d’abord qu’ils soient lĂ©gitimes, qu’ils survivent et que les parents fassent la demande… Ce qui va Ă©liminer quelques candidats. On ne parlera mĂŞme pas de l’enfant trouvĂ© abandonnĂ© Ă  Bouillac…

 

Les cadeaux aux filleuls

Une première année s’écoule et c’est déjà l’anniversaire des enfants. En 1857, les familles de 3 filleuls bénéficient d’une subvention de 100 francs chacun.

En 1858, ce sont 3 autres filleuls qui touchent 100 francs de la part de l’empereur. Les annĂ©es suivantes, ils sont entre deux et six familles Ă  bĂ©nĂ©ficier de 100 francs.

Les bĂ©nĂ©ficiaires varient d’une annĂ©e sur l’autre. Cependant, Marie Astoul, ThĂ©rèse MĂ©lanie Espie, EugĂ©nie Alet, Louis TrayniĂ©, Louis Marre, l’enfant du gendarme Boutal Ă  Najac, et  Rosalie EugĂ©nie Carrier (la seule nĂ©e Ă  Rodez) toucheront trois fois la subvention.

Puis vient l’âge de la première communion. A cette occasion,  les filleuls du prince obtiennent, en plus, un secours de 50 francs. Et ils sont nombreux: 2000 Ă  3000 selon les journaux!  Cette force dĂ©pense est d’ailleurs dĂ©noncĂ©e par le Figaro…

Napoléon est constitué prisonnier en 1870 puis la République est proclamée. Par conséquent, les subventions aux filleuls sont supprimées.

 

Par ailleurs, on peut noter que l’anniversaire du prince impérial a été aussi l’occasion pour certains maires d’être promus à l’ordre de la légion d’honneur.

 

Source : Répertoire administratif numérisé par Gallica, Le Figaro numérisé par Gallica, Journal de l’Aveyron-AD12, 4E11/8-AD12, 4E12/13-AD12, 4E15/9-AD12, 4E18/4-AD12, 4E27/4-AD12, 4E29/11-AD12, 4E34/4-AD12, 4E47/8-AD12, 4E106/5-AD12, 4E53/4-AD12, 4E54/6-AD12, 4E57/5-AD12, 4E59/10-AD12, 4E62/4-AD12, 4E65/5-AD12, 4E69/9-AD12, 4E75/3-AD12, 4E77/5-AD12, 4E78/4-AD12, 4E84/15-AD12, 4E109/6-AD12, 4E122/11-AD12, 4E123/11-AD12, 4E114/8-AD12, 4E125/6-AD12, 4E140/10-AD12, 4E116/7-AD12, 4E148/11-AD12, 4E157/50-AD12, 4E132/6-AD12, 4E163/2-AD12, 4E174/8-AD12, 4E170/5-AD12, 4E202/7-AD12, 4E212/36-AD12, 4E261/11/AD12, 4E263/4-AD12, 4E275/13-AD12, 4E277/6-AD12, 4E216/31-AD12, 4E217/9-AD12, 4E224/9-AD12, 4E245/9-AD12, 4E255/7-AD12, 4E228/3-AD12, 4E281/4-AD12, 4E290/12-AD12, 4E299/6-AD12, 4E300/40-AD12, 4E302/9-AD12, 4E306/7-AD12

 

© 2018 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Le logis du diable

 Aveyron, Blog, Challenge UProG, Histoire locale, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Le logis du diable
FĂ©v 282018
 

En 1828, la ferme du Biscornet était appelée « le logis du diable » et restait constamment fermée depuis de nombreuses années.
SituĂ©e Ă  l’entrĂ©e du village de Cransac, cette « maison si belle, si vaste si bien situĂ©e » restait Ă  l’abandon depuis que le fils avait empoisonnĂ© sa mère. L’histoire est racontĂ©e par S Henri Berthoud dans la journal la presse en 1841.  Est-une lĂ©gende ou un fait vĂ©ridique?

Le père fait promettre un mariage

En 1807, Pierre Tindoul, fermier, vit avec sa femme et ses deux fils Jean et Jacques à la ferme du Biscornet. Dans la famille vit aussi Marie, la nièce du fermier.
L’ainĂ© des garçons a toutes les qualitĂ©s: jeune, intelligent, de bonne mine et de bon caractère. Son père veut lui fait Ă©pouser sa nièce, mais Jean a tirĂ© un mauvais numĂ©ro et doit partir faire sa pĂ©riode militaire.
Le père est malade, ça tombe bien… Il rĂ©unit toute la famille autour du lit et fait promettre Ă  Jean d’Ă©pouser Marie dans les 15 jours qui suivent sa mort et il rend son dernier soupir.


Jean, en tant que fils ainĂ© de veuve est susceptible d’ĂŞtre exemptĂ© et c’est son frère qui partira pour l’armĂ©e quand il aura l’âge.
Mais Jacques, le cadet, espérait se marier avec sa cousine et ses plans sont chamboulés.

Abel tue CaĂŻn

On enterre le père, le fils ainĂ© prend sa place Ă  table… Le cadet enrage. Il va rapidement se rendre sur une montagne de la commune qui est considĂ©rĂ©e comme maudite par les dĂ©mons. Sa mère pense qu’il veut se suicider et lui envoie son frère ainĂ©.
Jacques pousse son frère dans l’un des cratères et rentre chez lui en disant que son frère est parti Ă  l’armĂ©e. Marie se plaint que Jean n’ait pas rendu son anneau de fiançailles. Le cadet retourne chercher la bague dans les cendres du cratère puis se rend Ă  Rodez et Ă©crit une lettre contrefaisant l’Ă©criture de son frère.


Le champ est libre pour épouser Marie, mais il faudra attendre un an pour que le mariage ait lieu, après bien de fausses lettres.

DĂ©bauche et matricide

Jacques vit comme un débauché et dilapide la fortune de sa femme qui vend les biens de sa dot.
Et puis la mère meurt dans son lit… mais la rumeur gronde et la pauvre femme se trouve avoir Ă©tĂ© empoisonnĂ©e Ă  l’arsenic.
Jacques est arrĂŞtĂ©, accusĂ© de parricide (matricide, donc) devant les assises de l’Aveyron et soupçonnĂ© dans la disparition de son frère.


