Le fils adoptif

 Aveyron, Blog, Histoire de famille, XXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Le fils adoptif
Mar 242018
 

Un enfant abandonné non déclaré

Elle s’appelle Angèle et est née en Espagne en 1893. Mariée, elle a un enfant, un fils, né en fin d’année 1922. Mais le petit ne survit pas et meurt à 2 mois. Le chagrin est immense, forcément…

« DĂ©sireuse d’élever un autre enfant afin qu’il tienne la place de son fils disparu », elle s’adresse Ă  une sage-femme de sa ville qui lui remet un jeune enfant abandonnĂ©. Il a un an, a Ă©tĂ© baptisĂ© sous le prĂ©nom de Francisco, ses parents sont connus. L’enfant n’est pas abandonnĂ© pour l’administration. Aucun Ă©tablissement d’assistance n’a recueilli l’enfant donc aucune dĂ©marche officielle d’adoption n’est possible… ni mĂŞme envisagĂ©e.

Le fils adoptif

Alors l’enfant change de maison. Il s’appelle dorénavant Georges et est élevé comme le fils défunt de la famille. Et il ne tarde pas à avoir un petit frère, José. Enfin, disons plutôt que ses parents adoptifs ont un fils, qui lui survit. La famille a également en troisième fils dont on ne sait rien de plus.

La famille en Aveyron

En 1939, avec la guerre civile, Angèle rejoint la France et passe la frontière avec ses deux fils José et Georges. Le troisième enfant reste en Espagne. Elle s’installe dans l’Aveyron. Ils sont recensés en février et comme ils n’ont pas de pièces d’identité, Georges est noté sous le nom que sa mère lui a donné. Les deux garçons ont les yeux marrons, le teint basané mais José, le plus jeune mesure 10 cm de plus que Georges.

Ils n’ont pas la même couleur de cheveux. Georges est peut-être plus bagarreur. Il a une cicatrice au front côté gauche et une autre à travers la joue droite.

Retrouver son identité

En octobre 1940, il fait une demande de carte d’identité de travailleur, puis une autre en février 1942.

En août 1942, sa mère lui dit tout. Il apprend à 20 ans que sa mère n’est pas la sienne mais qu’elle l’a élevé comme ses autres fils. La situation est particulière mais pas très grave en soi…. Sauf que Georges-Francisco veut se marier et a besoin d’une copie de son acte de naissance ! Il finit par l’obtenir en février 1943 mais ce n’est pas cohérent avec ses papiers actuels… Le curé alerte le sous préfet. Le commissaire de police envoie un courrier au préfet pour régler la situation. Une nouvelle carte d’identité est faite au vrai nom du jeune homme et il peut enfin se marier…

 

Sources 314W21-AD12, 4M707-AD12, Photo d’illustration 4M618-AD12

© 2018 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Une apparence esthétique discutable

 Aveyron, Blog, Histoire de famille, XXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Une apparence esthĂ©tique discutable
FĂ©v 252018
 

Le cimetière est censĂ© ĂŞtre le lieu du dernier repos. Cependant, il est parfois l’objet d’un contentieux quand la famille conteste l’esthĂ©tique du monument funĂ©raire.

Le monument est terminé et installé au cimetière

Le sieur P, entrepreneur de monuments funéraires reçoit la commande de Mme veuve C pour un monument funéraire. Le devis s’élève à 2 200 francs, transport compris.

Le monument est terminé fin décembre 1936 et installé dans le cimetière de la commune. Neuf mois plus tard, l’entrepreneur n’a toujours pas été payé. Il porte l’affaire en justice et demande 500 francs de dommages en plus du montant de la facture.

Il ne correspond pas aux attentes de la cliente

Mme veuve C s’explique. Le premier devis Ă©tait de 2000 francs pour un monument imitation granit et il a Ă©tĂ© portĂ© Ă  2200 francs en accord entre les deux parties….. Mais les travaux n’ont pas Ă©tĂ© Ă  la hauteur… ou plutĂ´t Ă  la longueur ! Les deux cĂ´tĂ©s sont trop courts et restent en retrait de plusieurs dizaines de centimètres par rapport Ă  la porte.

Les pierres en simili granit ont Ă©tĂ© remplacĂ©es par un bloc en ciment… moins cher.

De plus, Mme veuve C. voulait une jardinière devant le monument, l’entrepreneur en a profité pour faire en sorte qu’elle remplace la porte du caveau. D’où des problèmes d’étanchéité à prévoir.

Et puis la fosse n’est pas assez profonde, comment mettre deux cercueils dans ces conditions ? Et puis le monument a « une apparence esthĂ©tique des plus discutables »… Enfin, ce n’est pas la bonne couleur de granit par rapport Ă  l’échantillon prĂ©vu !

Des témoins pour chacune des parties

Alors la justice fait son travail. Elle entend deux témoins fournis par l’entrepreneur, un tailleur de pierre et un marchand de cycles. Les deux précisent que la veuve voulait un monument dit « coffret parisien ».

