Mar 312014
 

Une nouvelle connue jusqu’en Australie

Le journal australien Northern Argus annonce le 25 juin 1886 que des maçons ont trouvé 30 cadavres à Autun (71) dont certains sont chevelus et la plupart bottés.
L’article précise que ces maçons travaillent dans une ancienne école ecclésiastique.

Les curés tuaient leurs élèves!

En ce début d’année 1886, les travaux battent leur plein pour transformer l’ancien petit séminaire en une école des enfants de troupe.
Quand les maçons tombent dans un caveau contenant 30 casiers superposés avec des cercueils encastrés dans les murs, c’est probablement une grande surprise pour eux.
Les journaux républicains s’emparent de la nouvelle et en profitent pour annoncer que « ce sont les professeurs qui tuaient les élèves », ce qui est démenti de manière ironique par l’un des professeurs interviewé par « Le journal de Saône et Loire. »

Historique du batiment et noms des défunts

Pendant qu’une enquête était menée par le parquet d’Autun, le clergé se vit obligé de se justifier.
Le petit séminaire a été fondé à la demande de Monseigneur Gabriel de Roquette (demande du 1er mai 1666), validée par Louis XIV par lettre patente du 6 octobre 1667. La première pierre a été déposée le 18 octobre 1669 et l’installation des premiers prêtres a eu lieu 11 ans plus tard en octobre 1680. Les défunts de la communauté (directeurs ou élèves) ont été dès lors enterrés dans la chapelle souterraine située la chapelle supérieure et ce jusqu’en 1790.
La semaine religieuse d’Autun cite alors le nom de 13 défunts du grand et du petit séminaire dont les corps ont été inhumés dans les casiers. Les autres défunts semblent être des élèves des deux séminaires décédés pendant la même période : 1680-1790.
La révolution française « dispersa maitres et élèves des deux maisons de philosophie et de théologie, mais respecta les tombeaux. »
A partir de 1811, le petit séminaire revient dans les bâtiments, et personne ne touche aux corps.

Les corps sont déménagés

Presque cent ans plus tard, les cadavres ont toujours une chevelure de 25 à 30cm pour certains, les ayant fait passer à prime abord pour des femmes. Il est rétorqué que cette longueur est le reflet de la mode de l’époque du décès.
Mr Picard, directeur du grand séminaire a demandé l’autorisation de faire transporter les restes dans la crypte de la Chapelle St Martin, ce qui a été exécuté le 20 mai 1886 :
A 8H30, le supérieur, le directeur, les élèves, le vicaire général, un chanoine chancelier et quelques professeurs du petit séminaire se rendent dans la chapelle ardente en habit de chœur, précédés de la croix et sous les chants du « Te Prefundis » de Mozart par les élèves du grand séminaire. Les corps rassemblés dans trois cercueils ont été vers la chapelle St Martin par la route de St Pantaléon et sous le regard de passants qui se découvraient lors du passage du cortège.
L’école des enfants de troupe a accueilli ses premiers élèves le 14 octobre 1886.

Sources : Northern Argus-25 /05/1886 numérisé par la bibliothèque nationale d’Australie, le Journal de l’Ain du 12/05/1886 et du 19/05/1886 numérisés par mémoire et actualité, PR2/10-AD71, la Semaine Religieuse d’Autun 1886 collection personnelle. CPA collection personnelle.

© 2014 Généalanille

Print Friendly