Il s’Ă©vade du cachot et disparait. Marie meurt de chagrin quelques mois plus tard et sitĂ´t enterrĂ©e, la ferme est abandonnĂ©e.

L’article 635

20 ans, jour pour jour, après sa condamnation, Jacques Tindoul rĂ©apparait Ă  la ferme du Biscornet et fait faire des travaux. Les gendarmes sont appelĂ©s. Il faut arrĂŞter ce coupable…. mais Jacques connait la loi. Après 20 ans, il y a prescription de son crime. De plus ses victimes sont toutes mortes, donc il peut Ă  nouveau rĂ©sider dans la commune.


Pendant 3 années, il resta à Cransac avant de disparaitre à nouveau.

Légende ou fait réel?

Pourquoi douter de cette histoire? Pas de famille Tindoul Ă  Cransac et les environs. Pas de matricide dans la cour d’assises (en l’occurrence la cour de justice criminelle) Ă  cette Ă©poque. Il n’a pas non plus de trace du dĂ©serteur (le frère aĂ®nĂ© ne s’est pas prĂ©sentĂ© devant les militaires). Pas de trace de Tindoul dans les conscrits. Pas de rĂ©cit dans la presse locale. Des noms approximatifs des lieux existent, mais la ferme du biscornet semble ĂŞtre inconnue.

Un Tindoul en occitan, c’est un gouffre… peut ĂŞtre une explication au nom choisi!

 

L’histoire complète est Ă  lire ici. Je l’ai dĂ©couverte grâce Ă  Mr Mugnier venu me demander en salle de lecture des archives si je n’avais pas de « Tindoul » dans ma base de donnĂ©es. Si vous en avez rencontrĂ©, n’hĂ©sitez pas Ă  me les communiquer.

 

Sources: « La presse » numérisée par Gallica, 2U36-AD12, 2U103-AD12, 4E72/2-AD12, 7R1-AD12, 7R12-AD12, 7R13-AD12, 7R14-AD12, 1R22-AD12, 1R23-AD12, 1R24-AD12, Dictionnaire Dardé, Manuel de droit criminel

© 2018 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Cet article a été réalisé dans le cadre du challenge UproG de février 2018 sur le thème imposé « contes et légendes »

 

Le tir Ă  la cible de Sainte Radegonde

 Aveyron, Blog, Histoire locale, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Le tir Ă  la cible de Sainte Radegonde
FĂ©v 262018
 

1870. Le tir Ă  la cible de Sainte Radegonde dans l’Aveyron devient le lieu de dispute entre la population et les militaires.

Les promeneurs craignent pour leur vie

C’est le curé de Ste Radegonde, le curé Souques qui lance les hostilités le 24 mai 1870 en écrivant au préfet.

Un jour, alors qu’il se promenait avec le curé du Monastère sur le chemin qui va de Ste Radegonde à Arsac et Comels, à 250 mètres environ de Ste Radegonde, les 2 hommes voient arriver des balles à droite et à gauche sans savoir de quel côté tourner. Ils craignent pour leur vie mais la providence les sauve. En effet, un mur assez élevé leur permet de se mettre à l’abri en attendant la fin des tirs.

Ils sont à 130 mètres environ derrière la cible utilisée par les militaires pour leur entrainement mais les balles qui ont traversé le chemin auraient pu « abattre l’homme le plus robuste. »

« Mourir sur le champ de bataille c’est beau, c’est honorable ; mourir pour sauver des âmes à Jésus Christ, c’est plus beau, c’est plus honorable encore, mais mourir sans combattre, c’est triste, c’est lamentable. »

Le préfet ne voudrait-il pas croire le curé ? Il a des témoins : l’instituteur, Mr Flottes, le maire de Ste Radegonde, Mr Nozéran, le jeune Albouy qui a eu la chance de voir atterrir une balle dans le faix de bois qu’il portait sur ses épaules plutôt que de sa chair…. Et d’autres propriétaires encore qui sont obligés d’arrêter leurs travaux pour ne pas se faire blesser.

Il est temps d’agir. Déplacer la cible, ériger des murs plus hauts ? Bref, conserver la vie des gens de Sainte Radegonde et des voyageurs.

La taille de la butte est en cause

Une enquête est demandée au général de Rodez qui ne réagit pas.

Une deuxième lettre est envoyée le 19 juin 1870 au préfet. Cette fois ci, elle prend la forme d’une pétition et est signée par un grand nombre de villageois dont à nouveau le curé Souques.

Ils expliquent qu’ils sont journellement exposés aux tirs des soldats qui vont au tir à la cible.

La butte est trop petite et sur un mamelon. Les terres autour sont excellentes mais on ne peut pas les exploiter à cause des tirs. Les personnes qui passent sur les chemins sont exposées continuellement et doivent courir pour se cacher derrière le mur en attendant la fin des tirs.

Selon la délibération du conseil municipal de Sainte Radegonde du 18 octobre 1863, il avait été demandé :

  • Que la butte soit agrandie
  • Qu’il soit Ă©tabli un grand mur derrière et sur les cĂ´tĂ©s de la butte.

Un poteau et un fonctionnaire

Le général répond enfin le 15 juillet 1870. Suite aux réclamations et à l’enquête en interne, il a été décidé qu’un poteau à l’extrémité duquel on hisserait un drapeau au commencement du tir serait placé à 300 mètres derrière la butte de manière à être aperçu à 1km.

De plus un fonctionnaire placé dans un abri à 300 mètres plus loin empêcherait d’approcher les habitants qui n’auraient pas vu le signal. Enfin des batteries et sonneries seraient faites avant l’ouverture du feu.

Les villageois continuent de se plaindre

Ces précautions ont été prises, mais les habitants ne tiennent pas compte de ces signaux. Ils s’approchent quand même de la butte au point de forcer les officiers à faire suspendre les tirs le temps de les éloigner.

Le poteau a été brisé. Les cordes de la poulie pour faire hisser le drapeau ont été dérobées. La butte est dégradée par les habitants qui la fouille sans cesse pour en extraire le plomb.