Puis c’est au tour des témoins fournis par la veuve : une voisine et une confectionneuse de chapeaux. L’une se souvient très bien que Mme C avait commandé le même monument que celui de Mme B « mais avec deux tours de moins » et avec une porte en marbre. Puis elle avait changé d’avis et voulu une porte en ciment. L’autre faisait remarquer que le choix du monument était fait au cimetière et pas dans le catalogue qu’on lui avait demandé de transmettre à la veuve.

Le travail de l’expert

Un expert est nommé et il se rend au cimetière prendre des mesures précises du monument. Et il y a des critiques !

L’enduit en ciment dans le fond du caveau n’est pas fait. La pierre à l’arrière n’est pas décoffrée et il manque de l’enduit. Sur le dessus, la pierre tombale a reçu 3 épaufrures dont deux ont été réparées au ciment. La jardinière à l’avant n’a pas d’orifice. En cas de gel, la pierre va immanquablement éclater et faire entrer de l’eau dans le caveau.

Mme veuve C avait demandé que la porte du caveau soit indépendante de la jardinière mais l’entrepreneur répond que « le coffret parisien est ainsi construit ».

A l’avant du monument, deux avants corps ont Ă©tĂ© construits en bĂ©ton. C’est moche selon Mme C, mais il parait que c’est le curĂ© qui a voulu cet allongement pour que le monument soit alignĂ© avec les autres tombes…

L’expert Ă©valuera Ă  500 francs les travaux et moins values (joints, Ă©paufrures…) liĂ©s Ă  ces travaux peu soignĂ©s. Ses honoraires s’élèveront Ă  405 francs. Le tout sera Ă  la charge de l’entrepreneur… pour que la famille est enfin accès Ă  un dernier repos!

Sources: 10U16/68-AD12

© 2018 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Celui qui ne voulait pas Ă©pouser la fille d’un assassin

 Aveyron, Blog, Histoire de famille, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Celui qui ne voulait pas Ă©pouser la fille d’un assassin
Jan 262018
 

Parce qu’il dĂ©couvre que son futur beau-père a Ă©tĂ© condamnĂ© pour assassinat, Pierre BoutiĂ© dĂ©cide de ne pas Ă©pouser sa promise…qui demande des dommages-intĂ©rĂŞts!

Un contrat de mariage sous le régime dotal

Le 17 septembre 1829, Pierre BoutiĂ© est dans l’Ă©tude de Maitre Martin, notaire Ă  Estaing. Il dĂ©sire Ă©pouser Jeanne RouliĂ©, fille du meunier du moulin de farinoux Ă  Coubisou et avant la cĂ©lĂ©bration du mariage, il signe un contrat de mariage.


Celui ci est sous le régime dotal. Cela signifie que les biens de la femme sont composés:
– de la dot, c’est Ă  dire des biens appartenant Ă  la femme mais soumis Ă  l’administration et la jouissance du mari;
– des biens paraphernaux, c’est Ă  dire des biens appartenant Ă  la femme dont elle conserve l’administration et la jouissance.
Les biens dotaux sont inaliĂ©nables, donc le patrimoine qu’ils composent doit subsister. Et ce quelle que soit la volontĂ© des Ă©poux!

Le père de la future mariée lui donne

  • 2/3 de ses biens meubles et immeubles en nue propriĂ©tĂ© par prĂ©ciput pour un revenu annuel de 40 franc;
  • un mobilier Ă©valuĂ© 305 francs;
  • 1/3 des biens restants en usufruit pour un revenu annuel de 20 francs.

Il se réserve cependant une pension viagère et une somme de 200 francs pour ses petits besoins.
La future se constitue ses biens maternels, suite au décès de sa mère.

La mère du futur mariĂ© lui donne 2200 francs sur ses droits lĂ©gitimaires qui seront versĂ©s par Joseph, l’autre fils qui habite la commune de Graissac.

Le futur beau-père est un assassin!

Les bans sont-ils publiĂ©s? A priori, non. Ils n’apparaissent pas dans les archives de la commune du futur Ă©poux et n’ont pas Ă©tĂ© conservĂ©s pour cette pĂ©riode pour la commune de la future Ă©pouse.

Pierre BoutiĂ© vient d’apprendre que son futur beau père a Ă©tĂ© condamnĂ©, par contumace, Ă  24 ans de travaux forcĂ©s pour assassinat en 1801. Il est soupçonnĂ© d’avoir tuĂ© le citoyen Tibal, prĂŞtre de la paroisse de Sauvanes, commune de Causse Cabrespines.

Rompre le contrat

Pas question pour Pierre BoutiĂ© d’Ă©pouser la fille d’un assassin. Il veut rompre le contrat mais sa future dĂ©pose une instance au tribunal d’Espalion. Soit le mariage est cĂ©lĂ©brĂ©, soit le futur Ă©poux paye 5000 francs de dommages intĂ©rĂŞts!

