Borne de la Voie Sacrée – Lyon

La Voie Sacrée et une rue en hommage à Lyon

La Voie Sacrée est le nom de la route mise en place dès février 1916 à partir de Bar le Duc pour ravitailler le cul de sac qu’était Verdun en matériel, munitions, vivres… et chair à canon.

Le 21 aout 1916, le conseil municipal de Lyon décide de rendre hommage à Verdun et son interminable bataille en renommant le cours du Midi situé dans le 2ème arrondissement en cours Verdun.

Cours-Verdun

La mise en place de bornes kilométriques

Le 21 aout 1922, Raymond Poincaré, alors président de la république, inaugure la borne 0, première des bornes kilométriques qui seront installées sur le tracé de la voie.

Panneau le long de la Voie Sacrée
Panneau le long de la Voie Sacrée

Chaque borne est peinte en blanc sur sa base et en rouge sur sa partie supérieure. Elle est surmontée d’un casque Adrian inspiré (lointainement) des « bourguignottes ».

Borne géante créée pour le passage du tour de France 2011
Borne géante créée pour le passage du tour de France 2011

L’installation d’une borne à Lyon

Un an après le 50ème anniversaire de la bataille de Verdun et après les bornes de Rive de Gier et Roanne, Lyon voit s’ériger une borne sur l’initiative de la section locale de l’association “Ceux de Verdun.” “La municipalité a pris à sa charge tous les frais de ce monument exécuté par un artisan meusien” qui selon la presse est celui “chargé de l’entretien de la Voie Sacrée”. On notera qu’un autre journal indique “le monument que coiffera le casque légendaire des poilus est l’œuvre de l’architecte lyonnais Clanet.”

La borne est installée en novembre 1967 Cours Verdun dans le jardin côté Rhône.

Cours Verdun vu du Rhône vers 1970
Cours Verdun vu du Rhône vers 1970

Le quartier n’est alors pas encore traversé par l’autoroute issue du tunnel de Fourvière (inauguré en 1971) dont seuls 130 mètres sont alors creusés.

tunnel

Alors que seul le socle est mis en place, une cérémonie officielle est organisée pour sceller à l’intérieur de la borne trois éléments:

– deux éclats d’obus;

– un petit sachet contenant un peu de terre recueillie au bois des Caures (es chasseurs du colonel Driant) au fort de Vaux, à Douaumont, à la tranchée de baïonnettes;

– un parchemin témoin:

Le petit groupe où l’on reconnaissait parmi ceux de Verdun MM le docteur Grobert, Morin, Reverchon, Ergé, Jagot, Abrieux et Bargeon entendait la lecture du parchemin témoin où l’on avait écrit quelques chiffres les 25 000 tonnes de munitions et les 490 pièces d’artillerie transportées par quelques 11 000 camions sur cette voie Sacrée qui n’avait que 7m de large et resta durant 10 mois l’unique communication avec les bases de ravitaillement
90 divisions sur les 93 que comptait l’armée française passèrent par là en 1916. Et dans chaque escouade qui montait en ligne un ou deux hommes sur pourraient espérer revenir sains et saufs.
Dans le parchemin du cours de Verdun qui en apprendrait beaucoup sans doute aux jeunes générations on n’a pas omis de mentionner l’extraordinaire exploit des territoriaux voués à la réfection permanente de la voie sacrée. Nuit et jour malgré les bombardements et un trafic qui ne s’interrompait jamais ils jetèrent sur la chaussée plus de 700 000 tonnes de cailloux arrachés aux carrières d’alentour.

Socle

L’inauguration du 11 novembre 1967

C’est le 11 novembre 1967 qu’est inaugurée la borne de la voie sacrée de Lyon à 10H. Les porte-drapeaux sont transportés en bus depuis l’église St Nizier, où a lieu une messe à 9H à la mémoire des morts de 1914-1918, jusqu’au cours Verdun puis à l’hôtel de ville où les autorités sont reçues à partir de 10H15.

La borne est recouverte d’un voile tricolore jusqu’au dernier moment avant d’être ôté à la fois par Mr Robert président de Ceux de Verdun et Mr Pradel, maire de Lyon. C’est la FARAC, représentée par son président le général Allemagne, qui est la gardienne du monument.

Parmi de très nombreuses délégations d’anciens combattants, parlementaires de Lyon et plusieurs conseillers municipaux sont cités des dirigeants d’associations comme Mr Collonge président de l’UFAC, Mr Jean Mercier président de l’UMAC, Mr Thierry  du comité de liaison, Mr le général Allemane président de la FARAC, Mr Michon Buty de l’UNC, mais également Mr le Général Simon gouverneur militaire de Lyon, Mr Ninin secrétaire général de la préfecture représentant Mr Max Moulins, Mr Henri Collomb président du conseil général, Monseigneur Duquaire et le cardinal Renard archevêque de Lyon.

Enfin plusieurs poilus ont été décorés à cette occasion de la médaille de Verdun: Joannès Delange, Hubert Garnier, Etienne Guignardat, Arthur Lacroix, Maxime Michelot, Jean de Missoiz, Lucien Rostaing, le général Seive et Paul Thiers.

Medaille-Verdun

Les bornes aujourd’hui

Suite à la mise en place du tunnel sous Fourvière et du centre Perrache (inauguré en 1977) , le cours Verdun a été complètement transformé, ce qui a impliqué le déplacement de la borne de Lyon sur la place Carnot, dos à la rue Victor Hugo.

Borne sur la place Carnot
Borne sur la place Carnot

Le panneau qui lui fait face porte la mention

CETTE BORNE IDENTIQUE A CELLES
QUI JALONNENT LA VOIE SACREE
COMMEMORE LE SACRIFICE ET
L HEROÏSME DE TOUS LES COMBATTANTS
DE LA BATAILLE DE VERDUN
QUI DEMEURE UNE DES PLUS BELLES
VICTOIRES DES ARMEES FRANÇAISES

Une autre borne de la Voie Sacrée est visible dans le Rhône. Elle est installée sur la place des anciens combattants à Grézieu la Varenne.

Borne-Grezieu

Sources:

1217WP76-AM Lyon, PER958/162-AD69, Le Progrès –BM Lyon, Gallica: Le Monde illustré, Site defense.gouv.fr, Farac.org

© 2015 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

 

 

Fermer le menu
error: Content is protected !!