Avoir un lieu de tir est gênant pour les voisins mais c’est pareil dans toutes les garnisons. Et partout ailleurs ce sont les habitants qui s’adaptent aux tirs des militaires et pas l’inverse. De plus, cela fait 3 ans que le nouveau fusil est en usage et c’est la première année que les habitants se plaignent.

Le Général demande au préfet de bien faire rappeler les règles de précaution tant pour les habitants que pour les animaux à l’approche du champ de tir surtout pendant les périodes où il est en exercice.

L’histoire ne dit pas qui, des villageois et des militaires, se sera adaptĂ© Ă  la situation…

Sources: 2R17-AD12

© 2018 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

5 plaques de rues qui posent problème

 Aveyron, Blog, Histoire locale, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur 5 plaques de rues qui posent problème
Jan 242018
 

Par arrêté municipal de 1854, la ville de Rodez procède à une uniformisation de la numérotation de ses rues. Les propriétaires doivent payer l’achat de leurs plaques, mais le supérieur du séminaire conteste…

Un souci de clarté et d’uniformité

C’est par arrêté municipal du 7 février 1854 que le conseil municipal de Rodez décide d’uniformiser et d’établir clairement et complètement les numéros des rues de la ville et de ses faubourgs.

L’article 1 précise que la population a un mois pour faire apposer les plaques. Les propriétaires doivent payer l’achat et la pose de celles-ci.

Les numéros doivent avoir 9 cm de haut, 7cm de large et ils seront peints en blanc sur fonds bleu. Les plaques seront placées si possible à 3 mètres de haut.

5 plaques contestées

Les propriétaires doivent payer, certes, mais uniquement les plaques qui les concernent. Or le supérieur du séminaire n’est pas d’accord sur la facture de 7,50 francs réclamée par le percepteur de Rodez. Elle concerne 5 plaques.

Au N°2 du boulevard d’Estourmel, la plaque a été mise sur une ancienne entrée de la vieille caserne de gendarmerie. L’ouverture est impraticable depuis que le remblai qui y donnait accès a été enlevé. De plus, le grand séminaire appartient à l’Etat, c’est à lui de régler la note pour cette plaque et celle placée au N°4 de la même rue.

Au N°2 de la rue de l’hôtel de ville, l’immeuble est certes occupé par l’autorité diocésaine, mais l’établissement appartient à la commune de Rodez donc c’est à elle de payer.

La rue Balestière pose aussi problème. Au N°37, la plaque est placĂ©e dans une petite ruelle commune Ă  plusieurs propriĂ©taires, et au N°53, l’entrĂ©e mène au grand sĂ©minaire qui appartient Ă  l’Etat….

 

Une longue démarche

Le maire de Rodez répond au supérieur du séminaire le 13 mars 1857. Soit près de 3 ans après l’installation des plaques. L’affaire sera traitée par le conseil de préfecture de l’Aveyron 1 an plus tard et le séminaire aura gain de cause !

Sources: Journal de l’Aveyron, 18U1/14-AD12

© 2018 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Les tours d’exposition d’enfants de l’Aveyron

 Aveyron, Blog, Histoire locale, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Les tours d’exposition d’enfants de l’Aveyron
DĂ©c 142017
 

Abandonner un enfant dans des tours d’hospice, telle est la possibilité offerte par la loi de 1811. En Aveyron, on dénombre jusqu’à 8 tours qui seront progressivement supprimés.

1811 : Un tour par hospice

Le décret du 19 janvier 1811 indique dans son article 3 « Dans chaque hospice destiné à recevoir des enfants trouvés, il y aura un tour où ils devront être déposés. »

Tous les départements ne vont pas mettre en place un tour, mais dans l’Aveyron ce sont 8 tours qui vont être installés : Rodez, Millau, Villefranche de Rouergue, Saint Affrique, Espalion, Conques, Mur de Barrez et Saint Geniez.

 

Mais l’article 4 du décret précise une autre condition « il y aura au plus, dans chaque arrondissement, un hospice où les enfants pourront être reçus ». 5 arrondissements donc pas plus de 5 hospices pour recevoir les enfants ! C’est trois de trop. Dès le 27 septembre 1811, les 3 tours de Conques, Mur de Barrez et Saint Geniez sont supprimés.

Conques est rattaché à Rodez, les deux autres à Espalion. Administrativement parlant, la suppression n’est effective qu’au 1er janvier 1812.

 

1829 : deux nouveaux tours fermés.

Le nombre d’admission d’enfants exposés a été « chaque année de plus en plus considérable ». Les dépenses à la charge du département augmentent en conséquence.

Par ailleurs, la position de certains hospices « dans des villes peu populeuses » ne permet pas de cacher le lieu de placement des enfants. Les parents savent oĂą sont les enfants qu’ils abandonnent et arrivent mĂŞme parfois Ă  les rĂ©cupĂ©rer en nourrice… en touchant une pension.

Le préfet de l’Aveyron décide de fermer les tours d’Espalion et de Saint Affrique au 30 juin 1829.

Les maires sont chargés d’informer les chirurgiens accoucheurs et sage femme de leur circonscription et de faire publier l’arrêté pendant 3 dimanches à la porte des églises à la sortie des offices.

1830 : un tour supprimé

Le problème avait été évoqué en 1829. Des enfants issus d’autres départements sont probablement abandonnés dans l’Aveyron. Le Cantal, la Lozère, le Lot et le Tarn et Garonne n’ont conservé qu’un tour. Le Tarn, qui en avait six, n’en a gardé que deux. Dans l’Aveyron, il en reste trois !

Et l’on va plus loin dans la comparaison. L’hospice de Villefranche de Rouergue voit son nombre d’enfants exposés multiplié par 2,4 en 10 ans. Le nombre d’enfants, rien qu’à l’hospice de Villefranche, est supérieur à celui de tout le département voisin du Lot.

L’Aveyron ne peut pas continuer de payer pour tout le monde. Le préfet décide alors de supprimer le tour de l’hospice de Villefranche à partir du 1er juillet 1830.