Le contrat de mariage est nul tant que le mariage n’est pas cĂ©lĂ©brĂ©, mais il faut cependant rĂ©gler les choses dans les règles de l’art. Pas question de rompre le contrat Ă  l’amiable. D’ailleurs le contrat de mariage n’a pas Ă©tĂ© rĂ©siliĂ© d’après la consultation des actes civils publics (les minutes de notaire n’ont pas Ă©tĂ© dĂ©posĂ©es).

Le jugement entre les familles

Pierre BoutiĂ© doit cependant prouver que son beau père a bien Ă©tĂ© condamnĂ©. Il demande alors un extrait du jugement au greffe du tribunal de Rodez. Le document lui parvient Ă  la fin de l’annĂ©e 1830 et le jugement entre les ex-futurs Ă©poux peut enfin avoir lieu.

La libertĂ© des mariages ne permet pas d’accorder des dommages intĂ©rĂŞts contre la partie qui se refuserait d’accomplir une promesse de mariage.

Le père de la future mariĂ©e a engagĂ© des dĂ©penses lors de la passation du contrat de mariage, il lui est donc accordĂ© 200 francs de dommages intĂ©rĂŞts qui composent la mĂŞme somme qu’il devait Ă  son futur gendre. Les deux hommes se croiseront au moins 3 fois dans les tribunaux pour rĂ©gler les diffĂ©rends qui les opposent… et pas seulement pour le contrat de mariage. Quant Ă  la future, elle n’aura pas un franc.

Et après?

La « fille de l’assassin » se marie en 1831 avec Antoine Gimalac et fait un contrat de mariage devant maitre Gabriac, toujours sous le rĂ©gime dotal. Après la mort de son mari en 1840, elle Ă©pouse Amans Bergounhous en 1841 lĂ  encore avec un contrat de mariage mais cette fois sous la sĂ©paration de biens.


Sa soeur se marie en 1834 avec Victor Destours. Pierre Roulié, le meunier,  décède en 1845.

Quand Ă  Pierre BoutiĂ©, il est peut ĂŞtre l’homme qui dĂ©cède en 1881 Ă  l’asile Sainte Catherine Ă  Yzeure (03).

 

Sources: 3U1-AD12, 4E98-4/AD12, 4E69/6-AD12, 4E69/7-AD12, 4E69/8-AD12, 4E258/7-AD12, 53Q916-AD12, 53Q34-AD12, 53Q35-AD12, 53Q381-AD12, 53Q932-AD12, 53Q54-AD12, 5U105-AD12, 3E22664-AD12, 3E20867-AD12

© 2018 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Elle voulait devenir sage-femme

 Aveyron, Blog, Histoire de famille, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Elle voulait devenir sage-femme
Août 042017
 

Les écoles de sage-femme sont instaurées à la fin du 18ème siècle. Et il faut prévoir 2 ans pour être diplômée. Marie Anne connaitra quelques déboires avant de parvenir à exercer son métier.

Devenir sage-femme

Marie Anne est nĂ©e en 1805 dans un petit village de l’Aubrac. Elle se marie en 1830 et presque aussitĂ´t nait son premier enfant. Suivront un deuxième, puis une troisième.
Accoucher, donner la vie, elle sait faire. Mais aider les autres Ă  accoucher, c’est moins Ă©vident.
Alors c’est dĂ©cidĂ©, elle va s’inscrire aux cours de sage-femme Ă  Rodez. Ce n’est pas la porte Ă  cĂ´tĂ© et il faudra habiter provisoirement en ville. Son mari finit (probablement) par ĂŞtre d’accord et elle demande son admission Ă  l’Ă©cole.

Refusée, admise puis virée

Le maire lui fait un certificat de bonnes mœurs. Mais toutes les places sont prises pour cette année 1837.
Marie Anne refait sa demande l’annĂ©e suivante et elle est admise. En dĂ©cembre, elle est remplacĂ©e par Victorine Moussol. Pourquoi? Il faut chercher dans la correspondance du professeur pour comprendre le problème. Elle vient d’accoucher d’un enfant qu’elle a fait admettre Ă  l’hospice comme enfant trouvĂ©. C’est bien lĂ  le contraire de la philosophie du mĂ©tier! Alors, on lui demande de partir….
Retour dans l’Aubrac. Probablement pour Ă©lever son enfant.

Nouvel essai en juillet 1842

Le maire de la commune appuie la nouvelle candidature de Marie Anne en juillet 1842. Elle a environ 30 ans (!), elle sait lire et Ă©crire et est de bonne vie et intelligente. De plus la commune est isolĂ©e et n’a pas d’accoucheuse.
Sa candidature est retenue. On Ă©voque son Ă©chec Ă  l’Ă©cole de la manière suivante.

Elle vint en cours, il y a deux ans et resta 3 mois Ă  ses frais. N’ayant pu soutenir la dĂ©pense jusqu’Ă  la fin du semestre, elle se retira.

Deux ans d’Ă©tude et un premier prix

Pendant deux années, Marie Anne étudie avec ses camarades. De la théorie, mais aussi de la pratique. Son professeur écrit deux ans plus tôt:

Un accouchement auquel elles assistent les instruit mieux que toutes les leçons des professeurs.

