A l’orphelinat

Il s’appelle Théophile Joseph. A 7 ans, sa mère meurt. Deux ans plus tard, son père meurt… il devient orphelin. Un cas particulier ?

Orphelins mais pas sans famille

Théophile Joseph est né dans l’Aveyron en 1887. Il est fils d’un sous chef d’équipe au chemin de fer. Sa mère meurt en 1894, son père meurt en 1896. Théophile a 9 ans et il est orphelin.

Qui dit orphelin, ne dit pas sans famille. Théophile a un frère et deux sœurs. Il a aussi une grand-mère, infirme est âgée qui vient d’être admise à l’hospice. Normal quand on vient de perdre son enfant.

Mais l’arbre généalogique de Théophile comporte d’autres noms, notamment ceux présents au conseil de famille. Ce sont principalement des oncles ou des cousins issus de germains.

Un oncle-parrain-tuteur.

Joseph est son oncle paternel. Il est aussi son parrain. Celui qui l’a tenu sur les fonds baptismaux et a promis de prendre soin de lui en cas de défaillance des parents. Et Joseph a été nommé son tuteur par le conseil de famille.

Joseph récupère l’enfant avec lui au décès des parents et après la défaillance de la grand-mère. Uniquement son filleul, pas les autres enfants de la fratrie.

Obligé de l’abandonner

L’oncle aimerait probablement garder l’enfant mais il ne peut pas. Et il va prendre une décision terrible : le placer à l’orphelinat. Il lui faut décider où, pour combien de temps, et s’il peut payer un peu l’établissement.

Est-ce une décision difficile ? Impossible à savoir. En parle-t-il aux autres membres du conseil de famille ? A priori non.

Une journée difficile

Un certificat médical, un acte sous seing-privé mais non enregistré, probablement un baluchon. Le sort de Théophile est scellé. Il rejoint l’orphelinat jusqu’à ses 18 ans. Mais son oncle pourra revenir le chercher avant, s’il le souhaite…. Et puis ? L’enfant continuera sa vie.

Quel intérêt en généalogie ?

On croise régulièrement des enfants orphelins dans nos généalogies. Théophile n’est pas un cas particulier mais c’est un des enfants qui n’apparait pas dans la série Assistance et prévoyance (X) des archives départementales. Pas d’inspection régulière, pas d’inscription dans les registres d’enfants assistés…. C’est presque par hasard qu’on trouve son destin (et celui d’autres enfants inscrits dans le même établissement). Où l’ai-je trouvé ? Dans les archives de l’orphelinat, disséminées dans plusieurs lieux ! Et son dossier d’admission est complet :

  • Acte de naissance
  • Acte de baptême
  • les acte de décès des parents
  • Lettre de « cession » de l’enfant
  • Certificat médical
  • Lettre du maire certifiant que la famille est indigente.

Aurai-je pu le trouver par ailleurs? A part le conseil de famille et le constat que l’enfant ne reste pas avec son oncle dans les recensements de population, il me semble difficile de connaitre son destin (puisque l’acte sous seing privé n’est pas enregistré).

Multiplier les sources, encore et toujours, indexer, encore et toujours. C’est le secret !

© 2019 Généalanille

Print Friendly, PDF & Email

Fermer le menu
error: Content is protected !!