1844 : Suppression du tour de Millau

Les départements voisins ferment une partie de leur tours: Lodève et Clermont dans l’Hérault, Le Vigan dans  le Gard et Florac dans  la Lozère. Par conséquent, le nombre d’enfants abandonnés à l’hospice de Millau augmente rapidement. Cet abus qui « grève les finances du département de l’Aveyron » va engendrer la suppression du tour de Millau au 1er janvier 1844. Tous les enfants exposés le seront dorénavant uniquement à Rodez.

 

1845 : fermeture du dernier tour

L’arrêté date du 28 novembre 1844 et il prend effet au 15 juillet 1845. Le tour annexé à l’hospice de Rodez pour l’exposition des enfants est supprimé.

Outre le problème d’abandon d’enfants issus d’autres départements, l’Aveyron est un des départements où le nombre de naissances illégitimes est proportionnellement le plus grand (après les départements à grands centres de population que sont la Seine, le Rhône, les Bouches du Rhône et de la Gironde).

En France en 1841, 1 enfant sur 38 est abandonné. En Aveyron, c’est 1 enfant sur 25 qui est abandonné en 1841.

Et puis, l’article 349 du code pĂ©nal prĂ©voie la poursuite des auteurs ou complices de toute exposition d’enfant de moins de 7 ans…

Le tour est supprimé, mais il est remplacé par un bureau d’admission ouvert de 9H à 17.

 

1848 : réouverture de 5 tours

Le 28 mars 1848, les 5 tours des hospices des chefs lieux d’arrondissement sont rétablis par arrêté des commissaires du département.

L’information est diffusée en quelques lignes dans le journal.

Mais le conseil général de l’Aveyron, dans sa session du 28 novembre 1848, est d’avis que « tous les tours soient supprimés.»

 

1849 : fermeture des tours

L’arrêté du préfet prend effet au 20 aout 1849. Les tours des différents hospices de l’Aveyron sont définitivement fermés. Ils sont remplacés par des bureaux d’admission ouverts de 9H à 10H et de 16H à 17.

Certains tours auront ouverts pendant plus de 30 ans.

 

Sources: mĂ©moires de la sociĂ©tĂ© des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, Travaux de la commission des Enfants-TrouvĂ©s instituĂ©e le 22 aoĂ»t 1849 par arrĂŞtĂ© du Ministre de l’intĂ©rieur. Tome 2, numĂ©risĂ©s par Gallica, Journal de l’Aveyron-AD12, PER1181-AD12

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

EpidĂ©mie Ă  l’orphelinat

 Aveyron, Blog, Challenge UProG, Histoire locale, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur EpidĂ©mie Ă  l’orphelinat
Oct 272017
 

Une épidémie typhoïde survient à l’orphelinat de Grèzes à Séverac l’Eglise (12) au moins de novembre 1892. Elle dura 4 mois et fit 5 morts dont 1 orphelin et 4 religieuses.

La fièvre typhoïde arrive à l’orphelinat

L’épidémie de fièvre typhoïde a fait son apparition en juillet 1892 à Lissirou puis en août à Gaillac d’Aveyron. Pendant deux mois, elle va faire des ravages dans ces communes avant d’atteindre l’orphelinat de Grèzes situé à Séverac l’Eglise. La méthode de transmission est inconnue.

L’orphelinat de Grèzes est tenu par des sœurs et accueille de jeunes garçons âgés de 2 à 10 ans et les garde jusqu’à 18 ou 20 ans.

L’Ă©pidĂ©mie commence le 1er novembre 1892 par une religieuse novice de 18 ans qui souffre d’une fièvre aux allures bĂ©nignes.

Seules les sĹ“urs sont touchĂ©es…

Au 22 décembre, on dénombre 20 nouveaux cas. Mais ce sont uniquement des religieuses qui sont atteintes. Dans la même semaine, 4 autres sœurs sont finalement touchées par la maladie.

Deux sœurs viennent de décéder à l’orphelinat : une novice de 18 ans, Joséphine Lacan et une professe de 42 ans, Marie Catherine Soulié.

Parmi la communauté religieuse, on dénombre :

  • 1 cas très grave chez une sĹ“ur de 20 ans
  • 1 cas grave chez une religieuse dĂ©moniaque de 22 ans
  • 5 cas lĂ©gers sur des religieuses de 16 Ă  26 ans
  • 3 cas très lĂ©gers sur des novices de 15, 17 et 19 ans.

La religieuse très atteinte meurt le 28 décembre. Il s’agit de Marie Maurel. On notera également le décès de Mélanie Trébosc qui meurt le 20 décembre 1892 à Bédarieux (34), deux jours après son départ de Grèzes.

Quand à la sœur démoniaque, elle restera bien vivante et son comportement sera évoqué dans la presse 10 ans plus tard.

… ou presque

Le rapport du Dr Géraud indique que l’orphelinat a été touché dès la fin aout et notamment par le biais d’un jeune garçon de 13 ans et d’une religieuse de 23 ans. Le garçon « languinait » et ne retrouvait pas ses forces.

A partir de novembre, le nombre de malades augmente. Fin décembre, on s’accorde à dire que 15 enfants de moins de 14 ans sont atteints. D’ailleurs, on enterre Henri Georges, orphelin originaire de Paris, le 2 janvier 1893.

Les chiffres s’affolent et montent jusqu’à 45 cas recensés sur la centaine d’habitants théoriques de l’établissement.

 

Les valides soignent les infectés

5 religieuses et un orphelin de 15 ans sont traités à Rodez. Pour les autres, ce sont certaines sœurs valides aidées du Dr Séguret de Laissac, médecin de l’établissement qui font au mieux.

Parmi les symptĂ´mes et outres la fièvre, on note beaucoup de troubles nerveux, de dĂ©lires nocturnes… Et pas question de renvoyer les enfants chez eux, ils sont tous orphelins !

Une Ă©tude sur les lieux

Une étude est faite par le Dr Géraud. Il est ressort les éléments suivants.

L’orphelinat est situé sur la rive gauche de l’Aveyron, à 3 km environ du cours d’eau.