Arrive la date de l’examen. Il est prĂ©vu le 2 ou le 3 mai 1844 mais le conseiller de prĂ©fecture n’est pas disponible. Le concours est reportĂ© au 4 mai Ă  14H mais aucun examinateur ne se prĂ©sente!
Il a finalement lieu dans une salle de l’hospice sous la prĂ©sidence dudit conseiller. Les examinateurs sont

  • le mĂ©decin des hospices et des prisons,
  • un chirurgien
  • et le mĂ©decin de l’Ă©tablissement des aliĂ©nĂ©s.
  • Le professeur des accouchement, Mr Lacalmoutie, est Ă©galement prĂ©sent.

Les postulantes sont interrogées sur la théorie puis on passe à la pratique des accouchements naturels et manuels.
Les 5 Ă©lèves sont d’instruction Ă©gale. Le premier prix est finalement divisĂ© en deux et donnĂ© par tirage au sort. Et Marie Anne finit 1ère, ex-aequo.

Un beau diplĂ´me pour exercer

Marie Anne reçoit son diplĂ´me et doit le faire valider d’une part par le maire de la commune (qui signe au dos du diplĂ´me) et d’autre part par le tribunal de son arrondissement.
Enfin elle peut exercer.


Bien entendu, les archives ne nous donnent pas la liste des enfants qu’elle va mettre au monde. Mais on retrouve parfois dans les registres d’Ă©tat civil sa prĂ©sence pour dĂ©clarer la naissance d’un enfant lĂ©gitime ou illĂ©gitime.

Elle disparait du métier et réapparait

Jusqu’en 1847, on voit son nom apparaitre dans les listes des sages-femmes habilitĂ©es Ă  exercer. Puis, plus rien. Un nouvel incident de parcours? De la concurrence? Une envie d’autres choses? Elle ne semble pas avoir Ă©tĂ© radiĂ©e par erreur, aucun jugement ne nous laisse Ă  penser qu’elle a commis une erreur.
Son nom rĂ©apparait en 1877 avec celui de sa fille (diplĂ´mĂ©e de l’Ă©cole de sage-femmes de Toulouse en 1861)! Les deux noms disparaissent Ă  nouveau.
Quand elle meurt en 1896 elle est notĂ©e comme « ancienne sage femme ». Combien d’enfants a-t-elle vu naĂ®tre? Elle n’a probablement jamais comptĂ©.

Sources: 3X47-AD12, 5M7-AD12, PER1181-AD12, 4E224/9-AD12

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

En prison pour gravidation

 Aveyron, Blog, Histoire de famille, XVIIIème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur En prison pour gravidation
Juil 282017
 

Il l’a mise enceinte mais il refuse de se marier comme il l’avait promis. Elle n’a plus qu’Ă  dĂ©clarer sa grossesse et porter plainte pour gravidation.

 

Elle a cédé à ses avances

Catherine Delmas a 24 ans. Elle est enceinte de 8 mois de Pierre Cabrolier avec qui elle travaillait depuis 3 ans au service de Mr Serguy. Les deux ont été vus plusieurs fois en tête et très proches. Ils ont même été surpris à plusieurs reprises dans une écurie ou dans la chambre de Cabrolier où Catherine Delmas venait refaire le lit. Leur patron les a surpris alors qu’ils se faisaient des baisers et avait menacé de les mettre à la porte si cela continuait.

Elle a résisté longtemps aux avances de Pierre, mais à la Noël 1774, ils ont commencé leur commerce. Et cela jusqu’à la St Jean où elle a congédiée par son employeur. Ils ont remis le couvert deux fois depuis cette date. Il faut dire qu’il lui avait promis de l’épouser et n’arrêtait pas de la caresser.

 

L’édit d’Henri II

Elle est enceinte donc, de 8 mois, mais toujours pas de mariage en vue. Pierre Cabrolier a refusé de l’épouser et a même proposé de l’argent pour qu’elle cache sa grossesse et qu’elle ne dise rien à personne. Elle ne peut pas rester dans le déshonneur. Et selon l’édit d’Henri II, elle doit déclarer sa grossesse. Elle se rend donc au tribunal et porte plainte contre son prétendant en novembre 1775.

L’enfant nait le 6 décembre 1775 et porte le prénom de Pierre, comme son père.

 

Le père en prison

Pierre est arrêté le 31 décembre de la même année et rejoint les geôles de Rodez. Et il ne sait pas ce qu’il fait là.

Oui, il connait Catherine Delmas. Et, Oui, il est probable qu’il soit responsable de sa grossesse. Oui, il a voulu l’épouser et non ce n’est pas une promesse en l’air. Il a même rencontré le père et l’oncle maternel de la jeune fille et leur a demandé combien ils paieraient de dot. Comme ils ne semblaient pas avoir assez d’argent comptant, ils n’ont pas donné suite à la demande… Peut-être leur faut-il un délai pour rassembler une somme suffisante ?

