Juin 162017
 

C’est l’histoire d’un l’architecte dĂ©partemental qui est virĂ© par le prĂ©fet après 35 ans de services pour avoir pris des congĂ©s sans prĂ©venir.

Un marmot nommé architecte

Etienne Joseph Boissonnade est né le 27 décembre 1796 (7 nivôse an V) à Saint Geniez d’Olt d’un père entrepreneur de travaux publics. Sa naissance est déclarée dix jours plus tard à la salle commune.

Il est nommĂ© architecte dĂ©partemental de l’Aveyron le 9 novembre 1820 par dĂ©libĂ©ration du conseil gĂ©nĂ©ral. C’est le premier architecte du dĂ©partement. Cette fonction Ă©tait assurĂ©e par les ingĂ©nieurs des ponts et chaussĂ©es qui doivent dorĂ©navant se concentrer sur les routes.

Il entre en fonction le 1er janvier 1921 avec un salaire de 1500 francs. Mais en raison des voyages qu’il est obligĂ© de faire, son allocation passe Ă  2500 francs la mĂŞme annĂ©e et est reconduite jusqu’en 1825 avec ce montant.

Des travaux divers et nombreux

Etienne Joseph Boissonnade va faire restaurer tous les Ă©difices publics de l’Aveyron. Il va aussi ĂŞtre l’acteur majeur de toutes les constructions publiques du dĂ©partement.

Parmi ses nombreux travaux, on notera sa participation Ă  la restauration de la cathĂ©drale de Rodez (toujours en restauration), celle de la prĂ©fecture, de l’école normale primaire, de l’église de Conques…

On lui doit les constructions des prisons de Millau, Villefranche et St Affrique d’après l’ancien système. Mais aussi la construction de la maison d’arrêt d’Espalion. Commencée dès 1837, cette dernière est la 1ère maison d’arrêt de France élaborée selon le système cellulaire dont le gouvernement ait autorisé l’exécution.

Il est l’architecte du palais de justice de Rodez (adjugé au printemps 1833). Il a également établi les plans de l’asile d’aliénés de Rodez qui était considéré comme un modèle.

Sans compter ses travaux pour des Ă©glises, presbytères, ou mĂŞme l’abattoir de Saint Geniez…

L’architecte est révoqué

Par arrĂŞtĂ© prĂ©fectoral du 29 octobre 1855, Mr Isidore Loirette, ancien Ă©lève de l’Ă©cole des Beaux Arts est nommĂ© architecte dĂ©partemental Ă  la place de Mr Boissonnade, rĂ©voquĂ©. Cette fonction est provisoire en attendant le concours officiel de remplacement.

Mr Boissonnade est révoqué pour avoir quitté Rodez une douzaine de jours pour se rendre à la campagne sans avoir donné avis au Préfet.

Toujours dire où l’on est

Le 12 mars 1855, l’architecte dĂ©partemental demande un congĂ© d’un mois Ă  compter du 17 pour affaires particulières l’appelant Ă  Paris. Le congĂ© lui est accordĂ© par arrĂŞtĂ© du 15 mars avec retenue du traitement.

Le 28 juillet 1855, l’architecte demande des instructions pour aller à Villefranche. Il doit aussi aller à Villeneuve mais il ne compte pas être absent plus de 8 jours.

Mais fin octobre, il oublie de prĂ©venir….

La faute Ă  la poste

Mr Boissonnade est parti le dimanche 14 octobre 1855 « pour venir faire procĂ©der, non Ă  mes vendanges car la grĂŞle m’a enlevĂ© les raisins, mais Ă  la rĂ©paration de nombreux dĂ©gâts que m’ont causĂ© les orages de toutes espèces du mois de juillet dernier. »

Il est convoquĂ© Ă  la commission des bâtiments civils qui a eu lieu le 18 octobre Ă  l’hĂ´tel de prĂ©fecture…. Mais la convocation ne lui arrive que le 18 octobre Ă  15h, soit Ă  l’heure mĂŞme de la rĂ©union ! S’il l’avait reçue la veille il serait venu….

Le prĂ©fet est en colère. Il prend un arrĂŞtĂ© le 25 octobre 1855 pour exercer une retenue de moitiĂ© du traitement de l’architecte Ă  compter de son dĂ©part et pendant tout le temps que durera son absence. Il estime qu’il nĂ©glige les affaires courantes et la surveillance du palais de justice

Mr Boissonnade rĂ©pond le 27 octobre Ă  ce prĂ©fet (prĂ©sent seulement depuis 2 ans) qu’il ne nĂ©glige pas la surveillance des travaux. Il a d’ailleurs laissĂ© un agent qui le supplĂ©e pour le faire et pour rĂ©expĂ©dier les dĂ©pĂŞches de son domicile. Hors de Rodez, il continue de travailler.

En effet, il a réalisé

  • le classement des dossiers de demande de secours pour Ă©glises et presbytères,
  • le dessin et le devis estimatif des banquettes en fer Ă  placer aux croisĂ©es de l’asile des aliĂ©nĂ©s de Rodez.

Tout cela, ainsi que le préfet lui a demandé le 16 octobre. Par conséquent, le préfet ne se serait pas rendu compte de son absence si cette dépêche était arrivée en temps et heures.

Le torchon brûle

Les échanges entre les deux hommes sont virulents. Mais le préfet est le plus fort et révoque l’architecte de 59 ans. Il lui demande de faire un inventaire en double exemplaire de ses affaires en cours et des documents professionnels qu’il détient.

Les pièces officielles sont restées à la préfecture. Mr Boissonnade transmettra 3 documents :

  • Le devis et le dĂ©tail estimatif du palais de justice de Millau. Ce document Ă©tait dans les papiers d’un de ses employĂ©s qui est mort et auquel le chef de bureau, qui est mort aussi, les avait confiĂ©s pour en faire des copies pour l’entrepreneur.
  • Le projet complet du palais de justice de St Affrique.
  • Le projet du palais de justice de Villefranche.

Quant aux avants projets pour la construction des prisons de Rodez, il refuse de les communiquer s’il n’est pas payé proportionnellement à son travail.

L’arrêté de nomination de son successeur est diffusé dans la presse début novembre 1855.

Quelques années avant sa mort

Il décède le 22 avril 1862 dans la maison Albouy au N°7 de la rue de la paix à Rodez atteint d’une apoplexie foudroyante à la fin d’un repas pris avec son frère. Il était veuf de Caroline Foulquier décédée le 10 mars 1847.

Etienne Joseph Boissonnade était Chevalier de la légion d’honneur depuis 1840, architecte diocésain depuis 1823, membre de la société des lettres.

 

Sources 4E234/3-AD12, 4E213/35-AD12, 4E213/43-AD12, 4N147-AD12, annuaire biographique des artistes français, le journal de l’Aveyron, LH/270/70-base Léonore

© 2017 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email