Il est composé au nord d’une maison (en A) à 2 étages à 3 fenêtres de façade avec au rez de chaussée un réduit à porcs. On accède au 1er étage par un escalier à double rampe qui est occupé par les bureaux et deux chambres. L’étage au dessus sert de dortoir aux orphelins.

Le bâtiment B comprend 2 étages et un rez de chaussée qui sert de réfectoire, le reste est en dortoirs.

Un hangar et d’une écurie composent le bâtiment C.

 

Face à ces constructions, et séparées par une cour, se trouvent les latrines pour les orphelins et le personnel agricole (en F). Il s’agit d’une série de 5 cabines étroites avec un orifice de chute creusé dans une dalle d’ardoise. En sous sol, une fosse fixe est cimentée. La vidange est faite à main d’homme à époques régulières.

En G, une longue étable surmontée d’une grange fait face à une longue fosse à fumier.

 

En E-H, un établissement est réservé à la communauté chargée de la direction de l’orphelinat. Le dortoir des religieuses occupe les 2 étages du bâtiment E dont le rez de chaussée est réservé à la chapelle commune. Les étages de H sont affectés aux différents services. Sous la rampe d’escalier, on trouve une porcherie.

Les latrines des sœurs sont en J mais elles s’évacuent via un puisard en S.

 

L’orphelinat s’alimente en eau de boisson à la fontaine publique de Séverac l’église. La source qui fournit la fontaine provient de la montagne voisine. Un service d’approvisionnement d’eau est fait chaque jour par un volumineux baquet trainé à bras par les garçons de ferme. Ils remplissent le tonneau au robinet.

En G une citerne est annexée au bâtiment et recueille l’eau de pluie. Plusieurs puits existent mais ne sont utilisés que pour le jardinage.

 

Des mauvaises conditions et habitudes

Le constat est clair. Les conditions d’hygiène ne sont pas bonnes. Les matières fĂ©cales des malades censĂ©es ĂŞtre enfouies dans une fosse Ă  quelques centaines de mètres du hameau et recouvertes de chaux ont Ă©tĂ© dĂ©versĂ©es dans les latrines de la communautĂ©… d’oĂą une probable propagation de la fièvre !

Il faut désinfecter !

Pas besoin d’enlever tapis, tentures et rideaux, il n’y en a pas. Par conséquent, il faut désinfecter ce qui existe. Cuillers, tasses, verres et autres vaisselles sont dorénavant plongées dans l’eau bouillante.

On projette sur les planchers de la sciure de bois humectée avec du sulfate de cuivre, puis on balaye et on brûle la poussière.

L’eau de la citerne devient interdite. La fosse à fumier est vidée, nettoyée, désinfectée.

Les officiels et la technique

Par ailleurs, le Dr SĂ©guret fait au mieux pour enrayer l’Ă©pidĂ©mie. Mais, d’après la presse, il ne prĂ©vient la prĂ©fecture que fin dĂ©cembre.Tout va alors s’accĂ©lĂ©rer.

La commission d’hygiène se déplace à Grèzes fin décembre ou début janvier 1893 (selon les sources). On voit à l’orphelinat le Dr Bompaire de Millau (inspecteur des épidémies), le Dr Thoinet, du conseil d’hygiène central, délégué par le ministre de l’intérieur, Mr Carré, secrétaire général de la préfecture, mais aussi l’Evêque qui vient apporter son soutien aux religieuses.

Un secours de 5000 francs est accordé par le gouvernement et des machines à vapeur de la maison Geneste et Herscher de Paris sont expédiées dans l’Aveyron. Elles seront utilisées pendant tout le mois de janvier pour désinfecter objets et vêtements.

L’épidémie est jugulée

Grâce aux mesures prises, à la fin des labours, à l’arrivée des pluies et de la neige, l’épidémie se termine dans le mois de février avec 4 décès dans l’Aveyron.

Le Dr Géraud rédige son rapport en juin 1893. Il reçoit alors une médaille de bronze du ministre de l’intérieur pour son travail.

Finalement, Mr Séguret et Mr Bompaire seront également récompensés. En effet, ils obtiendront les médailles de bronze des épidémies par arrêté ministériel du 25 mars 1893.

 

Les bâtiments de l’orphelinat abritent aujourd’hui un ITEP.

Sources: 4E276/8-AD12, 4E276/9-AD12, 5Mi70/13-AD34, 1M939-AD12, 5M20-AD12, La France charitable et prĂ©voyante, l’Ă©cho du merveilleux et DĂ©sinfection, stĂ©rilisation, renseignements pratiques sur les appareils et procĂ©dĂ©s, par Fernand DehaĂ®tre numĂ©risĂ©s par gallica, carte postale collection personnelle.

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Cet article a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© dans le cadre du challenge UproG d’octobre 2017 sur le thème imposĂ© « les Ă©pidĂ©mies ».

L’inconnu de la chambre numéro 3 arrêté par la Gestapo

 2ème guerre mondiale, Aveyron, Blog, Histoire locale  Commentaires fermĂ©s sur L’inconnu de la chambre numĂ©ro 3 arrĂŞtĂ© par la Gestapo
Oct 192017
 

FĂ©vrier 1944, un inconnu est arrĂŞtĂ© dans un hĂ´tel de Saint Affrique dans l’Aveyron.

Neuf individus armés

20 février 1944 à 4H30 du matin, deux véhicules stoppent devant l’hôtel du nord, Rue Pasteur à St Affrique. 9 individus en civil en sortent armés de mitraillettes et de révolver de fort calibre.

Ils entrent dans l’établissement que possède Adrien Affre, 45 ans. Il faut dire que les portes ne sont jamais fermées.

Ils se dirigent vers la chambre N°3 et arrêtent le voyageur qui s’y trouve. Il est menotté et conduit à la salle du restaurant au rez de chaussée. Les voisins de chambres sont réveillés à coup de « ouvrez, police » et subissent des contrôlent d’identité.

Les 9 hommes demandent à boire un café et disent à Mr Affre « Il nous a donné du fil à retordre celui là, c’est un fou. Il en a déjà fait tuer 5 ou 6. » Puis ils remontent dans leur automobile à essence et repartent de suite sans qu’on puisse connaitre la direction prise.