 

Une sortie sous caution

Le 13 janvier, il fait une demande d’élargissement provisoire pour quitter la prison mais il lui faut une caution. La jeune fille demande à ce qu’on le ne laisse pas sortir : il va en profiter pour quitter le pays et l’abandonner avec son déshonneur, sa honte et son malheur. Lui prétend que non, qu’il faut bien qu’il sorte pour faire le contrat de mariage. Les parents de la jeune fille ont même été convoqués en ville pour aller chez le notaire, mais ils ne sont pas déplacé et la mère du prisonnier, restée seule, est repartie chez elle.

Même s’il n’est pas malheureux, Pierre Cabrolier est en prison. Et la somme donnée au concierge par ses futurs beaux-parents potentiels ne remplace pas la liberté.

C’est le frère de Pierre Cabrolier qui se porte caution. Il a 2000 livres que représente son fonds de commerce. Mais cela ne semble pas suffire. Alors l’avocat connait quelqu’un d’autre, si on peut attendre demain… Dès le lendemain, il présente une deuxième caution, Mr Despeyroux, qui lui aussi a une somme de 2000 livres de « biens au soleil ».

 

Le contrat de mariage est signé

Quelles tractations ont lieu ensuite ? Il faut attendre le 1er Février 1776 pour qu’un contrat de mariage soit signé chez Me Boscus, notaire à Rodez. Pierre reconnait être le père de l’enfant. Il doit payer à Catherine 119 livres pour frais de couches, nourritures et autres frais avancés par le père Delmas.

Ce dernier donne à sa fille en dot 1/17ème de ses biens et 522 livres avant le mariage. A cette somme, sont retirées les 119 livres pour l’enfant et 22 livres de frais d’acte.

Le mariage est finalement cĂ©lĂ©brĂ© le 20 fĂ©vrier 1776 Ă  la paroisse Notre Dame de Rodez. Les amoureux auront peut ĂŞtre vĂ©cu heureux et eu d’autres enfants…

 

Sources:  3E15124-AD12, 4E212/4-AD12, 3B55-AD12, traité des enfants naturels 1828

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

L’origine de cette photo de famille

 Aveyron, Blog, Histoire de famille, XXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur L’origine de cette photo de famille
Juil 142017
 

La photo a été prise pendant la seconde guerre mondiale. Mais qui se souvient que c’était avec un appareil volé ?

C’est la guerre…

Mr G., huissier du tribunal, demeurant une petite ville de l’Aveyron, est mobilisé au mois d’août 1939. Il laisse son « appareil photographique contenu dans une gaine en cuir ainsi qu’un opuscule qui indique son fonctionnement » sur le rebord d’une fenêtre d’un garage qu’il loue à un hôtelier. Puis il rejoint son centre mobilisateur dans le sud de la France.

Quand il revient en avril 1940 comme réformé N°2, l’appareil photo a disparu. Après avoir cru à une blague d’un ami, Mr G. se résigne à porter plainte contre X. Le garage était fermé à clé mais la fenêtre était en partie brisée et clôturée par une planchette de bois ! C’est sûrement par ce biais que le larcin a eu lieu.

Les gendarmes enquĂŞtent

L’appareil photo a une valeur de 375 francs. C’est un Kodak Senior 6 16 muni d’un dispositif qui permet de se photographier soi-même. Il a été acheté à Mme G. née L., photographe de la même ville en 1936. C’est elle que les gendarmes vont interroger.

La photographe se souvient avoir vendu l’appareil à l’huissier. Elle conforme les caractéristiques et le prix. Et elle se souvient même avoir vu un appareil photo identique dans les mains d’un jeune domestique de ferme. Quand ? En début 1940. Comment s’appelle-t-il ? C’est Simon B. Il a même précisé que c’était son oncle de Paris qui lui avait offert.

Le domestique de 16 ans

Les gendarmes se rendent sur le domaine où travaille Simon, 16 ans, qui se met à pâlir quand il voit les deux képis arriver. Après quelques instants, il avoue son vol et explique qu’il a effectivement passé la main par la fenêtre brisée pour se munir de l’appareil. Caché dans sa malle, il a compulsé le mode d’emploi et a utilisé l’appareil photo pour prendre des clichés de ses sœurs. Sa mère est au courant, mais elle pense que c’est un oncle qui a fait ce cadeau.

Comme il n’y a pas de flagrant délit, le jeune est laissé en liberté et l’appareil change de mains.

Qui est responsable ?

Le gamin n’a que 16 ans. Il est loin de sa majorité (21 ans). L’employeur est reconnu responsable mais comme il a été, lui aussi, mobilisé et n’a eu que deux permissions depuis le début de la guerre, il réfute la responsabilité du jeune homme. En plus le vol n’a pas été commis sur le lieu de travail, mais pendant ses heures de pause, et puis le père a promis de tout payer !!

Le père est bien civilement responsable de son fils, mais il conteste cependant cette responsabilité puisque Simon n’était pas sous sa surveillance depuis qu’il travaillait. Père de 7 enfants, il est prêt à tout payer et demande qu’on ne lui retire pas son autorité paternelle.