Les « agresseurs » étaient donc 9 entre 30 et 38 ans. Vêtus de complets et de pardessus sombres, sauf 2 qui portaient une canadienne de couleur beige. Tous avaient un chapeau mou. 3 avaient un accent étranger, peut être allemand, les autres parlaient français avec un accent méridional prononcé.

 

Un inconnu trépané

L’homme arrêté est un inconnu. Il n’a « pas encore » rempli la fiche d’hôtel qui permettrait d’en savoir plus sur lui. Il est arrivé le 16 février, et a déclaré venir de Montpellier pour chercher un logement en prévision de l’évacuation.

45 ans, chauve, plutôt petit. Il avait souvent évoqué son passé d’ancien combattant et de grand blessé de guerre. D’ailleurs, il avait évoqué ses 2 trépanations suites à ses blessures de la guerre 14-18.

Depuis son arrivée, il ne fréquentait personne, ne recevait pas de courrier. Lever tard et couché tôt, il menait une vie paisible.

 

A la recherche d’indices

Pour l’hôtelier, il semble qu’il s’agisse d’une opération de police normale et peu importe qu’elle ait été opérée par des services de police française ou allemande. Il prévient cependant le commissaire de police de St Affrique de ce qui s’est passé.

Dans la chambre de l’inconnu, le commissaire de police a retrouvé une chemise d’homme et une paire de chaussettes sales, un chapeau mou gris à bords rabattus acheté à la chapellerie David Rue de la loge à Montpellier et portant à l’intérieur les initiales G.R.

Et puis une carte Michelin N°80 région Aveyron Lozère Gard qui trainait sur un meuble.

Le chapeau appartenait bien au voyage mais la carte semble ĂŞtre celle des ravisseurs.

Sur la carte, un itinéraire était tracé en bleu. Il part de Pegairolles (34) et abouti au village de St Paul le Jeune à la limite de 3 départements, en passant par St Hippolyte du Fort, Alès et Ambroix. Et une ligne sensiblement horizontale qui semble délimiter un secteur du Caylar (34) à Laudun (30) et au milieu de la carte la mention « Latapie François Rue Frégére N°10 »

 

Le commissaire a prévenu le service des relations franco allemandes. Mais la gendarmerie du secteur n’a été avisée que 2 jours plus tard au moyen d’un avis de recherches remis par un agent de police.

Les RG de Rodez ont indiqué plus tard que l’opération avait été effectuée par la Gestapo de Montpellier.

Quand Ă  l’inconnu, son nom n’a pas Ă©tĂ© transcrit dans les dossiers…

 

Sources: 324W539-AD12, carte Michelin 80 collection personnelle

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

 

Le dernier gisant de la cathédrale

 Aveyron, Blog, Histoire locale, XXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Le dernier gisant de la cathĂ©drale
Sep 172017
 

Le gisant très réaliste de Monseigneur Francqueville a été inauguré en 1912 dans la cathédrale de Rodez.

L’évêque originaire de la Somme

Louis Eugène Francqueville est né le 12 février 1845 à Aizecourt-le-Haut dans la Somme. Fils d’instituteur, et après une enfance passé à Cagny, il entre au petit séminaire de Saint Riquier. Il rejoint le séminaire de Saint Sulpice à Paris en 1865.

Mr Francqueville est ordonnĂ© prĂŞtre le 6 juin 1868 et enseigne l’histoire dans le petit sĂ©minaire de ses Ă©tudes. Il devient vicaire Ă  Saint Vulfran (Abbeville). Il part Ă  Rome en 1877 et devient docteur en thĂ©ologie et en droit canonique. En 1880, il est de retour dans la Somme, oĂą il est vicaire Ă  Amiens, puis professeur, aumĂ´nier, vicaire gĂ©nĂ©ral…

Il est nommé évêque de Rodez et de Vabres le 7 décembre 1899. Son sacre a lieu le 11 mars 1900 à Amiens.

Il décède le 9 décembre 1905 dans le palais épiscopal de Rodez d’une longue maladie.

Il est enterré le 14 décembre 1905 dans la chapelle Saint Joseph de la cathédrale de Rodez où se trouve le chanoine Bérenger d’Arpajon (décédé vers 1300 et probable premier ecclésiastique enterré dans une des chapelles de la cathédrale).

Son cercueil fait le tour du quartier avant de rejoindre la cathédrale. Les cordons du poêle sont tenus par le préfet (en civil), le sénateur, le 1er adjoint au maire et le procureur de la république. Le journal précise également que les honneurs militaires n’ont pas été rendus.

Le sculpteur aveyronnais

C’est Louis Bertrand qui est chargé de réalisé le gisant de Mgr Francqueville. Né en 1866 à Rodez, il est le fils du sculpteur marbrier Antoine Bertrand, apparenté à François Mahoux.

Louis Bertrand est Ă©lève de l’école des beaux Arts. En mars 1889, il manque les examens et le conseil gĂ©nĂ©ral lui adresse un « avertissement très sĂ©rieux en vue d’obtenir de meilleurs notes Ă  l’avenir »… et de ne pas se voir supprimer sa subvention. Il rĂ©ussit le concours en fin d’annĂ©e et ses professeurs signaleront ses aptitudes et efforts. Louis Bertrand part faire son service militaire en 1890 et reprend les cours Ă  son retour.

Il obtient la 3ème médaille dans un concours d’esquisse de bas relief le 28 juin 1892. Le sculpteur perfectionne son art et obtient deux médailles en 1900 et 1904 au salon des artistes.

Il réalisera plus tard le monument aux morts de Pont de Salars (12).

C’est en 1911 qu’il obtient la 1ère médaille (avec 3 autres sculpteurs) au salon pour sa maquette de Mgr Francqueville. La statue sera réalisée, quant à elle en 1912.

Le gisant

C’est Mr Pouget, sculpteur à Rodez, qui a réalisé le soubassement en pierre de grès. Les 4 angles sont ornés de pilastres décorés. En face avant, les armes épiscopales sont soutenues par deux amours portant une banderolle.