On en arrĂŞte (presque) lĂ 

L’huissier a retirĂ© sa plainte, pensant que le jeune homme a agi sans discernement. Il faut dire que le père de l’huissier s’est remariĂ© avec la sĹ“ur de père de Simon. On est presque en famille….

Cependant la justice suit son cours et Simon est cité à comparaitre devant le tribunal pour enfants et adolescents de l’arrondissement. Et c’est Mr G., le volé, en tant qu’huissier, qui va se rendre auprès de la famille de Simon pour leur signifier leur citation.

Le jugement sera clément. Simon est acquitté et son père doit payer les 141 francs de frais. Nul doute que le salaire du jeune homme aura été mis à contribution. Les réprimandes du père de famille ont certainement été beaucoup moins agréables à entendre !

Une pellicule de photos

Simon avouera avoir fait une pellicule de photos de famille. Il dit avoir pris ses sĹ“urs en photo. Cette photo existe toujours. Avec les diffĂ©rents dĂ©cès et dĂ©mĂ©nagements, elle est pour le moment introuvable. Les plus jeunes toujours en vie se souviennent de cet appareil photo qui Ă©tait lĂ , sorti dont on ne sait oĂą…

En ayant trouvĂ© cette histoire dans les archives, la mĂ©moire va ĂŞtre rĂ©activĂ©e et nos ancĂŞtres interrogĂ©s. Et peut-ĂŞtre que quelqu’un se souviendra de cette « raclĂ©e mĂ©morable » que Simon avait reçu pendant la guerre….

Sources: dossiers de procĂ©dure et jugements issus des tribunaux des archives de l’Aveyron. Le petit parisien. Photo d’illustration issue d’archives personnelles.

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Ils ont eu le coup de foudre

 Aveyron, Blog, Histoire de famille, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Ils ont eu le coup de foudre
Juin 092017
 

Mari et femme sont morts d’un coup de foudre en plein repas de famille, alors qu’un enfant Ă©tait sur les genoux de sa mère.

Foudre

Un jeune couple heureux

Ils se sont mariés en juin 1882 à Ste Croix dans l’Aveyron. Il a 23 ans, elle en a 22.

Jean Marius Bouyssou et Marie Jeanne Galut semblent heureux. Deux enfants viennent alors compléter la famille. Une fille née en 1883 et un garçon né en 1885.

La petite famille vit à la Capelle Balaguier avec la maman de Jean Marius, âgée d’une cinquantaine d’année.

 

Un gros orage

Le temps est orageux en ce début du mois de juin 1887. Après une chaleur accablante pendant toute la journée, le ciel se couvre en ce 1er juin. Un peu de pluie, et c’est l’orage qui se déchaine. Le tonnerre fait un bruit de tambour et la grêle ravage les récoltes de la région de Villefranche de Rouergue.

 

La foudre tombe sur la maison

Chez les Bouyssou, la famille est en train de manger vers 18H. La belle mère est en retrait. La petite fille se débrouille seule, mais le cadet de la famille a besoin de sa mère pour se nourrir. Soudain, la foudre s’abat sur le pigeonnier, brise une fenêtre au 1er étage et entre dans la cuisine au rez de chaussée.

Mr Bouyssou était debout près de la porte, il meurt foudroyé mais n’a pas de blessure apparente.

Mme Bouyssou était assise, son enfant sur les genoux. Elle meurt également foudroyée mais elle a les cheveux grillés et sa figure a des traces sanguinolentes. Sa coiffe a été projetée dans le jardin potager, situé deux mètres en arrière, et elle est en train de brûler.

L’enfant n’a rien. Son bonnet qui est resté sur sa tête est lui aussi en train de se consumer et il faut la présence d’esprit de la grand-mère pour l’éteindre rapidement.

 

La misère s’est abattu sur la maison

Triste jour dans la famille, deux morts, le pigeonnier Ă  refaire, une vitre Ă  changer, les gendarmes Ă  avertir… Le maire autorise rapidement l’inhumation des deux Ă©poux et il est probable qu’ils Ă©taient nombreux Ă  suivre ce double enterrement. Quand Ă  la grand-mère, on peut imaginer la peur de « revoir un Ă©clair semblable Ă  une maison en feu mangeant d’un cĂ´tĂ© Ă  l’autre de l’appartement » lors de tous les orages qu’elle a pu voir le reste de sa vie…

Source 4E226/11-AD12, 4E106/6-AD12, 4M132-AD12, Le Narrateur-AD12

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Le vitriol du désespoir

 Aveyron, Histoire de famille, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Le vitriol du dĂ©sespoir
FĂ©v 242017
 

Elle s’est assise sur une chaise près de la table dans sa chambre. Elle a pris le chapeau de son défunt mari, l’a fixé sur ses genoux avec une épingle et a bu du vitriol.

Une veuve de 40 ans

Justine Garric habite Villefranche de Rouergue. Alors qu’elle vient d’avoir 40 ans, son mari Jean Baptiste Galan meurt. Il ne lui reste que deux enfants. Un garçon âgé de 5 ans et une fille de 3 ans. Deux autres sont déjà morts. Une fille après 4 mois et un garçon de 10 mois et demi en ce début d’année.

8 jours de désespoir

Vivre seule, élever ses enfants seule, cela semble insurmontable pour Justine. C’est probablement pour cette raison que les voisins remarqueront qu’elle a de « fréquents accès d’aliénation mentale. »

Sans ressources et obligée de recourir à la charité publique, elle manifeste son intention de se suicider et « les douces paroles et rassurantes promesses » prononcées par les voisins ne parviennent pas à l’arracher de ses idées noires.

Deux ou trois jours après le décès de Jean Baptiste, elle emprunte pour un sou de vitriol à Catherine Bories veuve Costes. Elle prétend qu’elle veut frotter son cuivre. Il faut bien tromper son chagrin et occuper son esprit.

Un suicide regretté

On est le 19 juillet 1887. Il est 17H. Elle s’installe avec le chapeau de son mari sur les genoux et elle boit le vitriol. Mais le poison n’est pas aussi facile à avaler qu’un bon verre de vin. Peut-être la brûle-t-elle ?

Mme Dumoulin, la voisine, entend des cris de désespoir. Elle prévient Mr Galan, le beau père de Justine qui accourt et la trouve inconsciente. Il la frictionne avec de l’eau de vie et fait appeler le docteur qui lui donne un vomitif.

Justine peut prononcer quelques mots. Elle explique s’être empoisonnée avec le vitriol « mais qu’à présent elle regrettait de l’avoir fait. »

Justine ne mourra que le lendemain matin dans son lit…

Sources: 4M132-AD12, Le Narrateur

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Gaston ne sera jamais gadzart

 Aveyron, Blog, Histoire de famille, XXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Gaston ne sera jamais gadzart
FĂ©v 172017
 

Gaston prĂ©sente 4 fois le concours pour entrer Ă  l’école des arts et mĂ©tiers d’Aix en Provence. MalgrĂ© sa persĂ©vĂ©rance, il ne sera deviendra jamais gadzart.

Né en février

Gaston est né le 10 février 1907 dans l’Aveyron. Élève au lycée Monteil de Rodez, il remplit son dossier de candidature pour le concours d’admission aux écoles nationales d’arts et métiers en 1923.

Il a bien 16 ans, mais le règlement stipule qu’il doit avoir « 16 ans au moins au 1er janvier de l’année du concours. » Or Gaston est né en février… Son dossier est renvoyé au sous préfet.

DĂ©jĂ  Ă  Aix

Refusé au concours, Gaston ne doit pas perdre de temps. Il rejoint l’école primaire supérieure professionnelle à Aix en Provence. Son père touche une bourse de 100 francs par an de son employeur (la compagnie des chemins de fer du Midi) pour l’aider à financer ces études.

Gaston refait un nouveau dossier pour 1924 :

  • acte de naissance,
  • certificat mĂ©dical, de revaccination, de bonnes vie et mĹ“urs, de nationalitĂ©,
  • engagement des parents pour le paiement de la pension et du trousseau,
  • relevĂ© des notes de travail et de conduite sur les 2 dernières annĂ©es,
  • et diplĂ´me ou certificat parmi la liste prĂ©vue par le règlement.

Le dossier est complété par

  • l’avis personnel et motivĂ© du sous prĂ©fet,
  • de la dĂ©libĂ©ration du conseil municipal,
  • de la feuille d’impĂ´t des parents
  • et d’un tableau de renseignement.

Gaston doit aussi faire une lettre manuscrite pour sa demande d’inscription. Elle permettra de légaliser sa signature. Il précise dans celle-ci l’option qu’il a choisi et même l’ordre de préférence des écoles.

Gaston ne passe pas l’étape de l’examen probatoire.

Nouvel essai

1925. le postulant est toujours à l’école primaire supérieure professionnelle à Aix en Provence. Il constitue à nouveau un dossier avec les mêmes éléments, refait une demande de bourse. Il faut dire que les frais sont un peu élevés.

Gaston demande Ă  nouveau Ă  passer l’examen Ă  Marseille. DictĂ©e, composition, page d’écriture, dessin, gĂ©omĂ©trie, algèbre et trigonomĂ©trie et dessin industriel. Cette annĂ©e, il porte sur le boitard. Mais Gaston est recalĂ©…

Dernière chance

1926. Gaston refait un dossier. Mais les règles du jeu ont changé. Régi par le décret du 14 aout 1909, le concours se voit modifié par le décret du 22 janvier et l’arrêté du 24 février 1926. L’examen probatoire réalisé en même temps dans chaque préfecture de département est supprimé.

Dorénavant, il faudra passer les épreuves écrites et graphiques dans des centres spéciaux (pour l’Aveyron à Toulouse).

centre gadzart

Puis, s’il est admissible, l’élève devra se rendre au siège de l’école nationale des arts et métiers de la circonscription pour subir les épreuves orales et une épreuve de travail manuel.

Gaston réussit les épreuves écrites. Direction Aix pour les épreuves orales. Il échoue une dernière fois et n’est pas parmi la liste des 100 admis par école.Le premier (et seul) aveyronnais est classé 82ème.