C’est sur cette pierre qu’est dépose le gisant en pierre tendre de Lavoux (86) réalisé par Louis Bertrand. La pierre est blanche mais légèrement granitée de noir. Le monument est de taille réelle mais semble être plus grand. Mr Bertrand ne connaissait pas l’évêque mais semble l’avoir très bien réussi, même sans posséder aucune moulure de plâtre. Cette prouesse a été possible grâce aux photographies qui ont été transmises au sculpteur.

L’évêque est représenté souriant et serein. Sa main droite repose sur sa poitrine et l’on distingue clairement la gemme de l’anneau pastoral. Sa main gauche allongée repose sur le livre des évangiles et sur la crosse dont la partie supérieure est appuyée sur le coussin qui supporte la tête. Les pieds sont en partie recouverts par la traîne de la cappa.

L’inauguration a lieu le 27 aout 1912 avec un programme dĂ©taillĂ© de 15 points. Le glas sonne Ă  9H. Le cortège entre le palais Ă©piscopal et la cathĂ©drale est infini. C’est l’occasion pour Mr Lamiche, organiste, de reprendre possession de ses orgues nouvellement restaurĂ©es par la maison Puget de Toulouse. Les chants grĂ©goriens rĂ©sonnent dans l’Ă©difice.

Le gisant est dĂ©barrassĂ© du voile qui le cache avant d’ĂŞtre bĂ©ni par les Ă©vĂŞques prĂ©sents.

 

C’est le dernier gisant installé dans la cathédrale de Rodez.

gisant

Sources : Revue du monde catholique, Le petit journal, catalogue illustré du salon, numérisés par gallica.bnf.fr ; base arcade culture.gouv.fr, Le Narrateur, le journal de l’Aveyron, 12T8/1-AD12, 12T8/2-AD12, 16T26/9-AD12, 2O195/2-AD12, PER182-AD12, F/21/1877-ADN

Quatre années de fêtes aériennes

 Aveyron, Blog, Histoire locale, XXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Quatre annĂ©es de fĂŞtes aĂ©riennes
Sep 022017
 

1911-1912-1913-1914 Quatre annĂ©es de fĂŞtes aĂ©riennes Ă  Villefranche de Rouergue avant la grande guerre avec quelques incidents et alĂ©as d’organisation….

La journée d’aviation de 1911

C’est dans le cadre de la fête de la St Jean que Villefranche de Rouergue accueille sa première journée d’aviation. Le terrain est choisi. L’organisation logistique se met en place. Les arrêtés communaux et préfectoraux sont pris.

Il faut veiller à bien canaliser la foule notamment pour le stationnement. Et il faut surtout s’assurer que les pilotes ont leur brevet car le public par son enthousiasme peut amener à mettre en marche les moteurs des avions et faire exécuter des vols par des pilotes non expérimentés.

Pour cette première année, sont attendus:

  • Pierre Divetain, aviateur ayant participĂ© Ă  la course Paris Madrid sur biplan Goupy moteur GnĂ´me,
  • Mr Visseaux aviateur sur biplan Sommer,
  • et Mr Mauthier, chef pilote de l’école bressanne sur monoplan Morane.

Leurs brevets sont vérifiés le 14 juin 1911 mais il semble qu’ils ne viendront pas en Aveyron car deux autres noms apparaissent dans le compte rendu de la manifestation.

Quelques incidents

Plus de 4000 personnes arrivent par le train, plus ceux venus Ă  pied, Ă  bicyclette, en voiture… La foule se presse vers l’aĂ©rodrome pour visiter le monoplan BlĂ©riot de Lusetti et le biplan Sommer de ChaussĂ©e qui sont sous les hangars. Un premier incident entache la fĂŞte le dimanche, avec une hĂ©lice du monoplan qui blesse un mĂ©cano (voir le compte rendu sur le site de l’aĂ©roclub du Rouergue).

Le biplan est sorti. Après un premier vol de 8mn, il faut laisser reposer la machine et le pilote. Il repart 3 quarts d’heures plus tard pour un vol de 20mn. L’atterrissage est un peu brusque et casse un patin. Heureusement sans blessé. Il est déjà 19H30 et la foule doit se disperser.

Le lundi, un nouvel vol est prévu. L’hélice du monoplan n’est pas arrivée, il restera au hangar. Le biplan est démarré mais un éclat blesse le pilote. II est soigné par le docteur et deux religieuses. Il finit par s’envoler un peu avant 18H30 pour un vol de 8mn. L’atterrissage est fait face au public des places payantes.

A 18H48, le biplan repart. On le voit s’éloigner mais jamais revenir. Après 25mn, il n’est toujours pas là ! On apprend qu’il a chuté à 2km de la ville. Le pilote n’a rien. Ouf ! Des automobilistes partent le chercher et on voit le pilote arriver à pied. Il a cherché à atterrir, voyant que l’avion avait des difficultés matérielles. Il a finit par tomber d’aplomb de 5 mètres de haut. L’hélice est brisée, l’avion est très endommagé mais le pilote n’a rien.

1912 une fête ratée

Une belle réussite en 1911 engage les organisateurs à renouveler la fête de l’aviation en 1912. C’est le pilot Brindejonc des Moulinais qui est prévu pour la fête mais il se désiste au dernier moment. Et pire, il ne répond pas dans la semaine qui précède la manifestation.

Le bruit s’évente, le public ne se déplacera pas en masse comme l’année précédente.

Le pilote finit par se justifier. Son avion est trop rapide pour un terrain aussi petit. Et les autres appareils d’exhibitions sont cassĂ©s. Un par Bedel le 1er jour, l’autre par Bedel le 2ème jour. Bielovucci qui devait le remplacer s’est cassĂ© la rotule et Caudron le 2ème remplaçant trouvait que ça lui faisait trop de frais de venir. Mais si un jour il passe près de Villefranche, il s’engage Ă  survoler la ville gratuitement pour dĂ©dommager…

1913 le retour de l’avion

Clovis Marius Amans propriétaire à Castelnau le Lez (34) s’engage à organiser les journées d’aviation de 1913 avec le concours de son fils Charles muni de son brevet de pilote N°845 et de sa licence N°910. Il a une assurance pour couvrir les risques et il prend en charge les frais liés aux mesures d’ordre prescrites et les indemnités des gendarmes et agents de la force publique qui auraient un accident en participant à l’événement.