Comme le futur ingĂ©nieur n’avait le droit de se prĂ©senter qu’Ă  3 concours, il ne sera donc jamais gadzart.

 

Sources: 12T3/29-AD12, journaux officiels numérisés par gallica

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Quand deux hommes honorables font un faux témoignage

 Aveyron, Blog, Histoire de famille, XIXème Siècle  Commentaires fermĂ©s sur Quand deux hommes honorables font un faux tĂ©moignage
Nov 252016
 

Ils s’appellent Jean Antoine Roucayrol et Joseph Privat. Ils ont tous les deux 44 ans. L’un est maçon, l’autre cultivateur. L’un est père de trois enfants, l’autre célibataire. Les deux vont faire un faux témoignage.

cheval

PrĂŞte moi ton cheval 4 ou 5 jours

Le 18 juillet 1869, Jean Antoine Roucayrol rentre de Saint Affrique vers 21H. Il s’entretient brièvement avec la femme Chiffre puis il rentre et se couche sans souper. Sa femme vient le trouver et lui demande d’aller au mas de Lavagne pour faire transporter des matériaux. Il se relève, s’habille et part. Il arrive sur place entre 22 et 23 heures. Depuis la cuisine de la maison, il entend une discussion entre les sieurs Niel et Canac qui a lieu dans la cour ou dans l’écurie. Niel demande à Canac de lui laisser un cheval à l’essai pendant 4 ou 5 jours. Canac lui répond « Si tu le veux, emmène le, sinon laisse le. »

Dans la même soirée, Joseph Privat boit et mange avec plusieurs individus à l’auberge de Broussette. Il part ensuite au Mas de Lavagne pour traiter un marché de deux béliers avec Canac, marché commencé quelques jours plus tôt. Arrivé audit lieu, il entend lui aussi une discussion entre les sieurs Niel et Canac. Niel demande un cheval à l’essai pendant 4 ou 5 jours, Canac lui répond « c’est à prendre ou à laisser. »

Jean Antoine Roucayrol et Joseph Privat affirment ne pas s’être vus.

Tu ne m’as pas payé le cheval

Fin juillet 1869, Jean Canac intente une action devant la justice de paix contre Maurice Niel. Il réclame le prix de 52 francs pour la vente d’un cheval. Maurice Niel rétorque qu’il ne va pas payer car la vente était « conditionnelle et subordonnée à l’essai préalable du cheval. »

Deux personnes viennent au procès témoigner sous serment : Jean Antoine Roucayrol et Joseph Privat. Les deux hommes répètent leurs propos et Maurice Niel est condamné à payer le prix du cheval et les frais de justice.

Faux témoins

Mais après enquête, les dépositions des témoins sont contredites. Jean Antoine Rouquayrol a été vu dans les rues de son village par plusieurs témoins et sa propre femme a déclaré qu’il n’était parti que vers 22H. Le chemin entre sa maison et le mas de Lavagne étant d’environ 1H30 de marche, il est impossible qu’il soit arrivé avant 23H30.

Pour Joseph Privat, ce sont les occupants de l’auberge ou des champs environnants qui contredisent le témoin. Il a été vu vers 22H15 à l’auberge par Alinat qui était charger d’arroser les champs cette nuit là. Impossible de parcourir les 2 heures qui séparent ce lieu du mas de Lavagne et de s’y trouver avant 22 heures, heure où le marché du cheval a été conclu.

Par ailleurs, les deux hommes ne se sont pas vu, ils l’affirment ! Cependant le Sieur Gravier les a vu ce soir là repartir de Lavagne ensemble. Difficile de ne pas se voir…

Des arguments démontés

Les juges sont sceptiques. « Illuminé par une inspiration soudaine », Rouquayrol se serait relevé dans la nuit pour aller urgemment demander à Canac de lui faire un transport de pierres. C’est donc qu’il avait une journée de travail très chargée le lendemain… qu’il a passé dans l’oisiveté et à la pêche.

Privat, lui, a été vu couché dans les champs sur un tas de paille avec le sieur Pujol à ses côtés, il faut dire que la soirée avait été arrosée et le repas copieux. Alors que son collègue dort, il se réveille en sursaut et par « un souvenir subit » il quitte les lieux et court au Mas de Lavagne pour traiter en urgence d’un contrat de 2 béliers, quitte à réveiller Canac.

Bref les deux hommes ont une envie soudaine « d’interrompre leur sommeil et de voyager. Ils arrivent au Mas de Lavagne à la même heure, se cachent tous les deux pour entendre un marché, ne se voient pas et repartent chacun de leur côté dans la même direction ».

Une condamnation pour faux témoignage

Il est reconnu que les deux hommes ont fait un faux témoignage mais n’ont pas touché d’argent pour le faire. Ils sont condamnés tous les deux à 6 mois de prison, 50 francs d’amende chacun et aux frais de justice pour 151,15 francs.

 

Source : 8U461-AD12

© 2016 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

error: Content is protected !!