Le terrain d’aviation choisi est toujours le même. Son emplacement est au centre d’un amphithéâtre naturel qui permet aux petits malins de s’installer en hauteur sans payer de droit d’entrée.

La fête se passera presque sans incident. Après un premier vol, le moteur est remis en route. Le ciel est clair. Mais le pilote est obligé d’atterrir rapidement car le moteur fuit et lui projette de l’essence sur le visage, ce qui l’aveugle. Les vols du lendemain seront exécutés sans problème.

1914 Plus d’avion

Dans la réunion du mois de mai 1914, le comité des fêtes hésite : une fête de gymnastique ou une fête de l’aviation ? L’aviation est un spectacle déjà passé de mode mais la gymnastique n’est pas un clou et il faut attirer des visiteurs. Donc on se résigne pour une fête de l’aviation avec une fête de gymnastique !

Qui fit fête aérienne, ne dit pas forcément avion. C’est donc une montgolfière qui est choisie pour les fêtes de 1914.

Gonflement, vol captif avec distribution de jouets. Ce gros ballon a du en impressionner plus d’un.

A 16h, le hardi pilote grimpe dans la nacelle de l’aérostat « la ville de Villefranche » et s’élève dans les airs. C’est un vent d’ouest qui le pousse. Le ballon reste à la vue des spectateurs une vingtaine de minutes avant de disparaitre. Il atterrira près de la baraque de Pachins, sur la commune de La Bastide l’Evêque.

Une mode dépassée

L’aviation est un spectacle déjà dépassé en 1914. Quelques mois plus tard, la 1ère guerre mondiale éclate et les avions survoleront régulièrement les tranchées.

Après 4 ans de guerre, ce sont quelques manèges et balançoires qui viendront animer la fête de la St Jean 1919.

 

Sources: 4M294-AD12, Journal de l’Aveyron-AD12, le Narrateur-AD12

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

OĂą trouver de belles sangsues?

 Aveyron, Blog, Histoire locale, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur OĂą trouver de belles sangsues?
Août 202017
 

Avez-vous des sangsues dans votre département ? Et comment faut-il réglementer leur vente ? Telles sont les questions posées par le Ministère de l’Agriculture dans sa circulaire du 9 juin 1846.

Pas assez de sangsues en France

Au début du 19ème siècle, les sangsues sont peu utilisées pour guérir les gens. Mais avec l’apparition du système médical de Broussais, la situation évolue. A tel point qu’en 1846, les marais, étangs et ruisseaux français ne peuvent plus subvenir aux besoins médicaux Et la pêche abusive de ces plans d’eaux ne favorise pas le repeuplement dans de bonnes conditions. Il faut donc importer des sangsues depuis d’autres pays, jusqu’à épuiser toutes les ressources européennes.

Et ce qui devient rare est forcément cher. En 1830, un demi-kilogramme de sangsues d’Hongrie coûtait 50 centimes. 15 ans plus tard, il en vaut 80 francs.

Quelle règlementation ?

La circulaire du ministre interroge sur la réglementation à adopter pour la vente des annélides. Chaque département est sollicité et par ricochet, chaque sous préfet est interrogé.

Interdire la vente, c’est augmenter leur prix le temps qu’elles se reproduisent et il faudrait surveiller la fraude. Car certaines personnes qui en font le commerce les gorgent de sang d’animaux abattus pour qu’elles paraissent plus grosses. Ces sangsues ne piquent plus, ou bien de manière insignifiante et rĂ©duit donc les rĂ©sultats dans le traitement des maladies.

Telle est la réponse du sous préfet de Villefranche de Rouergue.

Les aveyronnais ont des avis divergents. Certains pensent que les petites sangsues de moins de 2 grammes n’ont aucun effet mĂ©dical, d’autres souhaitent les vendre. Certains mĂ©decins et pharmaciens pensent qu’il faut prĂ©voir une interdiction annuelle de pĂŞche pour permettre la reproduction….

 

Un Ă©tat des lieux

Dans sa circulaire du 9 juin 1846, le ministère de l’Agriculture veut surtout connaĂ®tre les ressources encore existantes. Dans le dĂ©partement de l’Aveyron, « il n’y a ni marais ni Ă©tangs ou cours d’eau oĂą trouver des sangsues » est la rĂ©ponse donnĂ©e par les services des arrondissements de Millau, Villefranche, Saint Affrique et Rodez. Quant Ă  Espalion, on trouve des sangsues.

Le marais de Montpeyroux

C’est sur la commune de Montpeyroux qu’on peut trouver le marais qui nous intĂ©resse. Il est situĂ© près des Bessades, localitĂ© renommĂ© par ses foires …

Le marais est assez Ă©tendu mais sa surface est considĂ©rablement rĂ©duite en Ă©tĂ©. On le croit très propre Ă  la reproduction des sangsues selon ce qui se faisait il y a une quarantaine d’annĂ©es. Les sangsues Ă©taient nombreuses mais ont disparu sans qu’on en sache la raison.

Des sangsues venues de Lyon

Pour exploiter ce commerce, une compagnie s’est formĂ©e en 1845. 5 Ă  6000 sangsues achetĂ©es Ă  Lyon ont Ă©tĂ© jetĂ©es dans le marais et on espère sous peu livrer Ă  la consommation un grand nombre de sangsues moyennes en gardant les sangsues vaches (de 4,5 Ă  12 grammes) comme essentielles pour la reproduction et les petites de moins de 2 grammes pour l’usage mĂ©dical.

 

Les documents ne précisent pas si la petite entreprise d’hirundiniculture aura réussi à vendre ses animaux et combien de pêcheurs de sangsues auront été affectés à cette activité ! Mais l’état civil permet de trouver la trace d’au moins un marchand de sangsues originaire de Montpeyroux : Pierre Jean Cocural né vers 1811 !

 

Sources : « Note sur les sangsues qui sont livrées au commerce » numérisé par Gallica, « Plus de Sangsues! » numérisé par Google Books, 5M8-AD12, 4E167/8-AD12

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

error: Content is protected !!